Connect with us

Monde

Papa-de-6 est mort après être tombé dans la machine à broyeur de carton à 3 euros de l’heure

Published

on


Un DAD-OF-SIX est mort après être tombé dans un broyeur de carton alors qu’il travaillait pour seulement 3 euros de l’heure sur un site de recyclage, a-t-on appris de source judiciaire.

Gul Daad Khan, 36 ans, travaillait de longues heures sur un site de Digbeth, Birmingham, lorsque l’accident d’horreur avec la machine à balles s’est produit le 12 octobre 2016.

Gul Daad Khan est tombé dans la presse et a été écrasé à mort

L’homme de 36 ans, qui était un immigrant illégal, aurait travaillé six jours par semaine, 11 heures par jour et était payé seulement 35 euros – environ 3,18 euros de l’heure – dans de mauvaises conditions.

L’enquête de l’année dernière a été dit de nombreuses caractéristiques de sécurité sur la presse à feu avait été désactivé, aucune évaluation des risques n’avait été effectuée et aucun équipement de sécurité n’a été offert aux employés.

Personne n’a été confronté à une action sur sa mort dans une industrie qui a vu au moins 19 travailleurs tués depuis 2017.

Son histoire est seulement maintenant racontée, rapporte le Birmingham Mail.

M. Khan est monté sur le dessus de la presse utilisée pour écraser le carboard après qu’il était devenu bloqué, mais est tombé dans la machine et a été écrasé.

Les détails de la tragédie ont été révélés lors de l’enquête qui a déclaré la cause officielle du décès comme « écraser l’asphyxie ».

Dans son dossier écrit de l’enquête, le coroner adjoint de l’époque, James Bennett, a déclaré : « La presse était bloquée en raison d’une surcharge en carton.

« Ans une tentative de dégager le blocage, le défunt est monté sur le haut de la balle. Il est tombé dans la machine, qui a ensuite continué à fonctionner.

Le coroner a énuméré une série de questions « contributives » à la mort.

Il a déclaré: « De nombreuses caractéristiques de sécurité de la presse avait été désactivée. La presse n’avait pas été maintenue.

Le coroner a ajouté qu’il n’y avait pas de formation, pas d’évaluation des risques, pas de « systèmes de travail sécuritaires » et qu’il n’y avait pas d’équipement de sécurité fourni aux travailleurs.

Il a travaillé 11 heures par jour sur le site pour seulement 3,18 euros de l’heure

Son ami a affirmé que les travailleurs n’avaient reçu aucune formation ou équipement de sécurité.

Gulbacha Yousafhail, l’ancienne colocataire et collègue de travail de M. Khan, a fait lire une déclaration lors de l’enquête et a parlé des conditions de travail.

Il a dit au tribunal qu’il était analphabète, qu’il ne connaissait même pas l’adresse du site et qu’il avait décrit les mauvaises salaires et les heures de travail.

De leur salaire, lui et M. Khan payaient 100 euros par mois pour une chambre louée partagée à Lozells.

Tous deux travaillaient sur le chantier depuis environ trois ans.

‘DÉJÀ MORT’

Gulbacha a déclaré: « Personne n’a reçu de formation dans cette usine. Je n’ai jamais reçu de formation et je n’ai jamais rien dit ou conseillé sur la santé et la sécurité.

« n m’a donné une veste à porter et c’est tout. »

Il a ajouté : « Je nettoyais et Gul Daad travaillait sur la machine. Puis soudain, les gens ont commencé à crier que Gul Daad a été blessé. Quand je suis arrivé là-bas, il était déjà mort.

Il a dit qu’il croyait que M. Khan avait été frappé par un tapis roulant qui faisait courir la machine, une courroie qu’il a dit que son ancien collègue avait déjà réparé.

Les responsables de la santé et de la sécurité ont déclaré que l’enquête reste ouverte

Le travailleur avait grimpé sur une machine à balles

Parlant de son ami perdu, Gulbacha a déclaré à l’enquête: « J’ai vécu avec Gul Daad pendant longtemps et il était une personne saine et parfaite et autant que je sache, il n’avait pas de problème médical.

« Il n’a jamais bu d’alcool parce que nous sommes musulmans. »

L’enquête a appris que la machine était louée à Cardboard 4 Cash par M. Recycle Ltd.

Tous deux ont reçu des avis d’amélioration le 2 novembre 2016 et six autres avis d’interdiction entre le 3 et le 11 novembre 2016 en vertu de la législation sur la santé et la sécurité au travail, de la fourniture et de l’utilisation de l’équipement de travail et des règlements sur l’électricité.

Les ordonnances comprenaient l’interdiction de l’utilisation de la machine à baling « jusqu’à ce qu’elle ait fait l’objet d’un examen approfondi et d’un contrôle d’entretien par une personne compétente ».

Les entreprises ont également été interdites d’utiliser certains chariots élévateurs jusqu’à ce que des examens de sécurité aient eu lieu.

Un porte-parole de la Direction de la santé et de la sécurité a déclaré: « L’enquête sur l’incident est en cours et HSE continue de soutenir et de communiquer avec la police des West Midlands qui conservent la primauté de l’enquête, conformément au Protocole de décès lié au travail.

« Comme l’enquête est en cours, nous ne sommes pas en mesure de faire d’autres commentaires pour le moment. »



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending