Connect with us

Technologie

L’impréparation du ministère de l’Éducation en matière d’apprentissage en ligne creuse les inégalités entre les élèves

Published

on


Un rapport publié aujourd’hui par le Comité des comptes publics (CCP) a critiqué un manque de préparation et de planification au ministère de l’Éducation (DfE) pour faire face aux défis liés à la scolarisation provoqués par Covid-19, ainsi qu’un manque de volonté de tirer des leçons des expériences négatives qui creusent les inégalités entre les élèves.

Bien qu’il ait participé à un exercice intergouvernemental en 2016 sur la gestion d’une pandémie, le DfE n’a fixé aucune norme pour l’apprentissage à l’école ou à distance depuis que les écoles ont fermé à la plupart des élèves au début de 2020, indique le rapport.

Le PAC a également déclaré que le DfE avait fourni « peu de détails spécifiques » sur la façon dont il agira pour remédier aux dommages causés aux étudiants par la crise du Covid-19, ainsi que sur la façon dont il garantira l’optimisation des ressources des 400 millions de livres sterling qu’il a dépensés en équipements informatiques et des 1,7 milliard de livres sterling qu’il s’est engagé à consacrer au programme de rattrapage pour combler les lacunes éducatives découlant de la pandémie.

« L’apprentissage en ligne était inaccessible à de nombreux enfants, même lors des confinements ultérieurs, et il n’y a aucun engagement à un financement supplémentaire continu pour l’informatique », a déclaré Meg Hillier, présidente du CCP. « On s’attendra à ce que les écoles financent les ordinateurs portables à partir de leurs budgets existants et déjà serrés. »

En ce qui concerne les investissements informatiques, le CCP a souligné que le DfE avait initialement envisagé d’essayer de fournir 602 000 ordinateurs portables et tablettes et 100 000 routeurs 4G à des groupes d’enfants prioritaires. Ces plans ont ensuite été réduits et, à la fin du trimestre d’été 2020, près de 215 000 ordinateurs portables ou tablettes et 50 000 routeurs avaient été livrés aux enfants ayant un travailleur social et aux personnes ayant quitté la prise en charge, et aux enfants défavorisés en 10e année.

Le DfE a continué à distribuer du matériel informatique au cours de l’année scolaire 2020/21 et, en mars 2021, avait fourni près de 1,3 million d’ordinateurs portables et de tablettes.

Le Ministère a déclaré qu’il souhaitait trouver un équilibre entre l’approvisionnement centralisé et l’autonomie des écoles pour faire leurs propres choix en matière de fourniture informatique, et que ces organismes devraient gérer le risque d’obsolescence et que les écoles devraient utiliser leur financement de base pour maintenir la fourniture d’équipements appropriés.

En réponse aux plans d’équipement informatique du DfE, le CCP a déclaré que le Ministère devrait établir un plan sur la façon dont il veillera à ce que tous les enfants vulnérables et défavorisés aient accès à de l’équipement informatique pour soutenir leur apprentissage à la maison, à la fois en temps normal et lorsqu’il y a une perturbation de la scolarité. Une telle stratégie devrait clarifier les rôles du Département, des autorités locales et des écoles, tout en définissant les fonds qui seront disponibles pour entretenir et remplacer l’équipement, indique le rapport.

La perturbation a eu des effets particulièrement néfastes sur les enfants vulnérables, a déclaré le PAC, et la proportion d’élèves confrontés à l’adversité qui ont fréquenté l’école ou le collège est restée inférieure à 11% jusqu’à fin mai 2020, et a atteint 26% en moyenne à la fin du trimestre d’été de cette année.

Les enfants défavorisés se heurtaient à des obstacles majeurs à un apprentissage à domicile efficace, selon le rapport, ce qui a contribué à élargir l’écart entre eux et leurs pairs. Le CCP a déclaré qu’il existe des preuves que les éléments ciblés du programme de rattrapage du DfE pour compenser la perte d’apprentissage pourraient ne pas atteindre les enfants les plus défavorisés.

L’apprentissage à distance était également particulièrement difficile pour les enfants ayant des besoins éducatifs spéciaux et des handicaps, selon le rapport, et certains avaient perdu l’accès à un soutien et à un équipement spécialisés depuis le début de la crise.

« La pandémie a encore révélé une vérité très laide sur les enfants vivant dans la pauvreté et les désavantages qui ont été particulièrement touchés pendant la pandémie », a déclaré Hillier.

Le rapport du CCP a noté que le DfE n’était apparemment « pas intéressé » à tirer les leçons posées depuis le début de la pandémie et choisissait d’«attendre l’enquête publique, qui ne fera pas rapport avant des années ». Il a déclaré que les attitudes actuelles du DfE par rapport aux défis associés à l’apprentissage à distance démontraient « peu d’énergie et de détermination » pour s’assurer que l’offre de rattrapage est suffisante et répond à l’impact causé depuis que Covid a commencé à perturber la scolarité.

En ce qui concerne les plans d’apprentissage de rattrapage, le rapport recommandait que le DfE écrive au CCP en même temps que sa réponse au procès-verbal de la Trésorerie, en définissant des mesures claires qu’il utilisera pour suivre le programme d’apprentissage de rattrapage, et quel niveau de performance représenterait un succès.

En réponse aux observations du CCP, le DfE a déclaré qu’il avait « tiré des leçons de manière organique » et qu’il souhaitait les examiner conjointement avec d’autres ministères, plutôt que d’analyser et de répondre unilatéralement. Mais le PAC a déclaré que cette approche « risque d’apprendre des leçons trop tard pour améliorer la façon dont elle soutient le système éducatif dans levent de nouvelles perturbations » et a recommandé un exercice systématique sur les leçons apprises pour évaluer la réponse du DfE à la pandémie et identifier les leçons propres au Ministère, puis écrire avec les résultats.

Le rapport du PAC sur les implications de l’apprentissage à distance sur les étudiants britanniques fait suite à un rapport publié par le National Audit Office (NAO) en mars, qui a constaté que le statut socio-économique des enfants avait affecté leurs expériences avec l’apprentissage numérique, et la plupart des enseignants considéraient que leurs élèves avaient, en moyenne, trois mois de retard là où ils seraient censés être.

Selon le rapport du NAO, bien que le DfE ait rapidement pris des mesures lorsque la pandémie a frappé, il aurait pu mieux réagir à certains égards et être plus efficace pour atténuer l’apprentissage que les élèves avaient perdu à la suite de la perturbation. Le Département n’a pas non plus pour objectif de fournir de l’équipement à tous les enfants qui n’en avaient pas, selon le rapport, en raison des « difficultés pratiques » de distribution d’appareils à cette échelle.

Les enfants ont également eu des expériences contrastées avec les ressources d’apprentissage à distance fournies par les écoles et le niveau de contact avec les enseignants, indique le rapport de l’OAN. Environ 82 % des élèves du secondaire dans les écoles privées avaient reçu une aide active, comme des cours en ligne ou des conversations vidéo et textuelles. En revanche, 64 % des élèves du secondaire des écoles publiques du cinquième le plus riche des ménages ont reçu une aide active, contre 47 % des élèves du cinquième le plus pauvre.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance