Connect with us

France

Macron appelle à réfléchir à nouveau sur l’Europe sans frontières que les terroristes errent librement

Published

on


EMMANUEL Macron a appelé à repenser l’accord de libre circulation en Europe à la suite d’une série d’attentats islamistes en France et en Autriche.

Le président Français a appelé à une « refonte profonde » de l’accord de Schengen pour « renforcer la lutte » contre l’immigration clandestine et empêcher les terroristes d’errer librement à travers les frontières.

Macron lors d’une visite au Perthus, à la frontière avec l’Espagne, jeudi

Macron s’entretient avec un technicien de police qui utilise un drone à la frontière entre la France et l’Espagne

Macron a annoncé que le nombre de gardes-frontières serait doublé

Dans un virage à droite, M. Macron a admis qu’un contrôle plus strict était nécessaire pour mettre fin au trafic illégal de migrants vers l’Europe, qui, selon lui, est souvent lié à des groupes terroristes.

« Lutter contre ce terrorisme islamiste, c’est lutter contre les réseaux de trafiquants qui ont des liens avec les terroristes et qui sont parfois eux-mêmes des terroristes », a déclaré M. Macron, un centriste, lors d’une visite au Perthus, à la frontière avec l’Espagne.

M. Macron a annoncé que la France doublerait le nombre de policiers qui s’occupent de ses frontières, passant de 2 400 à 4 800.

« Nous devons renforcer notre lutte contre l’immigration clandestine et les trafiquants qui, de plus en plus souvent, ont des liens avec le terrorisme », a déclaré le président.

Il a ajouté : « Je suis favorable à une profonde refonte de Schengen afin de repenser son organisation et de renforcer notre sécurité frontalière commune avec une force frontalière appropriée. »

Un responsable gouvernemental a déclaré que la France ralliera son soutien aux changements avant que M. Macron ne présente ses propositions lors d’un sommet de l’UE en décembre.

La France espère que l’Allemagne mettra son nom dans ce plan, citant les Pays-Bas et l’Autriche comme d’autres alliés possibles.

L’Europe est encore sous le choc de deux attentats terroristes de la semaine dernière qui ont impliqué des assaillants qui se déplaçaient librement entre les États membres de Schengen.

Un Tunisien a tué trois personnes dans une église de Nice le 29 octobre.

Brahim Aouissaoui, 21 ans, était arrivé sur l’île italienne de Lampedusa, située au large de l’Afrique du Nord, cinq semaines plus tôt.

Après avoir été transféré sur le continent, Aouissaoui s’est rendu en France en train quelques heures avant de lancer l’attaque au couteau sanglante.

Il s’agit de la troisième attaque depuis que Charlie Hebdo a réédité les caricatures du prophète de l’islam en septembre, alors que s’ouvrait le procès des attentats de 2015 dans les bureaux de journaux et dans un supermarché casher.

Les hommes armés dans cette attaque ont fait allégeance au groupe État islamique et à Al-Qaida, qui ont tous deux récemment appelé à nouveau à des frappes contre la France.

Par ailleurs, le djihadiste qui a tué quatre personnes lundi à Vienne s’est rendu en Slovaquie voisine en juillet pour tenter d’acheter des munitions, ont indiqué des responsables autrichiens.

Ces attaques font suite à la décapitation de l’enseignant Samuel Paty, 47 ans, à Paris, qui a utilisé des caricatures du prophète Mahomet pour enseigner un cours d’histoire.

M. Macron a déclaré que le professeur d’histoire et de géographie avait été « assassiné » pour avoir produit les images dans une leçon sur la liberté d’expression.

Le président Français a déclaré que les récentes attaques étaient un avertissement à l’Europe que « le risque terroriste est partout ».

« Les attentats en France, et les attentats en Autriche, nous montrent que le risque est partout… que les terroristes s’organisent à l’échelle mondiale, mais aussi en envoyant leurs agents par les frontière », a-t-il déclaré.

M. Macron a également déclaré que certaines communautés en France sont devenues des « lieux de reproduction » du terrorisme et que les enfants sont élevés pour « haïr Français valeurs ».

Dans une lettre ouverte au Financial Times, M. Macron a déclaré: « La France a été attaquée par des terroristes islamistes parce qu’elle incarne la liberté d’expression, le droit de croire ou de ne pas croire et un certain mode de vie.

« Le Français peuple s’est levé pour dire qu’il ne renoncera à aucune des valeurs de la France, de son identité ou de son imagination.

Macron s’adresse aux policiers lors d’une visite pour discuter des contrôles aux frontières

Les propositions de Macron pour sévir contre l’immigration marquent un virage à droite

Macron appelle à une refonte de la libre circulation en Europe

« Mais depuis 2015, il est devenu clair, et je l’ai dit avant même que je devienne président, qu’il y a des lieux de reproduction pour les terroristes en France.

« Dans certains districts et sur Internet, des groupes liés à l’islam radical enseignent la haine de la république à nos enfants, les appelant à ne pas tenir compte de ses lois.

« i vous ne me croyez pas, lisez les messages de haine sur les médias sociaux partagés au nom d’un islam déformé qui a entraîné la mort de Paty. »

La France a relevé son alerte de sécurité à til niveau maximum après l’attaque de Nice.

Des milliers de soldats ont également été déployés pour protéger des sites importants tels que des lieux de culte et des écoles.

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a également fait pression pour que l’Europe renforce ses défenses contre le terrorisme et a souligné la nécessité d’une refonte des lois européennes sur l’immigration.

Se référant aux récentes attaques terroristes, il a déclaré au Corriere Della Sera: « N’importe qui peut entrer dans un État membre et traverser l’Europe. Le risque est trop élevé, la vulnérabilité européenne trop importante. »

La chancelière autrichienne a également qualifié l’islam politique de « danger » pour le mode de vie européen et a appelé à « mettre fin à la tolérance mal sensée » après l’attentat de Vienne.

Sebastian Kurz a exhorté les dirigeants de l’UE à unir leurs forces contre l’islam politique et il a été en pourparlers avec Macron pour discuter des initiatives conjointes pour lutter contre le terrorisme.

« Je m’attends à ce que la fin de la tolérance erronée et que toutes les nations d’Europe réalisent enfin à quel point l’idéologie de l’islam politique est dangereuse pour notre liberté et le mode de vie européen », a déclaré M. Kurz à Die Welt, un journal allemand.

Après ces attaques, les partis politiques de droite et d’extrême droite en France ont demandé que le principe de laïcité du pays, qui relègue strictement la religion à la sphère privée, bénéficie de garanties constitutionnelles supplémentaires.

Mais M. Macron a rejeté cette proposition jeudi.

« La situation ne justifie pas de modifier la constitution « , a-t-il dit.

Un responsable gouvernemental a également insisté sur le fait que la France ne voulait pas restreindre la liberté de circulation.

Au lieu de cela, ses propositions feront écho à l’appel lancé l’an dernier par M. Macron en faveur d’une force frontalière de l’UE plus robuste et d’obligations pour les États membres de fournir des renseignements sur les personnes qui traversent les frontières de l’Europe.

Le président Français souhaite également que l’UE ait une politique d’asile unique.

L’espace Schengen se compose de 22 des 27 États membres de l’Union européenne, ainsi que de l’Islande, de la Norvège, de la Suisse et du Lichtenstein.

Près de 628 000 citoyens non membres de l’UE se sont avérés être illégalement présents dans l’Union en 2019, soit une hausse de 10 % par rapport à l’année précédente, selon les données d’Eurostat.

Hervé Cazaux, directeur de la police des frontières dans la région du Perthus, a déclaré que la police a arrêté 11 200 personnes qui cherchaient à franchir illégalement la frontière Français-espagnole jusqu’à présent cette année, contre 5 500 l’an dernier.

Cela s’explique en partie par le blocage du coronavirus en France, en vertu duquel les frontières ont été fermées jusqu’au 20 juin, et aussi en raison d’une augmentation du nombre de migrants au cours de l’été, dont beaucoup voyagent via l’Espagne depuis l’Algérie et le Maroc, a indiqué M. Cazaux.



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending