Connect with us

Monde

L’Iran lance des missiles pendant les exercices de la marine comme il montre deux nouveaux navires de guerre

Published

on


La marine iranienne a montré deux nouveaux navires de guerre aujourd’hui alors qu’ils se joignaient à des exercices de missiles à tir direct dans le golfe d’Oman.

La démonstration de force a été un signal à Donald Trump et au nouveau président Joe Biden dans un contexte d’aggravation des tensions sur les ambitions nucléaires de Téhéran.

Les troupes aériennes marchent sur le pont du plus récent navire de guerre iranien Makran aujourd’hui

Ils prenaient part à des exercices d’incendie en direct dans le golfe d’Oman nom de code Naval Strength 99

Des sous-marins, des drones, des avions et des unités de combat de surface iraniens ont participé à l’exercice de deux jours baptisé Naval Strength 99.

Des missiles de croisière et des torpilles devaient être tirés depuis des sous-marins, tandis que les troupes aériennes et maritimes combattaient des ennemis simulés, ont rapporté les médias d’État.

La télévision d’État a également montré des images des deux nouveaux navires se joignant à l’exercice près de la frontière de l’Iran avec le Pakistan, au nord de l’océan Indien.

L’un d’eux s’appelle Zereh, ou « blindage », et serait capable de lancer des missiles.

L’autre est Makran, un navire logistique et « port maritime mobile » avec un grand poste de pilotage pour les hélicoptères.

Le plus grand navire de guerre d’Iran peut rester en mer pendant 1000 jours, et est conçu pour soutenir les opérations navales à longue portée bien en dehors de ses propres mers.

Le navire logistique Makran dispose d’un grand poste de pilotage pour hélicoptères

Les médias d’État ont affirmé qu’il peut fonctionner pendant 1000 jours sans appeler dans le port

Le nouveau lance-missiles iranien Zereh s’est également joint aux exercices maritimes

Cet exercice intervient à l’occasion du cinquième anniversaire de la saisie par les Gardiens de la révolution iraniens de deux bateaux américains et de la détention de dix marins dans le golfe Persique.

Relatant l’incident international survenu en début de semaine, le contre-amiral Alireza Tangsiri a averti que ses forces « sont pleinement préparées » à défendre l’Iran et ses frontières en mer.

Il a déclaré: « Si un pays a l’intention d’envahir ou de menacer notre patrie islamique, comme le 13 janvier 2016, notre réponse sera absolument décisive et dure. »

Il s’est également vanté d’autres affrontements passés avec les Etats-Unis dans la région, dont la chute d’un drone espion en 2019 – qu’il a qualifié de « tournant » dans l’histoire militaire du pays.

« MENACES RÉCENTES »

La semaine dernière, l’Iran a saisi un pétrolier sud-coréen et son équipage en route vers les Émirats arabes unis à travers le golfe Persique – prétendument pour avoir enfreint les lois sur la pollution.

Les experts affirment que le régime tient le navire comme levier alors qu’il négocie le rejet de milliards d’actifs gelés par les banques sud-coréennes en vertu des sanctions américaines.

Comment faire face à la menace croissante de Téhéran sera l’un des principaux problèmes auxquels Joe Biden sera confronté lorsqu’il entrera à la Maison Blanche la semaine prochaine.

Le président Trump a unilatéralement retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien en 2018.

Depuis lors, les États-Unis ont intensifié les sanctions, et l’Iran a abandonné les limites de l’enrichissement d’uranium.

Son développement d’installations nucléaires et de missiles balistiques a poussé les deux pays au bord de la guerre.

Trump aurait été accusé d’avoir lancé des frappes de missiles contre l’Iran en novembre, et certains conseillers craignent qu’il ne prenne encore des mesures dans ses derniers jours au pouvoir.

Le Pentagone a transporté trois bombardiers B-52 dans la région au cours des dernières semaines, et il est revenu sur sa décision de retirer le porte-avions USS Nimitz du Golfe.

Washington a déclaré que cette décision était due à des « menaces récentes » de Téhéran.

Hier, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a accusé l’Iran d’avoir des liens secrets avec al-Qaida. Il a imposé de nouvelles sanctions à plusieurs hauts responsables iraniens.

Le président iranien Hassan Rouhani a prévenu que les sanctions échoueraient lors d’un conseil des ministres télévisé aujourd’hui.

Il a déclaré: « Nous assistons à l’échec d’une politique, la campagne de pression maximale, le terrorisme économique. »

M. Rouhani a également dénoncé M. Trump comme le « grand terroriste de l’histoire », ajoutant que son administration « intimidation et raciste » s’était soldée par une « humiliation ».

Le chef d’état-major iranien Mohammad Bakri (2e à partir de la droite) observe l’exercice naval aujourd’hui

La télévision d’État a montré des troupes atterrissant par hélicoptère

L’exercice est un signal à Donald Trump et au nouveau président américain Joe Biden



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance