Connect with us

Technologie

L’industrie informatique suédoise se prépare à la réponse de la Chine à l’interdiction de Huawei 5G

Published

on


Les principales entreprises suédoises d’informatique et de télécommunications s’attendent à une réponse économique négative robuste de la Chine à la suite de la décision du tribunal administratif (Förvaltningsrätt) de maintenir l’interdiction d’utiliser la technologie de Huawei ou de ZTE dans le réseau 5G du pays.

La Chine a averti la Suède que le blocage de Huawei Technologies et d’autres fournisseurs chinois du déploiement de son réseau 5G pourrait entraîner une réduction des opportunités de croissance pour les entreprises suédoises faisant des affaires en Chine.

Le premier signal de la menace de la Chine est apparu en juillet lorsque Ericsson a vu sa part de marché des contrats 5G en Chine réduite. Ce développement a fait suite à la décision du tribunal administratif du 22 juin qui a confirmé l’interdiction de l’Autorité suédoise des postes et télécommunications (PTS) d’utiliser les équipements de Huawei dans le réseau 5G national.

Ericsson a critiqué la décision de la Cour, affirmant que la décision aurait probablement un « impact négatif sur les intérêts économiques de la Suède et des entreprises suédoises » qui commercent avec la Chine.

« Ericsson a dès le début critiqué la décision du PTS d’interdire certains concurrents en Suède. Nous croyons en l’ouverture du commerce entre les pays et ne soutenons pas les appels à imposer des restrictions à nos concurrents », a déclaré Ericsson dans une communication.

Huawei cherchera à annuler la décision du tribunal administratif lorsqu’il portera son affaire devant la cour d’appel suédoise (Hövrett), selon Kenneth Fredriksen, directeur de Huawei dans la région nordique. Ce recours, déposé par Huawei Technologies Suède en juillet, devrait être entendu avant la fin de l’année 2021. Le principal argument de Huawei est que l’interdiction imposée par le PTS va à l’encontre des lois suédoises et de l’Union européenne (UE) sur la libre concurrence et la discrimination.

« Le PTS n’a produit aucune preuve concrète d’actes répréhensibles de huawei pour étayer son point de vue selon lequel nos équipements 5G constituent une menace pour la sécurité de la Suède »

Kenneth Fredriksen, Huawei

« Le PTS n’a produit aucune preuve concrète d’actes répréhensibles de huawei pour étayer son point de vue selon lequel nos équipements 5G constituent une menace pour la sécurité de la Suède », a déclaré Fredriksen. « Tous ses arguments reposent sur des hypothèses qui sont contraires aux lois de l’Union européenne et de la Suède. Au cours de l’appel et du processus juridique, nous continuerons à travailler avec nos clients et partenaires pour construire une Suède numérique.

Huawei affirme que l’« interdiction » imposée par le PTS viole l’article 18 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). Le traité a été introduit pour interdire « toute discrimination fondée sur la nationalité » et garantir que tous les ressortissants et citoyens de l’UE puissent être traités sur un pied d’égalité dans le cadre des traités.

L’argument juridique du fournisseur chinois, fondé sur l’article 18 du TFUE, est que le PTS traite l’entreprise différemment de ses concurrents Nokia et Ericsson sur le marché suédois.

Le PTS a rejeté toute violation du TFUE dans ses documents déposés auprès du tribunal administratif. Le régulateur a renforcé son point de vue selon lequel les équipements 5G fournis par Nokia et Ericsson au marché suédois ne soulevaient pas de problèmes de sécurité nationale ou de risque de réseau.

« Le tribunal administratif a estimé que les conditions pour Huawei d’une part et Nokia et Ericsson d’autre part ne sont pas comparables. Dans ce contexte, le tribunal a considéré que les conditions en appel n’enfreignaient pas l’article 18 du TFUE », a déclaré le PTS dans un communiqué.

La décision du tribunal de confirmer l’interdiction de Huawei par le PTS signifie que le géant chinois est empêché de participer aux enchères de la 5G ou de soumissionner ses équipements pour des contrats liés au déploiement de la 5G en Suède. Plus précisément, Huawei se voit refuser l’accès à la vente aux enchères de fréquences dans les bandes 3,5 GHz et 2,3 GHz. En outre, la décision du PTS exigera que les équipements déjà installés par Huawei sur les anciens réseaux 3G et 4G en Suède soient retirés d’ici le 1er janvier 2025.

La décision a été fortement pesée par les arguments de sécurité nationale présentés par le PTS, a déclaré la juge présidente de la cour, Ulrika Melin.

« Nous [didn’t just take] en tenant compte des préoccupations en matière de sécurité nationale soulevées par le SPT, mais aussi des évaluations des risques fournies au tribunal par nos services de renseignement et nos Forces armées. Ensemble, la décision du tribunal administratif est basée sur une vue d’ensemble de la situation de risque pour la sécurité et de la menace potentielle contre la Suède », a déclaré le juge Melin dans la déclaration finale du tribunal.

Le PTS a d’abord informé Huawei de son intention d’interdire à l’entreprise de participer au déploiement du réseau 5G en Suède en octobre 2020, à la suite de longues consultations basées sur les risques avec le service de sécurité nationale suédois Säpo.

Avant sa décision et en consultation avec la Forc armée suédoisees, le PTS a chargé Säpo d’analyser et d’évaluer un large éventail de risques en permettant à Huawei et ZTE de participer au déploiement de la 5G en Suède.

Le rapport final de Säpo décrit les équipements Huawei et ZTE comme présentant des risques pour la sécurité en raison de leurs associations perçues avec le gouvernement chinois, les agences de renseignement et de défense. Säpo a conclu que tout équipement fourni par Huawei ou ZTE au réseau 5G comportait le risque de « faciliter le cyberespionnage » par les autorités chinoises.

Le PTS, sur la base de cette analyse des risques, a décidé de mettre en œuvre l’interdiction des équipements Huawei et ZTE dans le réseau 5G national. En outre, Huawei et ZTE n’ont pas le droit de réaliser de nouvelles installations 5G ou de soumissionner pour des contrats de réseau liés à la 5G.

Conséquences économiques

La Suède est devenue le premier pays nordique en 2020 à imposer une interdiction de marché aux équipements Huawei et ZTE dans son réseau numérique national. Influencée par des interdictions similaires de réseaux 5G sur Huawei par le Royaume-Uni et les États-Unis, la Suède se retrouve désormais dans la ligne de mire de Pékin, qui a mis en garde contre des « conséquences économiques » pour les entreprises suédoises vendant au géant chinois des produits de communication et des solutions technologiques.

La réaction de la Chine pourrait entraîner la perte de contrats d’Ericsson et entraver la construction de parts de marché en Chine, a déclaré Daniel Djurberg, analyste télécoms chez Handelsbanken.

« L’interdiction de Huawei en Suède n’est pas une bonne nouvelle pour les entreprises suédoises. Il y a eu des avertissements de la Chine, mais on ne sait toujours pas quelles mesures Pékin pourrait décider de prendre pour riposter »

Daniel Djurberg, Handelsbanken

« L’interdiction de Huawei en Suède n’est pas une bonne nouvelle pour les entreprises suédoises. Pour des entreprises comme Ericsson, la croissance des revenus des entreprises et les opportunités de licence 5G sont plus importantes en Chine qu’en Suède. Il y a eu des avertissements de la Chine, mais on ne sait toujours pas quelles mesures Pékin pourrait décider de prendre pour riposter contre les entreprises suédoises », a déclaré Djurberg.

Plus précisément, Ericsson reste préoccupé par le fait qu’il pourrait être exclu des constructions lucratives de nouvelles stations de base 5G à travers la Chine, qui en est au début de son voyage 5G. Ericsson a déjà obtenu des contrats sur plus de 30 000 stations de base 5G en Chine.

Le revers de la croissance de l’activité 5G subi par Ericsson en juillet a été le résultat de l’attribution par China Mobile au fournisseur de télécommunications nordique d’une part de marché réduite après un examen des offres relatives au cycle de la radio 700 MHz dans le développement du réseau 5G en Chine. Ericsson a obtenu une part de 2% du travail total, beaucoup moins que les 11% de part de marché que la société a reçue dans le cycle CP2 2.6GHz de China Mobile.

Ericsson a lié la part de marché plus faible encapsulée dans « l’examen des affaires et des contrats » de China Mobile à l’interdiction de la participation chinoise au réseau 5G national suédois par le PTS.

« Comme indiqué précédemment par Ericsson, le risque de parts de marché plus faibles en Chine fait suite à la décision de l’Autorité des postes et télécommunications d’exclure les produits des fournisseurs chinois du processus d’enchères 5G en Suède », a déclaré Ericsson dans un communiqué.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance