Connect with us

Technologie

Le private equity en tête de la consolidation du secteur informatique nordique

Published

on


Les groupes nordiques de private equity et de technologie industrielle ont déclenché une forte augmentation de l’activité de fusion et d’acquisition ciblant les entreprises opérant dans les domaines du numérique, du cloud, de l’Internet des objets (IoT) et de l’intelligence artificielle (IA).

La forte hausse de l’activité intervient à un moment où les investissements en capital sont réduits, en particulier dans le secteur des startups technologiques, en raison de la pandémie de Covide-19. Cela accélère la consolidation dans les secteurs de l’informatique, du numérique, de l’IoT et de l’IA dans toute la région.

L’émergence de groupes de private equity et de poids lourds industriels est venue comme un soulagement bienvenu pour les entreprises technologiques en démarrage en particulier, comme plus d’entre eux rencontrent des difficultés à lever des capitaux dans de nouvelles séries de collecte de fonds.

L’ampleur des problèmes de collecte de fonds rencontrés par les startups technologiques a été soulignée dans une enquête des investisseurs publiée en juillet par la Finnish Venture Capital Association (FVCA). Elle a constaté que plus d’un tiers des startups finlandaises risquent de manquer de liquidités d’ici trois à six mois dans un contexte d’activité d’investissement dégonflée par les investisseurs autochtones et étrangers, touchés par la pandémie.

La FVCA soutient une initiative proposée par Tesi, une société d’investissement publique finlandaise, visant à créer un fonds de 250 millions d’euros pour soutenir plus de 200 startups en démarrage précoce et avancée en participant à de nouvelles levées de capitaux.

Les investisseurs en capital-investissement et en capital-risque ont investi plus de 5,2 milliards d’euros dans des startups et des sociétés de croissance non cotées finlandaises depuis 2015, mais la pandémie signifie que de nombreuses startups finlandaises prometteuses sont aujourd’hui confrontées à des situations difficiles, a déclaré Pia Santavirta, PDG de FVCA.

« Les investisseurs de rachat se concentrent sur les entreprises à l’étape ultérieure, dont les trajectoires de croissance impliquent généralement des acquisitions et l’internationalisation d’opérations commerciales qui ont déjà une forte présence en Finlande », a-t-elle déclaré. « Les investisseurs en capital-risque, en revanche, investissent dans des startups, qui créent souvent quelque chose de complètement nouveau et perturbent les industries traditionnelles. »

Dans la vague actuelle de consolidation, les groupes nordiques de capital-investissement et de capital-risque cherchent à saisir des occasions d’acquisition qui impliquent des sociétés de ti et de fintech qui détiennent des contrats lucratifs avec des agences d’État. L’État norvégien a dépensé près d’un milliard d’euros pour l’achat de services informatiques en 2019, lorsque l’Administration norvégienne des routes publiques a déboursé à elle seule plus de 100 millions d’euros pour se procurer des services informatiques opérationnels et de développement.

La pandémie de Covid-19 a également accru l’attention des investisseurs sur les entreprises qui assurent la durabilité et la numérisation, a déclaré Magnus Silfverberg, PDG de la société de données et d’analyse Bisnode, dont le siège est à Stockholm.

« Les entreprises durables et numérisées sont beaucoup plus résilientes et mieux équipées pour faire face à une menace pandémique comme le coronavirus », a déclaré M. Silfverberg.

L’acquisition, en juillet 2020, du fournisseur de logiciels d’entreprise IFS pour 3 milliards d’euros, a mis en évidence l’intérêt des fonds de capital-investissement pour des acteurs résilients de la technologie numérique ayant une présence mondiale croissante.

TA Associates a acquis une participation minoritaire importante dans IFS. L’entreprise, dont le cœur de métier est concentré sur la numérisation des activités de l’entreprise, a enregistré un chiffre d’affaires de 565 M€ en 2019.

Mais les acquisitions de technologies informatiques nordiques ne se limitent pas aux transactions traditionnelles de l’industrie. Dans le cadre d’une transaction visant à étendre sa portée sur le marché des fintech, la société norvégienne de navigateurs Web Opera acquiert toutes les actions de Vilnius, basée en Lituanie, prêteur numérique Fjord Bank.

L’accord de Fjord Bank permettra à Opera d’accélérer la croissance dans le domaine des fintech à travers l’Europe en lançant des services de finances personnelles perturbateurs, a déclaré Krystian Kolondra, vice-président exécutif d’Opera.

« En ce qui concerne l’espace fintech en Europe, nous estimons qu’il a besoin de plus en plus de challengers capables d’offrir des solutions plus intelligentes et plus habilitantes aux consommateurs pour leurs finances personnelles », a déclaré M. Kolondra.

Opera est entré dans l’espace fintech européen en janvier lorsqu’il a fait l’acquisition de la société estonienne de technologie de portefeuille numérique et de paiement PocoSys. Le perturbateur norvégien a déployé des tests sur une nouvelle version de la carte de paiement mobile et de l’application PocoSys, Pocopay, qu’Opera prévoit de lancer en Europe en 2020-2021.

Bolt-on cibles technologiques

Dans le même temps, le géant nordique de la sécurité automatisée ASSA Abloy a également intensifié son activité de recherche d’acquisitions pour des cibles technologiques spécialisées dans le nord de l’Europe.

La société a ajouté la société néerlandaise de services de soins numériques FocusCura à son portefeuille croissant d’entreprises de soutien technologique en juillet. FocusCura exploite la réalité virtuelle et l’IA pour fournir des services numériques aux personnes âgées dans les organisations de soins et des dispositifs technologiques de vie autonome pour ceux qui vivent à la maison.

Cette acquisition renforce la présence d’ASSA Abloy sur le marché des soins numériques dans les pays nordiques et en Europe continentale.

« focusCura est un ajout technologique stratégique pour ASSA Abloy », a déclaré Nico Delvaux, PDG d’ASSA Abloy. « L’acquisition renforce notre offre actuelle en soins aux personnes âgées et offre également des possibilités de croissance complémentaires. »

La récente poussée de l’activité et de la consolidation des fusions-acquisitions nordiques a également amplifié l’intérêt acquisitive pour les entreprises qui exploitent des services de cloud computing et de gestion. Du côté de l’acheteur, l’intérêt a émergé des groupes de capital-investissement au Danemark et en Suède.

L’acquisition de Nordomatic par Trill Impact est l’une des transactions les plus importantes conclues sur le marché de l’informatique en nuage au deuxième trimestre de 2020. Nordomatic fournit des systèmes intelligents basés sur le cloud au marché nordique de la gestion du bâtiment et a réalisé un chiffre d’affaires pro forma de 85 M€ en 2019.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending