Connect with us

Technologie

Red Hat rivalise avec VMware et Nutanix avec l’OCS 4.5 hyper-convergent

Published

on


L’offre de Red Hat autour d’OpenShift n’a jamais été aussi proche de celles de Nutanix et VMware qu’aujourd’hui.

Avec la sortie d’OCS 4.5, il peut présenter des machines virtuelles, des conteneurs et du stockage, et leur permettre d’être administrés à partir de la même interface de manière hyper-convergente.

OCS est OpenShift Container Platform, qui est une implémentation d’OpenShift avec le stockage Ceph comme son back-end. La nouvelle fonctionnalité OCS 4.5 ajoute à cela dans la version 4.5 de juillet de la distribution OpenShift Kubernetes de Red Hat, et lui permet de rivaliser avec vSphere 7 Tanzu et AOS de Nutanix avec l’extension Karbon.

L’OCS 4.5 défini par logiciel agit comme une solution d’infrastructure hyper-convergente, avec une gestion possible via la même interface utilisée pour administrer le stockage externe. C’est comme vSAN de VMware, qui s’interface maintenant avec les conteneurs de son nouveau module vSAN Data Persistence, et comme Nutanix, qui fonctionne avec les mêmes types de stockage que Ceph.

« Historiquement, OCS a permis à OpenShift de gérer le stockage local et de l’attacher aux conteneurs qu’il a courus », a déclaré Yacine Kheddache, chef de l’architecture chez Red Hat France.

« ais depuis l’arrivée d’OpenShift 4 et le passage vers Kubernetes nos clients ont voulu attacher au stockage externe d’OpenShift, qui a été possible à partir de la version 4.2 d’OCS, grâce au remplacement de son moteur Gluster avec Ceph.

« La nouvelle version 4.5 d’OCS finalise cette intégration avec un onglet d’administration graphique dédié pour OpenShift et la possibilité de déclencher des processus automatisés », a-t-il déclaré.

Stockage défini par logiciel

Dans sa version autonome, Ceph est un stockage défini par logiciel installé sur un cluster de serveurs avec plusieurs lecteurs sur lesquels les volumes de stockage sont créés, en mode bloc, fichier ou objet.

Ses principaux avantages réside dans la performance et sa grande élasticité. Sa principale faiblesse, cependant, est qu’il peut être très complexe à gérer à partir de sa propre interface.

OpenShift, quant à lui, simplifie radicalement les conteneurs orchestrés par Kubernetes. En effet, il contient toutes les interfaces pour permettre aux développeurs de déployer des ressources sans avoir à faire appel à des administrateurs système.

« Les premières entreprises intéressées par l’intégration de Ceph dans OCS sont celles qui utilisent le stockage OpenShift et Ceph parce qu’elle leur permet de gérer Ceph avec toutes les installations offertes dans OpenShift sans avoir à passer d’une interface à l’autre », a déclaré Kheddache.

Cependant, a-t-il dit, les cas d’utilisation rencontrés dans un cluster Ceph vont souvent au-delà de ceux d’une charge de travail conjointe avec OpenShift. Dans ce cas, les volumes qui ne sont pas utilisés avec les conteneurs mais qui prennent en charge les applications gérées par d’autres serveurs sont administrés à partir de la propre interface de Ceph.

Mais l’hypothèse serait que l’objectif de Red Hat est que les serveurs externes doivent également être orchestrés par OpenShift car il est également capable d’exécuter des machines virtuelles.

OCS peut administrer des volumes sur des disques internes aux nœuds OpenShift et sur ceux d’un cluster Ceph externe. Il ne peut pas déployer des volumes qui chevauchent les deux, mais offre plutôt un mécanisme de réplication ou de migration entre les deux.

Migrations automatisées

En mode cloud hybride, la console OCS déployée sur site OpenShift peut également gérer les volumes de stockage OCS sur les instances OpenShift dans AWS et gérer les migrations automatisées entre les deux.

« Dans AWS, les volumes d’OCS utilisent EBS [Elastic Block Store] service », a déclaré Kheddache. « Ous ne prenons officiellement en charge aucun service, sauf ce service pour l’instant, car pour parfaire l’intégration, nous avons développé la gestion avec les fonctionnalités étendues par l’API AWS. »

« éanmoiment, la version 4.5 d’OCS est livré avec des modules d’aperçu qui fournissent la compatibilité avec le stockage Blob, qui est l’équivalent d’EBS dans Azure . »

La version 4.5 d’OCS et OpenShift apportent un certain nombre d’autres nouvelles fonctionnalités aussi. L’un d’eux est la possibilité de se déployer en mode « inist », dans lequel aucun paquet supplémentaire ne doit être téléchargé pendant l’installation. Cette fonctionnalité a été développée pour répondre aux besoins des clients ayant des activités sensibles et qui veulent un écart entre leur centre de données et l’Internet.

« Les paquets d’installation sont disponibles sur les serveurs locaux », a déclaré Kheddache. « t dans de nombreux cas, nos clients alimentent le serveur avec des mises à jour qu’ils apportent sur les disques amovibles. »

OCS 4.5 est également livré avec le nouveau protocole de chiffrement de bout en bout FIPS-140.

Pendant ce temps, OCS 4.5 prend désormais en charge deux serveurs capables d’écrire sur un volume de stockage de blocs en même temps. Cette fonction est destinée à accompagner l’arrivée de machines virtuelles dans OpenShift 4.5 en permettant la migration à chaud d’un VM entre les clusters, ce qui équivaut à vMotion de VMware ou la migration en direct de Nutanix.

« Il est intéressant de noter que nous n’avons jamais eu besoin d’effectuer des transferts d’applications à chaud entre deux clusters OpenShift », a déclaré Kheddache « Parce que la bonne pratique avec les conteneurs est de toujours relancer une nouvelle copie de l’instance. Mais nous avons montré que nous sommes capables de nous adapter très rapidement.

OCS relance également les fonctionnalités que Ceph a oubliées : accéder aux volumes de blocs sans avoir à passer par le protocole S3.

« Ceph a été conçu à l’origine avec accès via RADOS et c’est en utilisant cela que nous avons installé une couche de compatibilité S3 », at-il dit.

« Tiliser directement RADOS peut néanmoins s’avérer utile dans le cas d’applications qui n’ont pas la possibilité d’être exportées vers le cloud, car l’accès est très rapide. Avec le protocole de bas niveau disponible dans OCS, vous pouvez l’installer au-dessus de n’importe quel autre protocole d’objet », a déclaré Kheddache, avec la possibilité de migrer des applications écrites pour les anciens systèmes de stockage d’objets à l’esprit.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance