Connect with us

Technologie

L’ONS publie les enseignements techniques du premier recensement en ligne du Royaume-Uni

Published

on


L’Office for National Statistics (ONS) a décrit les enseignements techniques du premier recensement du Royaume-Uni entièrement en ligne.

Selon le document de l’ONS, l’adoption du recensement numérique a été élevée, avec 97% des ménages en Angleterre, au Pays de Galles et en Irlande du Nord y participant. Quelque 22 millions de réponses au recensement ont été reçues entre février et juin 2021 au moyen d’un questionnaire électronique en ligne.

Quelque 19 millions de sessions d’utilisateurs ont été enregistrées par le questionnaire du Recensement de 2021. Étant donné que les comptages ont été enregistrés via les cookies de Google Analytics, l’ONS a estimé que les sessions des utilisateurs et les pages vues étaient significativement plus élevées, à environ 3,3 milliards potentiellement.

La forte demande de l’ONS pour le recensement – avec près de neuf ménages sur 10 le complétant en ligne en peu de temps et un peu moins d’un demi-million de soumissions reçues par heure au plus fort de la période – a été satisfaite grâce à l’utilisation de l’architecture cloud.

Quelque 468 instances de l’application eQ ont été utilisées pour gérer les niveaux élevés de demande, chacune avec un conteneur Docker. L’équipe ONS a choisi de ne pas utiliser la mise à l’échelle automatique en raison de la création potentielle de latence et de l’impact sur les utilisateurs. Au total, 885 conteneurs ont été approvisionnés et 225 autres ont été réservés en cas de besoin.

Selon le document de l’ONS sur l’expérience du recensement numérique, le produit eQ a servi 5,8 milliards de requêtes HTTP au cours de la période de cinq mois. Au total, 1 097 erreurs HTTP se sont produites. Cela équivaut à un taux d’erreur de 0,00001862 %, et il n’y a pas eu d’erreurs HTTP le jour du recensement.

Les risques liés aux services en direct ont dû être gérés pendant le pic prévu du jour du recensement. Selon le document, une courbe d’utilisation plus plate serait préférable pour stabiliser la demande du système et éviter les pics. D’autre part, le pic du jour du recensement était prévisible et l’équipe de l’ONS a pu s’y préparer avec la flexibilité de l’architecture et de l’infrastructure basées sur le cloud, ainsi que la possibilité de mettre à l’échelle cette configuration si nécessaire.

L’ONS a souligné que le succès du recensement numérique démontre que « les grands services numériques gouvernementaux peuvent être fournis en toute sécurité en interne à l’aide d’une architecture cloud et d’un développement agile ».

En ce qui concerne la livraison agile, le document indique que ce type de méthode de développement interne est bien adapté pour fournir le recensement, principalement en raison de la nécessité de comprendre les implications de l’exploitation d’un service évolutif en direct en même temps qu’il était en cours de construction. L’exécution d’un service en direct et son itération au fil des ans n’auraient pas été possibles pour le recensement de 2021, car les technologies qui le sous-tendent n’étaient nécessaires que pour une période spécifique et la cohérence de la livraison était cruciale.

En outre, le document indique que le recensement numérique a été conçu contre les attaques potentielles de cybersécurité. Les plates-formes ont été sécurisées contre les attaques d’exfiltration de données, qui auraient causé la perte potentielle des données de réponse en ligne des citoyens, ainsi que les attaques et les événements de perturbation de service, tels que les attaques par déni de service distribué et la dégradation de sites Web.

Les opérations en direct à l’ONS comprenaient également un centre d’opérations de sécurité prenant en charge la détection des sites d’hameçonnage, qui lancerait le retrait des sites tentant d’arnaquer le public en leur faisant croire qu’ils faisaient l’objet d’un suivi pour non-achèvement du recensement.

Le recensement numérique a également informé l’ONS des comportements en ligne des personnes utilisant le service, souligne le document, ce qui pourrait être utile dans la prestation future de services numériques à grande échelle du gouvernement.

Le temps moyen de remplissage du questionnaire était de 23 minutes, mais de grandes proportions l’ont rempli en 16 à 17 minutes. La plupart des gens (56,4 %) ont répondu au sondage par l’entremise d’appareils mobiles, tandis que 34,6 % utilisaient des ordinateurs de bureau et 8,9 % des tablettes.

Selon l’équipe de l’ONS, le taux élevé d’achèvement en ligne a dépassé les attentes et démontre également des progrès positifs en matière d’inclusion numérique. « À partir de là, nous sommes mieux en mesure de comprendre la volonté des citoyens d’interagir avec les services gouvernementaux nationaux en ligne et comment ils le font », note le document.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance