Connect with us

Sport

Vasilije Micic: « Ce n’est pas un rêve d’aller en NBA. Je veux faire partie d’une équipe avec un bon système »

Published

on



Vasilije Micic est devenu une star de l’Euroligue à part entière.

À 26 ans, il est considéré comme l’un des meilleurs gardes combo en Europe. De plus, ses performances des trois dernières années se reflètent de façon éclatante sur les résultats de ses équipes : le géant lituanien Zalgiris Kaunas a atteint son premier Final Four de l’Euroligue en 19 ans en 2018 et on peut en dire autant de son équipe actuelle, Anadolu Efes Istanbul, finaliste de la compétition l’année suivante.

Micic est habitué à innover, bien qu’il ne semble pas être au sommet de sa carrière. Choix de deuxième tour au repêchage de la NBA en 2014, le gardien serbe a été un dormeur pour la plupart de son voyage. Une saison exceptionnelle avec Zalgiris (7,7 points, 4,4 passes décisives en moyenne) l’a propulsé au premier plan, tandis que le campagin 2018-19 s’est avéré être un superbe signe de son potentiel. Sélectionné en deuxième équipe de l’Euroligue, Micic a vu son nombre passer à 12,4 points, 5,5 passes décisives en 2019 et 14,5 points, 5,8 passes décisives en plus d’un incroyable 96,4 pour cent de la ligne des lancers francs la saison dernière.

Bien qu’il soit impossible pour ses réalisations de passer inaperçues, il ya quelques années pas beaucoup auraient vu une future star européenne en lui. Lorsque les 76ers de Philadelphie ont choisi le gardien de 6’6 » avec le 52e choix au total, il était à peine connu, même à travers son propre continent.

Au cours des deux dernières années, Micic a fait l’objet d’un examen approfondi afin de rejoindre les rangs des 76ers, mais sa présence avec Efes et la pandémie, qui a eu un impact sur le basket-ball des deux côtés de l’océan, ont repoussé toutes les discussions.

Après un étonnant revirement de 33 points lors du match contre le Panathinaikos OPAP à Athènes, qui s’est naturellement soldé par un sommet en carrière pour lui et une autre victoire pour Anadolu Efes (77-80, leur premier à Athènes après 14 ans!), Vasilije Micic a parlé à de la pandémie, de son alter ego Shane Larkin et de ses plans d’avenir en ce qui concerne la NBA.

Q: Qu’a-t-il pris pour qu’Anadolu Efes gagne le match contre le Panathinaikos ?

R: Tout d’abord, nous avons manqué tant de joueurs. Même si nous avons une équipe très talentueuse, nous pouvons avoir l’air un peu différent sans eux. La bonne chose, c’est que nous avons montré du caractère même après avoir raté Rodrigue Beaubois. Pendant le match, je n’étais même pas au courant du fait qu’il n’allait plus jouer. C’est un joueur très important pour nous, mais d’une certaine façon nous avons trouvé le moyen de gagner. Nous avons lutté au début et je suis très heureux pour cette victoire.

Q: Avez-vous eu la performance personnelle de l’année dernière et aussi la performance de l’équipe à l’esprit?

R: Je ne veux pas en parler parce que je me fiche de ce qu’il y a dans le passé. Plusieurs fois, vous pouvez avoir un mauvais jeu et vous avez juste à continuer. C’est la même chose avec la vie. J’étais prêt à jouer à ce jeu et c’était ma journée. J’espère que demain ce sera aussi, mais ça ne me dérange pas. Je suis prêt à tout faire pour l’équipe. Nous sommes ensemble depuis trois ans et nous savons tout l’un de l’autre. J’espère que nous pourrons être plus dangereux à l’avenir.

Q: Comment faites-vous face à la pandémie? Comment a été la saison pour vous?

R: Honnêtement, je n’y pense pas. Cela peut sembler un peu étrange, mais c’est comme ça. Je suis conscient de tout, je sais ce qui se passe; surtout dans mon pays. La Turquie est différente pour moi parce que je ne comprends pas le turc et je ne peux pas suivre les nouvelles. Nous avons une très bonne organisation dans le club parce que nous pratiquons tous la responsabilité personnelle. Nous avons eu quelques cas dans l’équipe et il y en aura probablement d’autres à l’avenir, mais nous essayons de passer par la situation aussi positive que possible. Nous n’en parlons pas trop et je n’ai pas l’impression qu’il se passe actuellement quelque chose de grand autour de nous, mais je sais ce qui se passe dans le monde. C’est une situation très dangereuse et j’essaie de rester concentré.

Q: Shane Larkin a été absent pour la plupart du temps, sauver quelques jeux. Comment va votre chimie cette saison ?

R: Oui, mais c’est correct. Je l’aime tellement parce qu’on clique. Espérons que nous cliquerons jusqu’à la fin de l’année. Nous avons trouvé un rythme ensemble et j’aime jouer avec lui. Quand il sera en bonne santé et prêt, nous serons une meilleure équipe. Je suis très heureux qu’il soit resté avec nous. Cette saison, nous essayons toujours de trouver notre rythme parce que nous n’avons pas bien commencé et il a aussi raté quelques matchs. Il est le seul joueur pour qui je peux garantir qu’il sera en grande forme rapidement parce qu’il a cet état d’esprit tueur. Donc, je ne suis pas trop inquiet pour lui.


Shane Larkin et Vasilije Micic célèbrent après avoir marqué lors du match de l’EuroLeague Turkish Airlines entre le FC Barcelone Lassa et Anadolu Efes Istanbul à Barcelone, espagne le 24 avril 2019. (Photo par Lola Bou/Agence Anadolu/Getty Images)

Q: Pensez-vous que ne pas conclure la saison dernière a été injuste pour Efes?

R: Non, je ne me sens pas comme ça. Le virus était partout. Même si nous avons raté un championnat, en regardant ce qui se passait dans le monde, je peux l’accepter. Je serais heureux si nous pouvions continuer, mais qui sait? Il y a tellement de « si » dans l’air. Nous devons simplement nous concentrer sur cette année.

Q: Avez-vous eu des discussions avec les Sixers l’été dernier?

R: Nous avons eu une sorte de discussion, mais à la fin, il était vraiment impossible de se rencontrer parce que les dates ne sont pas restées comme nous l’avions convenu auparavant. J’avais une option dans mon contrat avec Efes et je ne pouvais pas m’en sortir après un certain point. Je me sens bien avec cela parce que je suis heureux à Efes. Nous verrons ce qui se passera à l’avenir.

Q: Avez-vous décidé où vous jouerez l’année prochaine?

R: Non, il est encore trop tôt. Je n’y pense pas parce que dans ma carrière, surtout au cours des quatre dernières années, tout s’est passé trop vite. Les gens ne croyaient même pas que j’arriverais à un niveau où je suis maintenant, sans parler de jouer dans la NBA. Je veux y aller lentement.

Q: L’année dernière, lors du tournoi de l’Acropole avec la Serbie, vous m’avez dit que vous vouliez un rôle garanti dans une équipe de la NBA.

R: On dirait que je suis un peu arrogant, mais je ne le suis pas. Je me sens vraiment bien de faire partie d’une bonne équipe et de pouvoir jouer. À ce stade, nous jouons au basket de très haut niveau en Europe et je ne manque rien. Ce n’est pas un rêve [to go to the NBA] et si j’y vais, je veux faire partie d’une équipe qui a un bon système. Je ne veux pas juste dire: « Je suis dans la NBA! ».

Q: Considérez-vous que c’est un risque, laisser une situation à peu près sûr et aller à l’étranger dans un environnement inconnu?

R: Rien n’est sûr. Je ne pense pas comme ça. Chaque année, depuis que je suis venu à Efes et aussi l’année précédente à Zalgiris, les gens ont douté de mes capacités. Je n’écoute pas ce genre de choses. Si cela se produit, j’irai à 100% avec cette décision et j’y croirai.

Q: Vous avez fait un long chemin, d’être un joueur de rôle hors du banc à devenir un démarreur et une étoile. Comment vivez-vous votre transition?

R: Je ne le vois pas comme quelque chose de spécial. À un jeune âge, je me souviens que les gens parlaient de moi que je deviendrais un joueur talentueux avec une bonne carrière. Puis, tout à coup, ça n’a pas marché comme ça. C’est là que j’ai réalisé à quel point c’était important d’être dans ton propre monde, à part tout ce qui se passe autour de nous. Je n’écoute pas ce que les autres pensent de moi. Je travaille très dur et c’est quelque chose que personne ne peut m’enlever. Je vais probablement avoir des hauts et des bas, mais si vous croyez en vous-même et avoir une bonne attitude, tout est possible.

Q: Croyez-vous que cette saison est ou peut être décidée par chance dans une large mesure? Je veux dire, les joueurs se faire infecter, les jeux étant reportés ou tenus sans fans, etc.

R: Nous sommes tous tombés victimes de tout ce qui s’est passé. Donc, rien ne peut nous surprendre. J’espère qu’ils trouveront un moyen de terminer la saison. J’ai bon espoir que cela puisse arriver.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending