Connect with us

Technologie

Le maire de Londres lance une initiative d’inclusion numérique

Published

on


Le maire de Londres a lancé un groupe de travail sur l’exclusion numérique visant à réduire la fracture numérique de la capitale.

Le groupe de travail, qui comprend le maire Sadiq Khan, les conseils de Londres et l’organisme de bienfaisance London Grid for Learning (LGfL), vise à lutter contre l’exclusion numérique à Londres, à accroître les compétences numériques des gens et à fournir aux personnes défavorisées des appareils remis à neuf.

Le lancement coïncide avec le troisième confinement du coronavirus en Angleterre, qui a forcé les écoles à fermer et les jeunes à apprendre de la maison, bien que beaucoup n’ont pas les dispositifs pour le faire.

Khan a déclaré: « Chaque écolier à Londres devrait avoir l’équipement dont ils ont besoin pour continuer à apprendre en ligne pendant le confinement.

« Mais c’est la triste réalité qu’il y en a encore beaucoup qui auront du mal avec cela parce qu’eux-même ou leurs familles n’ont pas l’équipement dont ils ont besoin, et qu’ils doivent donc voir leur scolarité perturbée.

« Des milliers de Londoniens ont déjà aidé en faisant don de leurs anciens appareils et je suis sûr que beaucoup d’autres aideront au cours des prochaines semaines – vous pouvez trouver des partenaires de charité à travers la liste sur le site Web de l’hôtel de ville. »

Khan a ajouté: « La pandémie et les restrictions pour limiter la propagation du virus continueront d’avoir un impact profond sur toutes nos vies. Mais je suis déterminé à travailler avec des organisations de toute la capitale pour faire tout mon possible pour que les enfants puissent obtenir une bonne éducation malgré les défis auxquels nous sommes tous confrontés.

Pour beaucoup de jeunes, apprendre de la maison est un défi, soit à cause d’un manque d’appareils, soit d’une connectivité. Une étude de l’Ofcom, régulateur des communications, estime qu’entre 1,14 et 1,78 million d’enfants au Royaume-Uni n’ont pas accès à un ordinateur portable ou à un appareil pour l’enseignement à domicile, et que 7% des ménages ne peuvent accéder à Internet que par la connectivité mobile.

Le gouvernement donne des ordinateurs portables aux élèves qui en ont le plus besoin, mais beaucoup ont demandé qu’on fasse davantage pour fournir aux jeunes la technologie dont ils ont besoin pour l’enseignement à domicile. Les travaillistes ont exhorté le gouvernement à adopter ses recommandations pour fournir de la technologie pour l’enseignement à domicile et Khan a écrit au secrétaire à l’Éducation Gavin Williamson pour lui demander d’en faire plus pour remédier au manque de dispositifs pour de nombreux écoliers.

Selon les conseils de Londres, qui ont évalué le besoin d’appareils dans leurs régions, certaines régions ont environ 8.000 élèves sans les dispositifs dont ils ont besoin pour apprendre de la maison.

Dans le cadre du groupe de travail, LGfL fournira 100.000 ordinateurs portables aux écoles à travers l’Angleterre en plus des 100.000 qu’il a fourni dans le premier confinement, et d’autres à Londres, y compris les citoyens et les entreprises, sont encouragés à donner de vieux appareils à distribuer à ceux qui sont dans le besoin.

De vieux appareils du personnel de la Greater London Authority ont été donnés à des organismes de bienfaisance qui travaillent avec des réfugiés, des sans-abri et des Londoniens âgés, avec l’aide d’entreprises SocialBox.Biz. En outre, un fonds de £40,000 a été récemment mis de côté par Khan dans le cadre d’un projet avec Brent Council offrant des prêts sans intérêt ou des subventions à ceux touchés par Covid-19 pour les aider à acheter des appareils ou des données.

John Jackson, PDG de LGfL, a déclaré: « L’impact de Covid-19 sur les enfants, les familles et les êtres proches a augmenté les inégalités et mis en évidence une fracture numérique. Il est urgent de fournir des appareils abordables et une connectivité sûre aux enfants défavorisés et à tous les apprenants.

Les enfants ne sont pas les seuls à être confrontés à des difficultés, car les blocages augmentent le besoin de savviness numérique – beaucoup de gens pensent que la pandémie a mis en évidence l’ampleur réelle de la fracture numérique au Royaume-Uni.

Le groupe de travail de Khan tentera également d’établir une carte des régions de Londres qui ont le plus besoin d’appareils et de connectivité, ainsi que d’aider à allouer des fonds pour l’infrastructure numérique là où elle aura le plus d’impact. Il a publié une liste d’organismes de bienfaisance auxquels les Londoniens peuvent faire don de leurs appareils à donner à ceux qui en ont besoin.

Le groupe de travail a été mis en œuvre parallèlement au Programme de relance de Londres, qui vise également à garantir que tous les Londoniens ont une connectivité, des compétences numériques de base ou des appareils pour les aider à se connecter d’ici 2025.

Le maire Khan a mis de côté 1,5 million de livres sterling au cours des deux prochaines années dans le cadre du Programme de reprise de Londres pour travailler avec le London Office of Technology and Innovation afin d’évaluer correctement l’exclusion numérique dans toute la capitale.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance