Connect with us

France

Une femme a dit aux médecins de « dire à mes enfants que je les aime » après avoir été poignardé par des djihadistes

Published

on


Une maman mourante qui a dit aux médecins « dire à mes enfants que je les aime » après qu’elle a été poignardée par un terroriste présumé a été aidé par un héros musulman qui a ensuite courageusement confronté le tueur.

Simone Barreto Silva, 44 ans, qui vivait en France depuis 30 ans après avoir déménagé du Brésil et eu trois enfants, a succombé à ses blessures devant la basilique Notre-Dame de Nice, dans le sud de la France.

⚠️ Lire notre blog en direct sur l’attaque terroriste en France pour les dernières actualités

Simone Barreto Silva est morte après avoir été poignardée par le terroriste

Le préfet de l’Église Vincent Loquès a été la première victime nommée dans l’attaque

Brahim Aoussaoui, un migrant tunisien de 21 ans soupçonné du meurtre de trois fidèles

Des policiers comparaissent sur les lieux d’une attaque dans une église de Nice

Elle faisait partie des trois personnes qui ont été tuées dans l’attaque brutale du terroriste présumé Brahim Aoussaoui, un migrant tunisien de 21 ans, qui a pris d’assaut l’église avec un couteau de 12 pouces.

Simone est morte aux côtés du directeur de l’église Vincent Loques, 54 ans, et d’une troisième victime anonyme qui a été décrite comme une femme âgée qui a été décapitée hier à 9h.

La mère aurait décalé de l’église et cherché refuge dans un restaurant voisin où elle a été aidée par l’un des travailleurs et par le frère du propriétaire Brahim Jelloule.

Son profil sur Facebook montre des photos de ses deux jeunes fils et d’une fille, et sa photo de bannière est une photo de Jésus.

Déchirant, ses derniers mots auraient été « dites à mes enfants que je les aime ».

Jelloule a déclaré à TV France Info: « Elle a traversé la rue, tout ensanglanté, et c’est mon frère et un de nos employés qui l’ont secourue, l’ont mise à l’intérieur du restaurant, sans rien comprendre, et elle a dit qu’il y avait un homme armé à l’intérieur de l’église. »

Son frère et l’ouvrier se sont ensuite rendus à l’église pour affronter le tueur, mais l’ont trouvé armé de la lame.

Ils n’ont eu d’autre choix que de s’enfuir et ont appelé la police, qui a ensuite foncé sur l’église catholique – tirant sur le suspect 14 fois.

Le propriétaire du restaurant a déclaré Simone est mort environ une heure et demie après avoir été poignardé en dépit des efforts des ambulanciers paramédicaux pour sauver sa vie.

« Ce n’est pas l’islam. Je connais le Coran par cœur, et ce n’est pas ce qu’il prêche », a déclaré Jelloule.

Simone est née à Salvador, au Brésil, était une cuisinière formée, travaillait actuellement à donner des soins aux personnes âgées, et a aidé à organiser un festival de la culture brésilienne chaque année à Nice, rapporte Globo.

Simone Barreto Silva photographiée avec la légende du football brésilien Ronaldinho

Simone Barreto Silva était une mère de trois enfants originaire du Brésil

Les derniers mots de Simone Barreto Silva étaient « ites à mes enfants que je les ase »

Le suspect terroriste Aoussaoui n’était pas connu des services de sécurité et s’est rendu à Paris en provenance d’Italie le 9 octobre après son arrivée sur l’île italienne de Lampedusa le 20 septembre.

Il aurait changé de vêtements après son arrivée à Nice en train avant de s’ercrêtir à l’église à 8h29 avant de massacrer les trois fidèles pendant plus d’une demi-heure.

M. Loquès, père de deux enfants, était le sacristain de l’immeuble et se préparait à la première messe de la journée lorsqu’il a été attaqué.

Les paroissiens lui ont rendu hommage en lui disant qu’il avait aidé, qu’il avait servi, qu’il avait donné, rapporte Nice-Matin.

Son corps a été retrouvé à l’intérieur de Notre-Dame.

Le Parisien rapporte que M. Loques était directeur d’église depuis dix ans, et que les membres de la paroisse se sont dits « expansifs et sympathiques ».

Les officiers médico-légaux quittent l’église pendant qu’ils enquêtent sur l’attaque

Le procureur de la République de France, Jean-François Ricard, a déclaré hier soir que le corps de la troisième victime, une femme de 60 ans, avait été retrouvé étranglé et décapité près de la police de l’église.

Une équipe de quatre policiers locaux a pris d’assaut l’église par une entrée latérale et a tiré sur le terroriste avec un taser et des armes à feu alors qu’il criait « Allahu akbar ».

L’assaillant a été transporté à l’hôpital avec de graves blessures alors que la police antiterroriste a ouvert une enquête sur ce saccage sanglant.

Les enquêteurs ont trouvé deux couteaux inutilisés, un Qu’ran et deux téléphones portables, en plus d’un sac avec quelques effets personnels.

La police antiterroriste a également arrêté un homme de 47 ans à Nice soupçonné d’être complice.

Les rapports affirment qu’il était en contact étroit avec l’Aoussaoui avant l’attaque et est soupçonné de lui avoir donné le deuxième téléphone portable.

Des bougies sont allumées devant la basilique Notre-Dame de Nice

Pol arméla glace montent la garde après la vague de violence

Des pleureurs se rassemblent à Nice après l’attentat

La mère du tueur présumé, Kmar, a pleuré alors qu’elle était interrogée sur son fils au domicile familial de la ville tunisienne de Sfax.

Son frère Yacine a déclaré à la chaîne de télévision Al Arabiya: « Il m’a dit qu’il voulait passer la nuit devant la cathédrale.

« l m’a aussi envoyé une photo de l’immeuble. Il m’a téléphoné à son arrivée en France.

Il a dit que la famille a été choquée en apprenant qu’il était responsable de l’attaque après avoir vu des photos de lui abattu sur le sol de l’église.

Un voisin a dit qu’il connaissait l’agresseur lorsqu’il était mécanicien et qu’il occupait divers autres petits boulots et qu’il n’avait montré aucun signe de radicalisation.

Les autorités judiciaires tunisiennes ont déclaré que Brahim n’avait pas été classé comme extrémiste avant de quitter le pays et qu’il n’était pas connu des forces de sécurité.

D’autres migrants qui s’étaient rendus en Europe avec Aoussaoui ont affirmé qu’il était « constamment au téléphone » alors qu’il était détenu sur un navire de quarantaine de coronavirus après son arrivée en Italie

Le journal italien Il Corriere della Serra a rapporté qu’il avait dit à d’autres migrants qu’il était impatient de se rendre en France, où il a affirmé qu’il avait des parents.

La mère de l’assaillant niçois Brahim Aouissaoui pleure alors qu’elle est interrogée par la police

Lmar et Yacine parlent de leur choc

La France a connu hier une vague de violences alors qu’un tireur présumé d’extrême droite aurait fait un salut nazi a été abattu par la police à Avignon.

Et deux autres suspects ont été pris avec des couteaux ailleurs en France, tandis qu’un agent de sécurité du consulat Français à Djeddah, en Arabie saoudite, a été poignardé.

Le président Emmanuel Macron a qualifié son pays de « attaqué » alors qu’il s’adressait à la nation au cours de la journée de l’effusion de sang.

Il a dénoncé le bain de sang de Nice comme une « attaque terroriste islamique » et a déclaré avec défi que la nation ne « renoncerait pas à nos valeurs ».

Le président a annoncé que jusqu’à 7 000 soldats seront déployés dans les rues à travers la France à la suite des violences visant à protéger les monuments, les écoles et les lieux de culte.

La France a désormais relevé son statut d’alerte au plus haut niveau possible d' »urgence d’attaque terroriste ».

Français soldats montent la garde devant Notre-Dame à Nice

Emmanuel Macron a qualifié son pays d

Macron annonce le déploiement de 7 000 soldats dans toute la France

Le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré que l’assaillant n’arrêtait pas de crier « Allahu Akbar » même après avoir été abattu et qu’il ait été chargé dans une ambulance.

Il a dit: « Assez, c’est assez. Il est temps maintenant pour la France de s’exonérer des lois de la paix afin d’éliminer définitivement l’islamo-fascisme de notre territoire.

Il vient comme anti-France sentiment fait rage à travers de nombreuses nations musulmanes au milieu d’une rangée furieuse sur caricatures controversées du prophète Mahomet.

Et les attaques se sont produites alors que les musulmans célébraient le jour saint Mawlid, qui marque la naissance de Mohammed.

Samuel Paty, professeur d’histoire, 47 ans, a été décapité par Abdullah Anzorov, 18 ans, le 17 octobre, après avoir utilisé les caricatures pour enseigner à ses élèves l’importance de la liberté d’expression.

La France a provoqué l’ire de nations comme l’Iran et la Turquie, qui ont adopté une ligne dure pour défendre les caricatures controversées du prophète Mahomet.

Le professeur d’histoire Paty a reçu à titre posthume la Légion d’Honneur – la plus haute distinction de France – et Macron a insisté sur le fait que le pays « ne renoncerait pas à nos caricatures ».

Des caricatures du prophète Mahomet ont été affichées en France en solidarité avec Paty pour défendre ce que beaucoup dans le pays considèrent comme ses valeurs de liberté d’expression et de laïcité.

Macron a déclaré qu’il redoublerait d’efforts pour arrêter les croyances islamiques conservatrices subvertir Français valeurs – ce qui a irrité de nombreux musulmans.

La France a lancé une répression contre ce qu’elle perçoit comme un islam radical, annonçant qu’elle avait fouillé plus de 120 maisons et fermé une mosquée à Pantin.

Paty est considéré comme un champion de la liberté d’expression par beaucoup en France après sa mort brutale – inspirant l’expression provocante « Je Suis Prof ».

L’image qu’il a montrée aux étudiants était la même que celle publiée par Charlie Hebdo qui a déclenché l’attaque contre les bureaux du magazine qui a fait 12 morts.

Son assassinat est survenu après une attaque au couteau près des anciens bureaux de Charlie Hebdo quelques semaines auparavant – dans laquelle le suspect est soupçonné d’avoir tenté de cibler le magazine.



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending