Connect with us

Technologie

Un consortium dirigé par l’Europe étudie la cryptographie quantique

Published

on


Un consortium d’entreprises dirigé par Airbus a été mis en place par la Commission européenne (CE) pour étudier la conception des futures communications quantiques européennes.

La Commission prévoit de développer un réseau ultra-sécurisé basé sur des technologies quantiques pour relier les infrastructures critiques et les institutions gouvernementales dans toute l’Union européenne. Les autres membres du consortium sont : Leonardo, Orange, PwC France et Maghreb, Telespazio (une joint-venture Leonardo et Thales 67/33), le Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR) et l’Istituto Nazionale di Ricerca Metrologica (INRiM).

L’étude de 15 mois établira les détails du système de bout en bout et concevra le segment terrestre soutenant le service de distribution de clés quantiques (QKD).

La cryptographie quantique tire parti des particules élémentaires qui ne peuvent pas être clonées, pour s’assurer que les communications ne sont pas altérées ou piratées. La nature des particules élémentaires signifie que l’acte même d’observer une telle particule change d’état, alertant ainsi l’expéditeur et le récepteur du fait que le signal a été intercepté, arrêtant ainsi le message.

Aux États-Unis, le National Institute of Standards and Technology (Nist) examine actuellement une série d’algorithmes cryptographiques post-quantiques proposés, qui seront publiés une fois le processus de sélection terminé. En juillet de l’année dernière, Nist a annoncé qu’il avait atteint le deuxième tour de son processus de sélection pour identifier les algorithmes de cryptographie quantique.

Si le volume de brevets en technologie quantique cité par Le Washington Post en 2019, c’est tout, la Chine semble être à l’avant-garde des réseaux quantiques. Le 6 janvier 2021, New China TV a rapporté que des scientifiques chinois avaient mis en place un réseau quantique intégré couvrant une distance combinée de 4 600 km pour la distribution de clés quantiques.

L’étude européenne vise à élaborer une feuille de route détaillée pour la mise en œuvre, y compris le coût et le calendrier de chaque phase de mise en œuvre. L’étude aidera également la CE à concevoir une infrastructure avancée de test et de validation QCI, y compris des normes. L’objectif est de faire fonctionner un démonstrateur EuroQCI d’ici 2024 et un premier service opérationnel d’ici 2027.

Au fil du temps, la CE espère intégrer des technologies et des systèmes quantiques dans des réseaux de communication terrestres par fibre optique, ainsi qu’une liaison spatiale, afin d’assurer une couverture complète à travers l’UE et d’autres continents. « Cela permettra de sécuriser les systèmes de cryptage et les infrastructures critiques de l’Europe, telles que les institutions gouvernementales, le contrôle du trafic aérien, les établissements de santé, les banques et les réseaux électriques, contre les cybermenaces actuelles et futures », a déclaré la commission.

Le plan à long terme est que l’EuroQCI devienne la base d’un internet quantique en Europe, connectant des ordinateurs quantiques, des simulateurs et des capteurs via des réseaux quantiques pour distribuer des informations et des ressources en toute sécurité.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance