Connect with us

France

L’électeur qui a giflé Macron est « néonazi trouvé avec des armes » &Hitler’s Mein Kampf’

Published

on


L’électeur qui a giflé le président Français Emmanuel Macron est un « fanatique épris d’Hitler » alors que « des armes et une copie de Mein Kampf » ont été retrouvées à son domicile.

Les détectives se sont emparés du domicile de l’homme – identifié uniquement comme Damien T. – peu après son arrestation pour l’attaque violente et nauséabonde du chef de l’Etat de 43 ans mardi.

L’homme est décrit comme un passionné médiéval

Le moment où il a giflé Emmanuel Macron

Macron tentait de serrer la main du public

« Le domicile de l’assaillant a été perquisitionné et des armes et une copie de Mein Kamf ont été saisies », a indiqué une source enquêtante.

Des images choquantes ont montré l’homme vêtu d’un t-shirt vert, de lunettes et d’un masque facial criant « À bas Macronia! » avant de gifler Macron au visage.

Damien T. est en détention et risque jusqu’à trois ans de prison et une amende équivalente à quelque 40 000 livres sterling, a ajouté la source.

Selon Le Parisien, c’est un passionné de l’époque médiévale qui s’habille en costumes de cette époque et participe à des ré-enacments comme il ressort de son profil Instagram.

Une source a déclaré au média qu’il vivait « dans une sorte de monde parallèle fait de jeux de rôle, de simulations de combats médiévaux ».

Le Figaro ajoute qu’il pratique également le kendo, un art martial japonais.

Un deuxième homme identifié comme Arthur C est également en détention pour avoir juré le président et crié « À bas Macronie! » – une référence à l’administration Macron, qui en est à sa quatrième année.

Les deux hommes criaient également des slogans royalistes liés aux mouvements d’extrême droite en France.

M. Macron tentait de serrer la main de membres d’une foule dans la ville de Tain-l’Hermitage, dans le département de la Drôme du sud-est de la France, lorsque l’attaque s’est produite.

Le président Français a été giflé par un électeur

Il pratique également le kendo, un art martial japonais

Il y a des élections régionales dans deux semaines, et M. Macron a aussi l’intention de convaincre les électeurs à temps pour les élections présidentielles de 2022, alors qu’il espère remporter un second mandat.

Le président Français a tendu la main pour saluer l’homme vêti du t-shirt vert – mais il lui a attrapé le bras et l’a giflé au visage.

La foule a éclaté alors que l’entourage sécuritaire d’Emmanuel Macron l’éloignait rapidement de la clôture où il saluait les électeurs.

« M. Macron est apparu très détendu et a pensé qu’il recevait un bon accueil de la part de ceux qui le regardaient », a déclaré un témoin oculaire.

« Il était à l’extérieur d’une école de restauration quand il a collé sa main droite vers un homme qui l’a rapidement attrapée.

« Puis l’homme a giflé le président au visage, avant que M. Macron ne soit tiré par des gardes de sécurité. »

Il y a eu des cris de « f *** off » alors qu’il était rapidement emmitouflé.

Quelques minutes auparavant, M. Macron avait lancé un appel à la « paix dans toute la France », et appelé les gens à « se respecter ».

Le Premier ministre de M. Macron, Jean Castex, a critiqué l’assaillant en disant: « La politique ne devrait rien avoir à voir avec la violence. »

La sécurité l’a rapidement éloigné de la clôture

Deux vidéos de l’incident ont été postées sur Twitter et sont rapidement devenues virales.

M. Macron était sur la deuxième étape de son Tour de France des territoires, a déclaré un porte-parole du palais de l’Élysée qui a ajouté: « Il n’a pas été grièvement blessé dans l’incident ».

Elle intervient alors que le mois dernier, des soldats Français ont signé une lettre l’accusant de se rendre aux islamistes.

L’avertissement publié dans le magazine de droite Valeurs Actuelles affirmait que la France était au bord de la guerre civile en raison de l’échec du président à s’attaquer aux extrémistes.

Cette décision a été saluée par Marine Le Pen, cheffe du parti de droite Rassemblement national, largement considéré comme le principal challenger d’Emmanuel Macron dans la course à la présidentielle.

Elle survient dans un contexte d’inquiétude croissante en France face aux attaques terroristes liées à l’EI et à ce que certains considèrent comme une rupture des idéaux laïques de la nation.

La décapitation de l’enseignant Samuel Paty l’année dernière a déclenché des manifestations de masse en faveur de la liberté d’expression et une répression gouvernementale contre les « séparatistes ».

En juillet dernier, Emmanuel Macron et son épouse Brigitte ont été agressés verbalement par un groupe de manifestants alors qu’ils se promenaient impromptus dans les jardins des Tuileries, dans le centre de Paris.

En novembre 2018, six militants liés à l’extrême droite ont été arrêtés dans le cadre d’un « complot violent » contre M. Macron.

Macron s’adressant aux étudiants de Tain l’Hermitage

Les six ont été arrêtés par des unités antiterroristes dans les régions orientales de Français de la Moselle et de l’Isère.

C’est vrai ce n’est pas la première fois que M. Macron est attaqué par des membres de la foule en colère alors qu’il est en public.

En 2016 – avant de devenir président un an plus tard – M. Macron a été écorné d’œufs par des membres du Parti communiste devant un bureau de poste de Montreuil, en banlieue parisienne.



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance