Connect with us

Technologie

PAC examine l’échec des grands projets gouvernementaux de modernisation des TI

Published

on


Un rapport du Comité des comptes publics (CCP) a soulevé des préoccupations concernant les échecs liés aux objectifs et au coût des programmes complexes et de grande envergure de transformation des TI dirigés par les ministères du gouvernement central.

S’inspirant d’initiatives qui n’ont pas réussi à se moderniser ou qui ont subi des retards massifs et des dépassements de coûts, le rapport du CCP a décrit un certain nombre de raisons pour lesquelles les projets n’ont pas abouti, ainsi que des recommandations pour changer le scénario actuel.

Parmi les exemples d’échecs liés au changement numérique, pour lesquels le gouvernement estime qu’il dépense environ 20 milliards de livres sterling chaque année, cités dans le rapport, citons les erreurs du ministère de l’Intérieur concernant la modernisation des systèmes informatiques de base de la police, qui n’a pas progressé au cours des cinq dernières années. Les défis liés aux initiatives de transformation axées sur la technologie menées par nhs England pour transformer les services de soins primaires ont également été cités.

Selon la présidente du CCP, Meg Hillier, les « efforts stupéfiants » du gouvernement pour moderniser les systèmes informatiques ont été en proie au court-termisme, également observé dans d’autres domaines de la mise en œuvre des politiques, ainsi qu’à de fréquents changements de direction. « Le manège des ministres et des secrétaires permanents signifie que personne ne reste assez longtemps pour mener à bien les grands programmes essentiels de changement numérique », a-t-elle déclaré.

« Au lieu de cela, nous nous adonneons à des systèmes dysfonctionnels, dommageables et parfois dangereux qui dévorent des ressources précieuses mais ne protègent pas nos frontières, n’aident pas les services d’urgence à sauver des vies, ne soutiennent pas notre défense nationale ou le personnel qui risque leur vie pour la servir, et n’aident pas à attraper les personnes qui tombent à travers les trous béants de notre filet de sécurité sociale. » a ajouté Hillier.

Compétences

L’un des points soulevés par le rapport du CCP était le manque d’expertise dans les services opérationnels, ou dans des domaines techniques tels que le numérique et les données, chez de nombreux hauts dirigeants gouvernementaux. Cela a causé des problèmes allant de la définition de possibilités irréalistes pour les programmes à des résultats plus durables en ce qui concerne la refonte des services publics.

« Le manège des ministres et des secrétaires permanents signifie que personne ne reste assez longtemps pour mener à bien les grands programmes essentiels de changement numérique »

Meg Hillier, Comité des comptes publics

Le manque d’expertise est reconnu par le gouvernement central et il existe un désir que les 5 500 membres de la haute fonction publique acquièrent des compétences numériques et en matière de données, note le rapport. Cela se fait par le biais d’initiatives telles que des masterclasses sur les données, mais le CCP a fait valoir qu’il faut en faire plus pour doter les hauts dirigeants gouvernementaux de modèles d’affaires numériques, de leurs technologies habilitantes et de leurs données, ainsi que des moyens d’appliquer ces éléments à la transformation du gouvernement.

« Le Bureau du Conseil des ministres devrait élaborer un processus d’éducation au changement des entreprises numériques robuste et certifiable à l’adresse des ministres, des conseils ministériels et des hauts fonctionnaires, et devrait faire de la certification une condition préalable pour assumer des rôles clés », indique le rapport sous forme de recommandation, ajoutant que le ministère devrait rendre compte des progrès réalisés sur ce front dans les six mois.

Il existe un écart important entre la demande et l’offre de spécialistes numériques dont le gouvernement a besoin, note le rapport, ce qui rend difficile la recherche d’un équilibre entre le personnel interne et le personnel tiers. Le CCP s’est dit préoccupé par le fait que les intentions du gouvernement d’offrir davantage de services numériques à l’interne étaient en contradiction avec sa capacité d’attirer l’expertise dont il a besoin, et que des progrès significatifs doivent être réalisés pour relever ces défis de longue date. En outre, le rapport note que les salaires du gouvernement sont beaucoup plus bas que ceux du secteur privé.

Bien que le CCP n’ait offert aucun conseil spécifique sur la façon dont les ministères devraient s’y prendre pour remédier à la pénurie de compétences technologiques dans le secteur public, il a tenu le Bureau central du numérique et des données (CDDO), qui est responsable de la stratégie de renforcement des capacités du gouvernement, d’écrire au CCP dans les six mois avec des détails sur la façon dont il prévoyait d’atteindre ses objectifs. et sur une base annuelle de rendre compte des progrès réalisés par rapport à ces paramètres.

Héritage

Le manque de clarté dans la modernisation des systèmes existants qui sont cruciaux pour la prestation de services publics, mais qui sont également anciens, vulnérables et manquant de soutien, a été l’un des points notés dans le rapport PAC. Le rapport cite des domaines soutenus par des systèmes qui remontent parfois aux années 1970, tels que la gestion des frontières britanniques et les paiements de pension de l’État.

En ce qui concerne les systèmes existants, le rapport a noté que bon nombre de ces plates-formes fonctionnent à un niveau stable malgré leur âge, mais que d’autres sont à haut risque, peu fiables et constituent un obstacle à la transformation numérique. Les critiques formulées dans le rapport du CCP comprennent l’absence d’une procédure en cours.ss pour évaluer et comprendre les risques hérités de l’intergouvernemental.

Les efforts menés par le CDDO en matière de collecte d’informations sur les systèmes existants du Ministère ont été reconnus dans le rapport, ainsi que les plans visant à déployer un modèle de priorisation fondé sur les risques pour les mesures correctives à compter de 2022.

« C’est encourageant et nous sommes impatients de voir le centre et les ministères prendre des mesures concrètes pour commencer à s’attaquer aux systèmes hérités à haut risque l’année prochaine », indique le rapport, ajoutant que le CDDO devrait travailler avec les ministères pour cartographier les systèmes existants et documenter les raisons pour lesquelles ils existent encore et leur criticité, puis produire un pipeline et un plan d’action pour lutter contre les systèmes vieillissants d’ici la fin de 2022.

Concevoir

La différence entre l’amélioration de ce qui existe actuellement et la véritable transformation numérique n’a pas été comprise par les ministères, a noté le rapport du CCP, les nouveaux systèmes de étant rendus inefficaces car ils sont construits sur d’anciennes données. Les avantages pour les citoyens découlant de la refonte des systèmes basés sur les données et les technologies émergentes, ainsi que les nouveaux processus, n’ont pas été suffisamment pris en compte.

« Nous reconnaissons la mise en œuvre d’initiatives telles que Gov.uk Notify et Pay, mais nous notons qu’il s’agit de services de base relativement simples qui sont largement disponibles dans le commerce », indique le rapport, ajoutant que le CCP n’était pas convaincu que ces services démontrent la capacité du gouvernement à assurer les niveaux de transformation plus profonds nécessaires pour parvenir à une refonte plus fondamentale des services adaptés à l’ère numérique.

À titre de recommandation à cet égard, le CCP a suggéré l’introduction d’une « façon structurée de décider si les changements qu’ils apportent représentent des améliorations progressives aux systèmes existants ou une refonte plus transformationnelle des processus opérationnels ». La portée initiale et la conception des programmes dirigés par le Bureau du Conseil des ministres et d’autres ministères du gouvernement central devraient tenir compte de ces facteurs, note le rapport.

La nécessité pour les programmes numériques d’avoir leur propre bureau de programme unique a également été soulignée par le CCP, étant donné que les départements ont du mal à gérer l’intégration et les connexions entre les différentes plates-formes, en particulier en ce qui concerne l’héritage, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des programmes. Le rapport fait valoir que ces bureaux de programme ont besoin de connaissances numériques « au-delà de ce qui peut être fourni par un conseil de programme non spécialisé, soutenu par une fonction forte au niveau départemental et au centre du gouvernement pour s’assurer que cela se produise ».

Externalisation et sous-traitants

La dépendance excessive à l’égard des entreprises d’externalisation pour soutenir les opérations informatiques a également été mentionnée dans le rapport PAC, qui ajoute que le gouvernement admet qu’il existe une corrélation entre les programmes fortement externalisés et l’incapacité à atteindre les objectifs.

Le rapport indique que « les fonctions de TI ministérielles ne sont souvent pas structurées ou financées de manière à leur permettre d’exécuter et de mettre à jour leurs systèmes de base et de soutenir la transformation des activités ». L’approche actuelle en matière d’allocations d’examen des dépenses n’est pas non plus utile, note le rapport, ajoutant que la nécessité de mettre en œuvre dans le cadre de grands programmes de plusieurs milliards de livres a conduit à un sous-investissement dans la gestion de l’héritage et le maintien de l’adéquation des systèmes à l’usage.

Le rapport a fait valoir que la faible taille des ressources internes dans les ministères qui font un usage intensif de l’externalisation a conduit à un recours intensif à des consultants externes. Cependant, il a noté que même si ces professionnels peuvent avoir une expertise considérable dans certains domaines, ils ont peu ou pas de connaissances sur les systèmes existants. Cela conduit à des problèmes tels que l’incapacité de changer de direction lorsque cela est nécessaire, a-t-il déclaré.

Pour résoudre ces problèmes, le rapport recommandait des mesures que le CDDO pourrait prendre pour améliorer la maturité de l’approche des ministères en matière d’opérations et de changements informatiques, telles que la définition de l’influence que les leaders spécialisés en numérique devraient avoir, ainsi que la définition de qui est responsable des contrats et des mécanismes d’assurance au début et tout au long du cycle de vie.

En ce qui concerne le recours excessif à des entrepreneurs ou à des consultants externes pour les décisions de conception ou d’architecture de base précédemment examinées par le CCP, le rapport a souligné que le Bureau du Conseil des ministres prenait des mesures pour résoudre le problème. Il s’agit notamment de l’introduction d’une équipe centrale d’experts s’appropriant les normes numériques, de données et technologiques, y compris les choix technologiques, la confidentialité, la sécurité et l’interopérabilité.

Sur les moyens de résoudre les problèmes liés à la surveillance des programmes numériques, le CCP a recommandé l’élaboration de « lignes directrices sur la façon d’aborder l’intégration héritée et d’imposer une conception rigoureuse et professionnelle, des contrôles et des pratiques en matière de données et d’infrastructures, avec des responsabilités appropriées ».

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance