Connect with us

Technologie

Les femmes dans la fintech saluent l’initiative de Barclays et exigent davantage du secteur

Published

on


Barclays Bank et la plateforme de financement américaine Anthemis apportent une initiative américaine qui investit dans les femmes dans les technologies financières (fintech) au Royaume-Uni et en Europe.

Le Female Innovators Lab, qui a été créé aux États-Unis en 2019, finance les fintechs dirigées par des femmes dès le début. Au Royaume-Uni, il y aura un fonds de 30 millions de dollars et les fintechs recevront le soutien de l’équipe du laboratoire et l’accès à des bureaux à Londres.

Les femmes entrepreneurs fintech ont eu du mal à obtenir du financement par rapport aux hommes. Selon les chiffres de Pitchbook, en Europe, les entreprises fondées uniquement par des femmes en 2020 n’ont reçu que 2,1% du capital total investi dans des startups financées par du capital-risque.

Katie Palencsar, investisseur en capital-risque chez Anthemis, a déclaré que depuis la création du laboratoire d’innovation aux États-Unis, il a soutenu un certain nombre de fondatrices. « Cela réfute clairement l’existence d’un problème de pipeline comme la raison de la part négligeable des fondatrices dans le financement du capital-risque, et souligne plutôt le vaste potentiel entrepreneurial inexploité qui doit être nourri, mis en réseau et financé », a-t-elle déclaré.

Trois des premières entreprises à sortir du laboratoire sont Swaypay, une start-up de commerce social, Nivelo, qui permet des paiements plus rapides avec une nouvelle couche de sécurité d’interface de programmation d’applications (API), et First Boulevard, une banque challenger numériquement native axée sur le soutien de l’Amérique noire.

Les femmes du secteur fintech britannique ont salué l’annonce, mais soulignent la nécessité de nombreuses autres initiatives pour soutenir les fintechs dirigées par des femmes.

Dora Ziambra, directrice de l’exploitation de la fintech de paiements transfrontaliers Azimo, a déclaré que l’initiative Barclays et Anthemis visant à soutenir les entreprises dirigées par des femmes pourrait aider à corriger le déséquilibre qui fait que les femmes fondatrices ne reçoivent qu’une fraction du financement en capital-risque. « Nous sommes loin de la masse critique nécessaire en termes d’égalité des sexes dans les entreprises financées par du capital-risque, mais c’est un pas dans la bonne direction », a-t-elle déclaré.

Maria Scott, fondatrice de la fintech Tania, a convenu qu’il y avait beaucoup de travail à faire pour améliorer les choses, mais a déclaré qu’il était encourageant de voir que la sensibilisation à la question augmentait. « L’essentiel maintenant est de ne pas perdre l’élan et de s’assurer que cela se traduit par un impact réel pour les fondatrices », a-t-elle ajouté. « Nous devons continuer à travailler sur ce sujet et continuer à l’attaquer sur plusieurs fronts – modèles, structures de soutien de ce type, continuer à promouvoir la sensibilisation et à créer de nouvelles opportunités. »

L’initiative de Barclays et Anthemis n’aurait pas pu arriver à un meilleur moment, selon Saima Naik, conseillère juridique de la fintech d’investissement éthique Wahed. Elle a déclaré que le Covid-19 avait non seulement brisé les économies mondiales, mais qu’il avait également créé une disparité entre les groupes démographiques. « Le changement dans l’équilibre entre la capacité et l’égalité est maintenant devenu un besoin en plein essor, et ce changement ne peut être abordé qu’en reconnaissant stratégiquement le potentiel des divers groupes », a-t-elle déclaré.

Jane Loginova, PDG de Radar Payments, a déclaré qu’il était bon de voir de grands noms tels que Barclays et Anthemis défendre les femmes, mais a ajouté qu’il était essentiel d’avoir une équipe de direction qui dirigeait l’agenda de l’organisation vers la diversité. « Nous avons vu des institutions traditionnelles qui embrassent la diversité et l’inclusion et qui aient la parole aux paroles », a-t-elle déclaré. « Et nous voyons des entreprises fintech en démarrage qui ne le font pas. Il s’agit donc vraiment de l’état d’esprit des dirigeants et de leur capacité à diriger l’organisation sur la voie de l’acceptation et de l’inclusion. »

L’accès au financement et au soutien pourrait être tout ce dont les femmes ont besoin pour établir des fintechs prospères, a déclaré Lottie Wells, responsable de l’initiative Women in Crypto chez Wirex. « Parfois, tout ce dont ces femmes ont besoin, c’est d’une grande pause pour les faire démarrer, et de l’opportunité à un stade précoce. »

Wells a ajouté que Barclays et Anthemis pourraient aider à changer la perception des femmes, « en leur donnant une exposition pour présenter certaines des incroyables entreprises entrepreneuriales qu’elles ont créées ».

Se félicitant de l’initiative, Georgia Hanias, fondatrice de la société de conseil fintech Ecology Media, a déclaré que les programmes de mentorat et les retours sont vitaux, en particulier pour les femmes de plus de 40 ans qui n’ont pas été sur le marché du travail pendant des années en raison d’engagements familiaux et qui essaient de trouver un moyen de mettre le pied dans la porte.

« Cette population âgée est une ressource inexploitée qui rapportera des dividendes à toute entreprise de technologie suffisamment ouverte pour mettre de côté son biais d’âge et examiner ce que les femmes âgées peuvent apporter à la table », a-t-elle déclaré.

Apprenez-en davantage sur le Laboratoire des femmes innovatrices ou postulez.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance