Connect with us

France

Nicolas Sarkozy se demande s’il devrait être autorisé à appeler les gens « singes »

Published

on


NICOLAS Sarkozy a déclenché une polémique en France après s’être demandé s’il devait être autorisé à appeler les gens des « singes » lors d’un débat sur le mot N.

L’ancien président de 65 ans a d’abord provoqué l’indignation lors d’une discussion télévisée au cours de laquelle il a déclaré que le mot « n’r » devrait encore être autorisé dans certains contextes.

L’ancien président Français Nicolas Sarkozy a déclenché une polémique après avoir suggéré qu’il devrait être autorisé à appeler les gens « singes »

L’homme de 65 ans a provoqué l’indignation lors de la discussion télévisée

Le débat a été suscité par une décision de changer le titre de l’édition Français du roman d’Agatha Christie 1939 « Ten Little N ‘rs », qui pendant des décennies a été publié en Grande-Bretagne comme « And Then There Were None ».

L’édition Français s’intitulera désormais « Ils Etait Dix » ou « Ils étaient dix ».

« C’est la volonté des élites qui se pincent le nez », a déclaré M. Sarkozy, ajoutant qu’elles sont « comme des singes qui n’écoutent personne ».

« Je ne sais plus si nous avons le droit de dire singe, dit-il.

« ue disons-nous maintenant? Les dix petits soldats ? Cette société de progrès?

M. Sarkozy a été l’un des nombreux panélistes à participer au débat sur le programme quotidien de la chaîne TMC.

‘NAUFRAGE RACISTE’

« Nous avons peut-être le droit de dire des singes, sans insulter personne », a-t-il dit.

L’eurodéputé Yannick Jadot a posté sur Twitter la vidéo de la performance télévisée de l’ex-président, sous les mots: « Nicolas Sarkozy au milieu d’un naufrage raciste ».

Danièle Obono, députée noire d’une circonscription parisienne, a déclaré que M. Sarkozy était un « petit ex-président de la République Français » qui était un « grand inspirateur de la droite, de l’extrême droite et de l’extrême droite décomplexée ».

Mme Obono, qui a été dépeinte ce mois-ci comme une esclave enchaînée dans l’hebdomadaire conservateur Valeurs Actuelles [Current Values], a déclaré qu’un tel comportement était typique d’un pays institutionnellement raciste.

Cette querelle intervient alors que M. Sarkozy s’apprête à devenir le mois prochain le premier ancien président de l’histoire de la France moderne à être jugé pour corruption liée à son mandat.

Il risque jusqu’à dix ans de prison s’il est reconnu coupable au cours du processus de 17 jours, qui commence le 5 octobre.

Cette décision intervient après que la Cour de cassation française a rejeté l’appel de M. Sarkozy contre les accusations selon lesquelles il aurait tenté de soudoyer un juge.

M. Sarkozy, qui nie tout acte répréhensible, aurait tenté d’obtenir des informations juridiques classifiées du magistrat Gilbert Azibert en 2014.

La maison parisienne que M. Sarkozy partage avec sa troisième épouse, la mannequin et chanteuse pop Carla Bruni, 52 ans, a été perquisitionnée par des agents de la brigade des fraudes dans la semaine qui a suivi sa retraite de la présidence en 2012.

C’est parce que Français présidents sont à l’abri des poursuites pendant leur mandat, et ils ne peuvent être inculpés qu’une fois qu’ils quittent leurs fonctions.

M. Sarkozy est également jugé et emprisonné dans une série d’autres scandales, dont celui de prendre des revers pour aider le Qatar à remporter la Coupe du monde de football 2022, et l’argent du défunt dictateur libyen, le colonel Mouammar Kadhafi.

Cette querelle intervient alors que Sarkozy se prépare à devenir le mois prochain le premier ancien président de l’histoire de la France moderne à être jugé pour corruption



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance