Connect with us

Technologie

Whittingdale de DCMS : La stratégie nationale de données n’est pas liée à l’accord commercial de l’UE

Published

on


John Whittingdale, ministre d’État aux médias et aux données au ministère du Numérique, de la Culture, des Médias et du Sport (DCMS), a déclaré aujourd’hui au Sommet sur les données ouvertes que la « stratégie nationale en matière de données » imminente stimulera la croissance économique après le Brexit et la pandémie de santé Covide-19.

Whittingdale a décrit la stratégie comme un « cadre général » qui invite les entreprises, les organisations et les particuliers intéressés par l’utilisation des données pour stimuler l’économie. Il a invité à participer jusqu’à la date limite du 2 décembre et a déclaré que la stratégie elle-même serait publiée « en temps voulu ».

Le DCMS a initialement publié des orientations pour la stratégie en juillet 2019 – alors que Theresa May était encore Premier ministre.

La stratégie a été annoncée le 9 septembre comme étant encore en cours. Pour aider à façonner le document final, le ministère a déclaré à l’époque qu’il lançait une « consultation pour aider à façonner les principes fondamentaux de la stratégie, nos ambitions d’utilisation des données dans l’ensemble de l’économie et les propositions de politiques ».

La publication finale de la stratégie de longue date semble être alignée sur le calendrier des résultats des négociations commerciales du gouvernement britannique avec l’Union européenne (UE), avant la fin de la période de transition qui a suivi le départ du Royaume-Uni de l’Union.

M. Whittingdale a déclaré lors du Sommet de l’ODI qu’en ce qui concerne la fin imminente de la période de transition : « Nous reconnaissons que la circulation de l’information au-delà des frontières alimente les opérations commerciales mondiales, les chaînes d’approvisionnement et le commerce. Alors que nous approchons de la fin de la période de transition dans quelques semaines, et que nous ne sommes plus liés par le droit européen, nous voulons défendre les avantages que les données peuvent apporter.

« La question immédiate est de savoir si nous pouvons continuer à maintenir la reconnaissance de l’adéquation des données avec l’Union européenne.

« Notre ambition est de parvenir à un accord avec l’UE pour que le Royaume-Uni reste adéquat en données, afin qu’il n’y ait aucun obstacle à la circulation des données. Nous ne voyons aucune raison pour laquelle nous ne devrions pas obtenir l’adéquation des données, mais c’est évidemment quelque chose qui est contrôlé par la Commission européenne, et le temps commence à manquer. Il est donc raisonnable que nous commencions à mettre en place des mesures pour que nous soyons prêts s’il n’était pas possible de parvenir à un accord d’ici la fin de l’année.

M. Whittingdale a déclaré que le gouvernement avait discuté avec les entreprises « pour les encourager à mettre en place d’autres mécanismes de transfert si l’adéquation n’est pas atteinte ».

S’exprimant plus largement sur la valeur économique des données, le ministre a déclaré qu’il y avait, à son avis, eu trop de reportages dans la presse sur le côté obscur des données: « Le côté négatif a eu trop d’attention. »

Il a ajouté : « Les reportages dans la presse populaire et les médias nationaux étaient auparavant sur le piratage informatique, les attaques de phishing et le vol de données – ce qui montre qu’il est très précieux. »

Mais cela a changé en raison de l’utilisation bénéfique des données pendant la pandémie de Covid-19, a déclaré Whittingdale. « Nous voulons mettre en évidence les énormes avantages que les données peuvent apporter à la santé économique du pays », a-t-il déclaré.

L’ODI est l’une des organisations qui fait des présentations à la stratégie nationale de données. Jeni Tennison, son directeur général, a déclaré lors d’une conférence de presse avant l’événement que l’organisation répondrait à la stratégie plus tard ce mois-ci, après avoir convoqué des tables rondes avec d’autres organisations, telles que l’Institut Ada Lovelace, l’Institut pour le gouvernement, et la Royal Statistical Society.

Elle a ajouté : « Nous sommes positifs quant au rôle que les données peuvent jouer. Mais ce n’est qu’un côté de l’histoire: il ya le potentiel de préjudice. La partie que nous mettons l’accent dans notre réponse à la stratégie est que ces deux choses doivent aller de pair, afin que la fiabilité et l’éthique ne soient pas agréables à avoir, mais qu’elles doivent être intégrées.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending