Connect with us

Technologie

Mon premier ordinateur: Faire le saut dans une carrière informatique

Published

on


La British Computer Society (BCS) chartered institute of IT a récemment tenu une diversité dans le panel de technologie. Après l’événement, Computer Weekly a interrogé certains des panélistes sur leurs premiers ordinateurs et leurs premières expériences de l’informatique, en regardant comment les gens ont commencé dans leur carrière informatique.

Lorsque les ordinateurs ont commencé à apparaître en affaires dans les années 1960 et 1970, l’accès était limité aux techniciens hautement qualifiés, et les gens se voiraient attribuer des créneaux horaires qu’ils pouvaient utiliser pour exécuter les programmes qu’ils ont écrits. Comme les ordinateurs sont devenus plus abordables, plus de gens ont pu accéder à ces machines. La grande percée est venue avec l’avènement des ordinateurs à faible coût à la fin des années 1970.

Au cours des années 1980 et 1990, l’intérêt pour l’informatique a souvent commencé avec un ordinateur à la maison acheté pour le ménage, qui a été principalement utilisé pour jouer à des jeux. Mais au fil du temps, certaines des personnes que Computer Weekly a contactées ont dit qu’elles se sont retrouvées à apprendre à programmer. D’autres voulaient savoir comment l’appareil fonctionnait réellement, les conduisant sur une voie matérielle de technologie.

Nzube Ufodike, vice-président de la BCS London Central Branch, a déclaré que son premier ordinateur était un Pentium 286 au début des années 1990, alors qu’il grandissait à Jos, au Nigeria. « l’époque, en tant que joueur passionné, Prince de Perse, Star Trek Et Solitaire étaient mes principales raisons de me battre avec mes frères pour le temps d’écran, dit-il.

À l’époque, dit-il, un de ses voisins utilisait régulièrement l’ordinateur pour apprendre QBasic. Environ six mois plus tard, Uodike a finalement réalisé ce qu’était la programmation. Cependant, il a ajouté : « Mon intérêt pour la programmation a rapidement disparu et j’ai réalisé que j’étais plus intéressé à admirer un garçon plus âgé qu’à apprendre à coder. »

Dorothy Monnekosso, professeur d’informatique à l’Université Leeds Beckett, a déclaré: « Ma première expérience des ordinateurs a été avec le spectre ZX », ajoutant que l’apprentissage de programmer en basic était très simple et ne prenait qu’une question d’heures, plutôt que des jours. Plus intéressant pour moi était « e qui est à l’intérieur, alors je l’ai ouvert, et a été fasciné.

« J’ai regardé tous les circuits intégrés et j’ai décidé que j’avais besoin de construire mon propre ordinateur », dit-elle. « ela a conduit à des heures et des heures dans ma chambre et la bibliothèque locale, versant sur les livres de l’électronique; heures à Maplin, et mon premier design de travail avec une puce Motorola.

Après quelques mésaventures en cours de route, comme l’inversion des fils sur le transformateur pour l’alimentation électrique entraînant des étincelles et de la fumée, l’expérience de la construction de son premier ordinateur, y compris la conception d’une carte de circuit imprimé, a conduit Monnekosso à étudier pour un diplôme en génie électronique.

Ip-Shing Fan, président de BCS et maître de conférences au Enterprise Systems IVHM Centre de l’Université Cranfield, a déclaré qu’il avait grandi à Hong Kong, ce qui signifiait que sa première expérience de l’informatique était un peu différente de celle des gens du Royaume-Uni. « On m’a contacté l’informatique, c’est une machine Olivetti que mon professeur de mathématiques de sixième forme nous a appris à calculer Pi à la nième décimale. »

Le premier vrai fan d’ordinateur utilisé était un North Star Advantage avec un disque Winchester de 5 Mo en 1983. « Un ami de la famille était à la fine pointe de la technologie et a investi dans un système pour automatiser le bureau de sa société de négoce », a-t-il dit.

« Le système qu’il a commandé ne fonctionnait pas pour son directeur de bureau. Avec trois autres amis, nous avons relevé le défi de développer un système de travail pour l’entreprise. Cet été-là, nous venions d’obtenir notre diplôme en génie industriel et nous cherchions un emploi. Le système que nous avons construit a intégré les dossiers et les rapports pour le processus de négociation des demandes de renseignements des clients, des commandes, de l’expédition et du paiement.

Le logiciel, écrit dans une version North Star de Basic, gérait le système d’exploitation CPM et soutenait deux utilisateurs qui se connectaient via des terminaux. « Il n’y avait pas de cours ni de manuels scolaires et nous avons dû apprendre à nous-même. Ce fut une expérience merveilleuse qui nous a lancés dans la révolution de l’information.

Pour beaucoup d’enfants qui grandissent aujourd’hui, leur toute première expérience de l’informatique est le smartphone et les tablettes de leurs parents avec des jeux de maternelle et préscolaire. Comme les générations précédentes, de nombreux jeunes ont leurs premières expériences informatiques en jouant à des jeux.

Cependant, en dépit de l’industrie des jeux informatiques étant plus grand que les industries du cinéma et de la musique combinés, comme Computer Weekly a déjà signalé, ces jours-ci, le codage n’est pas considéré comme une carrière attrayante pour les jeunes.

Sarah Burnett, présidente de BCSWomen, a déclaré : « Nous pouvons diriger autant de clubs de codage avec des projets de codage amusants et encadrer autant de jeunes que nous le pouvons, mais nous n’attirerons pas un grand nombre deo l’industrie sans modèles qui inspirent les jeunes.

« l ya un manque évident de modèles, et ce n’est pas aidé par l’industrie du divertissement qui dépeint toujours les technophiles comme geeks freaky, dit-elle. « ous avons besoin de Disney, BBC et ITV pour aider en créant cool héroïnes techie de science-fiction pour montrer que les filles peuvent être as au codage aussi. Ne laissons pas toujours la magie et les fées pour sauver le monde.

Burnett a déclaré que parmi ses premières expériences de l’informatique a été la programmation dans Motorola 6800 assembleur de microprocesseurs. « J’ai dû apprendre à utiliser l’héxadécimal », dit-elle. « l n’y avait pas de luxe comme avoir des fonctions de multiplication simple: j’ai dû tout coder à partir de zéro. Plus tard, j’ai utilisé des VAXes lorsque j’ai rejoint la Digital Equipment Corporation – les meilleures machines qui étaient là à l’époque.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending