Connect with us

Technologie

Londres a reçu le quart de tous les financements technologiques européens en 2020

Published

on


Les start-up technologiques basées à Londres ont reçu 10,5 milliards de dollars d’investissements en capital-risque (VC) en 2020, soit un quart de l’ensemble des financements technologiques européens, selon une nouvelle étude.

La recherche, menée par la société d’intelligence de marché Dealroom et l’agence d’investissement London & Partners, montre qu’une part importante de l’investissement, 4,3 milliards de dollars, a été versé aux entreprises de technologie financière (fintech) de Londres, tandis que 1,9 milliard de dollars ont été versés à des entreprises développant des technologies logicielles d’entreprise , soit une augmentation de 82 % par rapport à l’année précédente.

Ces chiffres marquent une augmentation significative par rapport aux capitaux levés par les entreprises londonaises en 2017 et 2018 – respectivement 7 et 5,9 milliards de dollars – et se rapprochent de l’éclipse des 10,7 milliards de dollars records levés en 2019.

Les entreprises technologiques britanniques en dehors de Londres ont levé 4,5 milliards de dollars supplémentaires, portant le total des investissements technologiques du pays à 15 milliards de dollars – une proportion importante des 43,1 milliards de dollars levés par les entreprises européennes tout au long de 2020.

La recherche a également noté que Londres elle-même abrite aujourd’hui 1 252 sociétés de cr, qui ont collectivement levé 7,8 milliards de dollars en nouveaux fonds en 2020, en plus des 4 milliards de dollars levés en 2019. Toutefois, il a également constaté qu’au cours des deux dernières années, la majorité du financement (57 %) est venu d’investisseurs non européens, dont 36 % proviennent d’entreprises de CR basées aux États-Unis et au Canada.

Toutefois, la majeure partie de l’intérêt des investisseurs internationaux était concentrée sur les entreprises à un stade ultérieur, tandis que seulement 25 % de tous les investissements en CR à Londres provenaient de sources nationales.

« Les investisseurs internationaux ont fait preuve d’une réelle confiance à Londres, avec la création de nouveaux fonds de capital-risque pour investir dans des entreprises à forte croissance dans des secteurs comme la fintech, la cybersécurité et les technologies de la santé », a déclaré Laura Citron, PDG de London & Partners. « C’est parce que Londres continue d’être la porte d’entrée du marché européen et un endroit fantastique pour créer et mettre à l’échelle une entreprise technologique. »

En réponse à ces chiffres, Russ Shaw, fondateur de Tech London Advocates et Global Tech Advocates, a déclaré que même si les niveaux élevés d’investissement sont un vote de confiance majeur dans le secteur technologique britannique, ce n’est pas le moment de faire de la complaisance.

« Malgré l’énorme fardeau économique que la pandémie a entraîné et les quatre années d’incertitude que notre écosystème a dû traverser lorsque nous avons conclu un accord avec l’UE, à maintes reprises, les entreprises technologiques ont fait preuve de résilience et d’adaptabilité », a déclaré M. Shaw.

« Toutefois, nous devons être prudents face aux défis qui nous attendent à mesure que la situation pandémique évolue et que l’impact réel du Brexit se révèle. Bien que ces chiffres démontrent l’énorme potentiel de notre scène technologique, il demeure essentiel de s’attaquer aux problèmes de pénurie, de diversité et d’inclusion des compétences numériques et à notre pivot vers une économie nette zéro.

Des recherches distinctes de Dealroom, publiées en octobre 2020 en partenariat avec le réseau entrepreneurial britannique Tech Nation, ont révélé que les « startups à impact » du Royaume-Uni (celles qui utilisent la technologie pour atteindre un ou plusieurs des objectifs de développement durable des Nations Unies) ont levé un total de 1,4 milliard d’euros (environ 1,7 milliard de dollars) en 2020.

Toutefois, malgré la trajectoire d’investissement ascendante des entreprises en démarrage et des entreprises technologiques en général, la plupart des investissements réalisés pendant la pandémie sont allés à des entreprises déjà établies.

Par exemple, une analyse menée par la société d’espace de co-working et d’innovation Plexal et la société de bases de données Beauhurst a révélé qu’entre mars et septembre 2020, seulement 458 millions de livres sur les 5,37 milliards de livres levés en CAPITAL-risque ont été réalisés pour la première fois, ce qui représente une diminution de 55 % d’une année sur l’autre.

Cette tendance est présente depuis le début de la pandémie, avec des recherches antérieures menées par les deux entreprises à partir du mois de mai montrant que seulement 52 millions de livres sterling d’un peu plus de 1 milliard de livres levées à ce moment-là allaient aux start-up et aux entrepreneurs qui n’avaient jamais levé d’argent auparavant.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance