Connect with us

Monde

Un couple sans enfant ‘a violé une locataire pour la rendre enceinte puis voler son bébé’

Published

on


Un couple d’ENFANTS aurait emprisonné, poignardé et violé un locataire dans un complot malade pour la rendre enceinte et ensuite voler son bébé.

Le couple, un Roumain de 39 ans et un Espagnol de 45 ans, ont été jugés hier dans la ville espagnole de Valence.

Le procès se tient à la Cour provinciale de Valence

Les procureurs de l’État veulent que le couple soit mis en cage pendant un total de 40 ans s’ils sont reconnus coupables d’avoir tenté d’obtenir une femme qu’ils ont prise dans leur maison enceinte afin qu’ils puissent la forcer à abandonner l’enfant après la naissance.

La victime présumée a affirmé au tribunal qu’elle avait été violée après avoir refusé plus de 90 000 euros pour donner au couple le bébé qu’ils souhaitaient.

Au début du procès hier, la femme a également affirmé qu’elle avait été détenue, poignardée et frappée avec une batte de baseball après avoir accepté de devenir leur femme de ménage.

L’homme et la femme au centre des revendications n’ont pas été nommés dans les rapports de presse locaux sur le procès à la Cour provinciale de Valence.

Ils ont protesté de leur innocence après avoir appris que les procureurs voulaient qu’ils soient emprisonnés pendant 19 ans s’ils étaient reconnus coupables de deux chefs d’accusation de viol.

PLAN DE MALADIE

Le Roumain jugé est également accusé d’un autre crime de blessures et risque deux ans de prison s’il est reconnu coupable.

Ils insistent sur le fait que les relations sexuelles avec leur victime présumée, qui est également roumaine, étaient consensuelles.

L’Espagnole – dont le partenaire risque 21 ans de prison s’il est reconnue coupable – a affirmé qu’ils lui a offert un logement gratuit après avoir eu pitié d’elle à la suite d’une réunion dans un magasin.

Rejetant les allégations selon lesquelles elle voulait un enfant, mais ne pouvait pas en avoir un, elle a dit au tribunal: « Elle n’a pas payé de loyer et elle a eu des relations sexuelles avec mon partenaire.

« Je me suis parfois impliqué dans des baisers. »

Les procureurs allèguent que le double viol a eu lieu en juillet 2017.

La police qui a témoigné au procès d’hier aurait trouvé la victime présumée « nerveuse et en sueur » après avoir répondu aux rapports faisant état d’un incident impliquant un couteau.

Ils ont dit au tribunal qu’ils avaient entendu l’accusé dire à son coaccusé : « Nous ne serons pas en mesure d’avoir cet enfant maintenant et nous devons la virer de la maison », selon un rapport du journal Informacion, basé à Alicante.



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending