Connect with us

Technologie

Le gouvernement fait l’objet d’un contrôle judiciaire sur les plans de l’enquête Horizon de la Poste

Published

on


Le gouvernement britannique fait face à un contrôle judiciaire potentiel sur son bureau de poste Horizon enquête scandale de l’information, après subpostmasters formellement écrit au gouvernement en demandant un.

Les sous-maîtres ont été blâmés pour des pertes comptables inexpliquées, certaines étant envoyées en prison, en raison d’erreurs commises dans le système Horizon de la Poste, propriété du gouvernement, qui est fourni par Fujitsu. Ils demandent que l’enquête en cours soit arrêtée et restructurée.

Suite à une décision de la Haute Cour de décembre 2019 qui a justifié les sous-maîtres, le Premier ministre Boris Johnson a promis une enquête. Toutefois, l’enquête sur l’information de Post Office Horizon, présidée par l’ancien juge de la Haute Cour Wyn Williams, qui a été annoncée par la suite, n’a pas le statut d’enquête législative, ce qui signifie qu’elle ne peut contraindre les témoins à y assister. Cela a été décrit comme un « blanchissement » par les sous-maîtres et « un cop-out cynique » par son homologue de campagne James Arbuthnot.

La Justice for Subpostmasters Alliance (JFSA), qui fait campagne pour la justice pour les personnes touchées par le scandale Horizon, souhaite que l’enquête soit rendue légale, avec le pouvoir de convoquer des témoins sous serment et d’exiger des documents, craignant que les plans actuels ne permettent au gouvernement de « le brosser sous le tapis ».

Alan Bates, fondateur et ancien sous-maître de la JFSA, a envoyé une lettre juridique officielle, connue sous le nom de lettre de protocole de pré-action, à Paul Scully, ministre responsable de la Poste au Département des affaires, de l’énergie et de la stratégie industrielle (BEIS), informant beis de son intention de le soumettre au tribunal au cours de l’enquête en cours.

« Veuillez traiter cette lettre comme une lettre de pré-action dans le cadre du protocole de pré-action pour le contrôle judiciaire », peut-on lire dans la lettre des avocats de la JFSA, Howe & Co.

« Notre client a l’intention de contester la décision du 9 mars 2021 de [BEIS] refusant de suspendre l’enquête it horizon non statutaire en cours, de rétablir cette enquête en tant qu’enquête statutaire et de tenir une consultation sur le mandat, de tenir compte de questions urgentes d’importance publique, y compris, entre autres, la question des poursuites abusives contre les sous-directeurs.

La lettre adressée au BEIS est la première étape officielle pour demander un contrôle judiciaire, lorsqu’un juge examinera la légalité de l’enquête horizon en cours, mais ne se limitera pas à cela seul. Cela pourrait voir l’enquête en cours s’arrêter.

« M. Bates estime qu’une enquête non législative (même avec un mandat révisé) ne permettrait pas d’enquêter correctement sur des questions évidentes et importantes d’intérêt public. C’est parce que, entre autres, une enquête non législative n’a pas le pouvoir d’obliger la présence de témoins ou d’obliger la production de preuves, et elle ne prend pas non plus de preuve sous serment », peut-on lire dans la lettre.

« Il est peu probable que des témoins de la Poste ou de Fujitsu témoignent volontairement de l’implication de ces parties dans le scandale, de leur connaissance des failles du système Horizon au moment où les demandes de paiements aux sous-maîtres ont été faites ou de leur rôle dans les poursuites intentées contre des centaines de sous-maîtres sur des preuves peu fiables et potentiellement parjure. »

Selon un e-mail de la JFSA aux sous-directeurs, BEIS a jusqu’à la mi-avril pour décider « de se porter volontaire ou non pour restructurer le blanchissage actuel [inquiry] comme une enquête législative, et sinon, nous devrons appliquer le tribunal.

« Depuis des années, la Poste, le BEIS et le gouvernement démontrent à maintes reprises qu’on ne peut pas leur faire confiance et qu’il semble seulement que le pouvoir judiciaire soit capable de les traduire en justice », ajoute le courriel.

Une enquête d’Computer Weekly en 2009 a révélé les histoires de sous-maîtres qui ont subi des pertes qui, selon eux, étaient dues à des erreurs dans le logiciel de vente au détail et de comptabilité qu’ils utilisent dans les succursales, connu sous le nom Horizon. La Poste a nié cela, et environ 900 sous-maîtres ont été poursuivis pour vol et fausse comptabilité, certains étant envoyés en prison, dans ce qui est devenu l’une des plus grandes erreurs judiciaires de l’histoire du Royaume-Uni (voir la chronologie ci-dessous).

Subpostmasters ont été prouvés à droite à la Haute Cour dans une action en justice de groupe de plusieurs millions de livres contre la Poste.

Dans une lettre envoyée le 3 février, la JFSA, également par l’intermédiaire de son avocat, a demandé une rencontre avec le premier ministre Johnson pour discuter des préoccupations concernant la faiblesse de l’enquête dans sa forme actuelle.

S’il n’y avait pas eu l’action en justice de groupe contre la Poste, financée par les sous-directeurs de poste, les histoires poignantes de souffrances des sous-maîtres et de preuves accablantes contre la Poste n’auraient peut-être jamais vu le jour.

Bates a dit que la seule façon d’aller au fond du scandal est par la divulgation et l’appel de témoins sous serment. Au cours de deux procès dans le cadre du litige collectif, dirigé par Bates, on a eu des éléments de preuve qui avaient déjà été rejetés.

Par exemple, un document, le Journal des erreurs connues, a émergé au tribunal, qui a révélé des milliers de bogues Horizon. Auparavant, la Poste avait nié toute erreur et même que le journal des erreurs connues existait réellement.

Les jugements rendus par le juge Peter Fraser à la Haute Cour étaient accablants de l’attitude du bureau de poste à l’égard d’éventuelles erreurs d’Horizon causant des pertes inexpliquées. Il a dit que la Poste avait tort de blâmer les sous-maîtres et qu’elle avait été oppressive dans sa tactique pour amener les sous-maîtres à rembourser les déficits apparents.

La Poste a concédé et accepté de verser 57,75 millions de livres sterling aux sous-maîtres et s’est excusée pour son comportement. Il y a eu des appels immédiats en faveur d’une enquête publique complète.

C’est également après les jugements que la Commission d’examen des affaires criminelles (CCRC) a renvoyé à la Cour d’appel 47 cas de poursuites injustifiées potentielles contre des sous-directeurs d’école afin de faire annuler leur casier judiciaire. Cela est passé à environ 50, dont six qui ont déjà vu leur déclaration de culpabilité annulée à la Cour de la Couronne de Southwark.

Cette semaine a vu les appels de 42 anciens sous-maîtres entendus, avec des jugements attendus le vendredi 23 avril. Les dernières révélations de la Cour d’appel au cours de l’audience renforceront les appels en faveur d’une enquête publique statutaire sur le scandale Horizon de la Poste. Il s’agit notamment de preuves que le personnel de la Poste a été informé de déchiqueter des documents qui pourraient saper sa position selon laquelle Horizon était robuste, ainsi qu’un document qui a révélé qu’un avocat travaillant pour la Poste l’avait informé qu’un témoin fujitsu avait induit le tribunal en erreur lors des poursuites contre les sous-maîtres.

Sans divulgation légale, cela n’aurait peut-être jamais été connu.

Au cours de l’audience, Sam Stein, un qc représentant cinq sous-maîtres faisant appel à l’annulation de leur casier judiciaire, a fait référence à l’enquête gouvernementale en cours.  Il a déclaré: « L’enquête de la Poste Horizon IT est en soi limitée. Elle se limite par son propre mandat à l’exclusion de la fonction de poursuite ou des questions de droit criminel de la Poste limitée. Cela signifie, malheureusement, que l’enquête sur les pouvoirs des postes, une enquête non législative, n’examinera pas les questions dont notre cour est devant cette cour.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance