Connect with us

Monde

Six flics « dont un qui a pris un selfie MAGA » suspendu pour l’attaque du Capitole

Published

on


SIX policiers du Capitole ont été suspendus et 29 autres mis en examen à la suite de leurs actions dans l’attaque du Capitole.

L’un des officiers suspendus était le flic qui a pris un selfie avec un membre de la foule qui a dépassé le Capitole, selon le représentant démocrate de l’Ohio Tim Ryan.

L’un des officiers suspendus avait pris un selfie avec un membre de la foule qui a dépassé le Capitole

Des partisans de Trump s’affrontent avec la police et les forces de sécurité alors qu’ils prennent d’assaut le Capitole américain le 6 janvier

Un autre flic portait un chapeau « Make America Great Again » lors de l’incident du 6 janvier et a commencé à diriger les gens autour du bâtiment, a dit Ryan.

Le porte-parole du département John Stolnis a déclaré à CNN: « Le chef par intérim Yogananda Pittman a ordonné que tout membre de son département dont le comportement n’est pas conforme aux règles de conduite du Ministère fera face à une discipline appropriée. »

Quelques jours après l’incident, le Sun a rapporté que deux policiers du Capitole avaient été suspendus et un arrêté pour avoir agi de manière inappropriée pendant les émeutes.

À l’époque, 10 à 15 policiers du Capitole faisaient également l’objet d’une enquête pour leur comportement lors de l’attaque.

Cette mesure disciplinaire survient à un moment de troubles internes au ministère.

Les agents ont continué de se débattre avec l’insurrection qui a causé la mort de l’agent Brian Sicknick, qui a été mortellement blessé lors d’un affrontement avec des émeutiers de la MAGA au cours de l’incident.

Sicknick se serait effondré dans son bureau de division quelque temps après avoir été agressé par un émeutier avec un extincteur.

L’agent a ensuite été transporté dans un hôpital voisin où il a été placé sous vie, selon le président du syndicat de la police du Capitole Gus Papathanasiou.

Il a succombé à ses blessures vers 21h30 le lendemain des émeutes.

Plus tôt ce mois-ci, des membres de la police du Capitole auraient émis un vote de défiance à l’égard des principaux dirigeants de la force.

Au moins sept agents de cinq autres départements à travers les États-Unis avaient fait l’objet d’enquêtes internes alors que leur présence à Washington lors de l’assaut avait été mis au jour par le biais des médias sociaux ou d’autres moyens.

Le nombre pourrait augmenter, car les enquêteurs ainsi que le public passent au crible les médias sociaux et déposent des allégations selon lesquelles des agents pourraient avoir été impliqués dans le siège.

Par ailleurs, six autres personnes liées à la milice d’extrême droite Oath Keepers ont été inculpées pour avoir planifié l’attaque contre le Capitole.

Parmi les nouvelles arrestations figuraient Graydon Young, 54 ans, floridien, Laura Steele, 52 ans, résidente de caroline du Nord, Sandra Ruth Parker, 62 ans, et Bennie Alvin Parker, 70 ans, toutes deux de l’Ohio, et Connie et Kelly Meggs, 52 et 59 ans, qui étaient résidents de la Floride.

Young aurait organisé des armes à feu et de la formation au combat pour lui-même et d’autres, par l’intermédiaire d’une entreprise de Floride.

Avant l’attaque, Bennie Parker aurait beaucoup communiqué avec Jessica Watkins – une autre affiliée des Oath Keepers arrêtée le mois dernier – au sujet de son arrivée présumée dans sa milice et de la combinaison des forces pour les événements du 6 janvier.

Au cours de l’attaque, les autorités ont déclaré que le groupe portait des gilets tactiques et des casques et a marché jusqu’aux marches du centre du côté est du Capitole des États-Unis dans une « formation de pile de style militaire » avant de franchir la porte en haut et de prendre d’assaut le bâtiment.

Les six personnes arrêtées cette semaine ont suivi l’arrestation de trois autres personnes qui ont été inculpées le mois dernier; Thomas Caldwell, Jessica Watkins et Donovan Ray Crowl.

Un membre d’une foule pro-Trump bashes une entrée du Capitole dans une tentative d’accéder

Les partisans de M. Trump se sont rassemblés dans la capitale nationale le 6 janvier pour protester contre la ratification de la victoire du président élu Joe Biden au Collège électoral



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance