Connect with us

Technologie

Le sous-comité du projet de loi de finances accuse l’IR35 d’avoir « préoccupant » augmenté le nombre d’entrepreneurs de sociétés faîtières

Published

on


Le gouvernement doit faire davantage pour protéger les travailleurs parapluies à la suite d’une augmentation « préoccupante » du nombre d’entrepreneurs opérant par l’intermédiaire d’entreprises de traitement de la paie depuis le début des réformes IR35 dans le secteur privé.

C’est ce qu’affirme la sous-commission du projet de loi de finances des affaires économiques de la Chambre des Lords qui, à la suite de sa dernière enquête sur les réformes de l’IR35, exhorte le gouvernement à accélérer son engagement à mettre en place une réglementation statutaire pour les sociétés faîtières.

L’enquête du sous-comité visait à évaluer les impacts de l’extension des réformes de l’IR35 au secteur privé en avril 2021, et l’une de ses principales conclusions a été que la décision a entraîné une augmentation du nombre d’entrepreneurs travaillant par l’intermédiaire de sociétés faîtières.

De nombreuses organisations du secteur privé de taille moyenne à grande ont pris des mesures pour modifier leurs politiques d’embauche avant l’entrée en vigueur des réformes, afin de minimiser la charge administrative supplémentaire que le respect des changements pourrait potentiellement générer.

En effet, les réformes transfèrent la responsabilité de déterminer comment les entrepreneurs des sociétés à responsabilité limitée devraient être imposés de l’individu au locataire final, en fonction du travail effectué par les entrepreneurs et de la façon dont il est exécuté.

Auparavant, il appartenait aux entrepreneurs de décider eux-mêmes s’ils devaient être imposés de la même manière que les employés salariés (à l’intérieur de l’IR35) ou les travailleurs hors paie (à l’extérieur de l’IR35).

Certaines organisations du secteur privé ont cherché à s’absoudre d’avoir à décider comment les entrepreneurs avec lesquels elles s’engagent devraient être taxés en introduisant des interdictions d’embauche qui interdisent le recours à des entrepreneurs de sociétés anonymes en faveur de ceux employés par l’intermédiaire de sociétés faîtières.

L’enquête du sous-comité a confirmé que de telles politiques d’embauche ont entraîné l’embauche d’un plus grand nombre d’entrepreneurs par le biais de systèmes parapluies depuis le déploiement des réformes de l’IR35 dans le secteur privé, ce qui, selon elle, était préoccupant en raison de la prévalence des « sociétés de parapluie voyous » sur le marché.

« Le sous-comité est très préoccupé de constater que l’extension des règles de non-paie au secteur privé entraîne un plus grand nombre de personnes utilisant des sociétés parapluies et augmente le risque que certaines personnes, en particulier celles à faible revenu, soient impliquées dans des sociétés de portage salarial malhonnêtes associées à l’évitement fiscal », a écrit le sous-comité dans une lettre de 14 pages. adressée à Lucy Frazer, secrétaire financière du Trésor.

Cette préoccupation concerne des cas passés d’entrepreneurs incités à travailler pour des sociétés de portage salarial qui sont effectivement des façades pour des stratagèmes d’évitement fiscal, qui offrent des taux de rémunération nets « trop beaux pour être vrais » en payant une partie du salaire de l’entrepreneur en prêts libres d’impôt.

Et parce que les réformes de l’IR35 sont conçues pour empêcher l’évasion fiscale de se produire à la suite de la classification délibérée des entrepreneurs comme étant « en dehors de l’IR35 » afin de minimiser leurs obligations fiscales en matière d’emploi, le sous-comité a déclaré que l’augmentation de l’utilisation des sociétés faîtières risquait de « substituer une forme d’évitement fiscal à une autre ».

Il a ajouté: « Le sous-comité est très préoccupé par le fait que les règles de non-paie encouragent l’insertion d’intermédiaires inutiles dans la chaîne d’approvisionnement, ce qui augmente les coûts et les opportunités pour les opérateurs « voyous ». Nous croyons qu’une action efficace exige de mettre davantage l’accent sur la protection des travailleurs. »

Le gouvernement est au milieu d’une consultation, lancée en novembre 2021, sur le fonctionnement du secteur des sociétés faîtières, afin d’éclairer la réflexion du gouvernement sur la forme que devrait prendre la réglementation statutaire de ces organisations.

Le sous-comité a fait référence à cette consultation dans sa lettre à Frazer, mais a déclaré qu’il aurait aimé voir une « plus grande attention portée à la protection des travailleurs » employés par les sociétés faîtières et une « indication plus claire des intentions du gouvernement » lorsque l’appel à témoignages de la consultation a été lancé.

« Le sous-comité estime que le gouvernement a été lent à agir contre les dommages causés par l’activité des sociétés faîtières non conformes », indique la lettre.

« Nous recommandons une indication rapide de l’utilisation que le gouvernement entend faire de l’information qu’il recueille, des mesures proposées et de l’échéancier. »

La lettre ajoutait: « En l’absence d’une action statutaire efficace, les sociétés faîtières prolifèrent. De plus en plus de personnes risquent d’être prises dans des stratagèmes d’évitement fiscal.

« Le gouvernement doit s’engager à une date pour présenter un projet de loi visant à créer l’organisme d’application unique proposé pour réglementer les sociétés de portage salarial. »

Les conclusions du sous-comitéLes conclusions sont fondées sur les preuves écrites qu’elle a reçues de plus de 30 parties prenantes du marché des contrats, allant des associations professionnelles aux entrepreneurs individuels, en novembre 2021 et de plusieurs séances de témoignages oraux en décembre 2021.

Le président du sous-comité, Lord Bridges of Headley, a déclaré que le gouvernement devait agir rapidement pour faire adopter une réglementation des sociétés faîtières afin d’empêcher l’émergence de nouveaux mécanismes d’évitement fiscal.

« Le but des réformes hors salaire était de sévir contre l’évasion fiscale », a-t-il déclaré. « Pourtant, cela risque de donner lieu à une nouvelle vague d’évasion fiscale, car les gens – dont beaucoup ont de faibles revenus – se retrouvent dans des sociétés de portage salarial voyous. Le gouvernement doit prendre des mesures pour protéger les travailleurs contre les opérateurs « voyous » de toute urgence. »

Crawford Temple, PDG de Professional Passport, un organisme de conformité de la société faîtière, a soutenu les conclusions du sous-comité et a déclaré que les réformes de l’IR35 avaient créé une « tempête parfaite » qui permet « à l’évasion fiscale et aux systèmes de rémunération déguisés de prospérer ».

Il a ajouté: « Avec d’autres, Professional Passport a mis en évidence ces menaces, que le gouvernement a tout simplement ignorées et maintenant nous voyons les retombées comme souligné dans le rapport des Lords. »

Temple a déclaré que bien que la réglementation soit annoncée dans de nombreux milieux comme la voie à suivre pour mieux protéger les entrepreneurs contre les sociétés parapluies sans scrupules et non conformes, il reste encore beaucoup à faire pour réprimer les personnes qui créent et dirigent ces entreprises malhonnêtes.

« Au cours des deux dernières années, avec le pays axé sur le Covid, il n’y a pas eu d’application visible et proactive, et toute application que nous avons vue a été ciblée sur les travailleurs et non sur les promoteurs des programmes qui ont été autorisés à prospérer et à conserver tout l’argent qu’ils gagnent », a-t-il déclaré.

« Il est temps d’arrêter le cycle perpétuel de la législation et de repenser et simplifier radicalement les règles qui profitent à tous ceux qui, dans le secteur, s’efforcent d’élever les normes et de chasser ceux qui cherchent constamment à enfreindre les règles et à se comporter de manière contraire à l’éthique.  Mettons fin à une approche collante-plâtre à un cadre existant qui est fondamentalement défectueux. »

Computer Weekly a communiqué avec HMRC pour obtenir sa réponse aux conclusions du sous-comité et a reçu la déclaration suivante d’un porte-parole : « Le gouvernement se félicite de l’enquête de suivi du comité sur les répercussions de la réforme du travail hors paie introduite en avril 2021. Le gouvernement examinera attentivement les conclusions et les recommandations de l’enquête et répondra au comité en temps opportun.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance