Connect with us

France

La victoire de la Grande-Bretagne en faveur du vaccin est grâce aux « libertés du Brexit », déclare l’eurodéputé allemand

Published

on


Le succès de la GRANDE-BRETAGNE en ce qui a été le succès du vaccin est dû au Brexit, a déclaré un eurodéputé allemand , ajoutant que la « main morte de l’UE » est responsable du fiasco dans le reste de l’Europe.

Elle intervient alors que les données montrent que certains pays européens au rythme de l’escargot ne parviendra pas à frapper la majorité des adultes avant 2023 s’ils continuent au rythme actuel.

🦠 Lire notre blog coronavirus en direct pour les dernières nouvelles et mises à jour

Ce centre de vaccination déserté de Bruxelles est venu symboliser le fiasco des jab de l’UE la semaine dernière

Les régulateurs britanniques ont approuvé les vaccins Pfizer et AstraZeneca beaucoup plus tôt que l’organisme équivalent de l’UE, l’Agence européenne des médicaments.

Et la chef de la Commission européenne Ursula von der Leyen a pris le contrôle de la commande de doses pour l’ensemble de l’Union, une décision que beaucoup accusent de retards angoissants.

Plus de 20 millions de personnes au Royaume-Uni ont reçu au moins une dose, et les ministres souhaitent que tous les adultes de plus de 18 ans l’offrent d’ici le 31 juillet.

Mais jusqu’à présent, l’Allemagne n’a frappé que 5% de ses 84 millions d’habitants et en France, ce chiffre est de 4%.

Gunnar Beck, un expert en droit et eurodéputé, a déclaré que les racines du problème remontent à l’été dernier, lorsque l’UE tardait à obtenir des vaccins.

Il a écrit dans le Mail on Sunday: « En théorie, la Commission européenne pourrait utiliser son pouvoir d’achat pour assurer la livraison rapide de centaines de millions de doses à des prix bas.

« Mais cela a ignoré la main morte de la bureaucratie de l’UE, qui est la dernière chose dont vous avez besoin en cas de crise.

« De précieuses semaines et des mois ont été perdus au milieu d’un commerce furieux de chevaux à Bruxelles. De nombreuses commandes n’ont été prises qu’en septembre, ce qui, malgré son poids financier, a placé l’Europe au bas de la file d’attente.

L’eurodéputé allemand Gunnar Beck a déclaré que la Grande-Bretagne était en mesure de tirer parti des « libertés du Brexit »

Il a critiqué la « main morte de la bureaucratie de l’UE » dirigée par Ursula von der Leyen

Il a également fustigé la chancelière allemande Angela Merkel et d’autres dirigeants pour avoir semé la méfiance à l’égard du jab astrazeneca de marque britannique.

Elle a conduit des millions de personnes à travers l’Europe à refuser de l’avoir, laissant certains centres de vaccination presque vides.

Le Dr Gunnar a écrit: « Cet état de choses n’a rien à voir avec le mérite réel du jab Oxford-AstraZeneca – ou même les vertus du programme de vaccination lui-même en tant que traitement du coronavirus – et tout à voir avec la posture politique de l’élite de l’UE alors qu’elle tente de couvrir ses échecs en pointant du doigt le blâme ailleurs.

« Alors que la Grande-Bretagne a utilisé ses libertés en faveur du Brexit pour obtenir une gamme de vaccins différents et organiser un déploiement national, l’UE est entrée dans son mode par défaut de grattage mutuel, de chamailleries et d’échecs. »

La semaine dernière, une photo d’un centre de vaccination déserté à l’aéroport de Bruxelles est venue symboliser le chaos dans l’UE.

Et le journal allemand le plus vendu Bild a admis que le succès de la Grande-Bretagne en matière de vaccins fait l’envie de l’Europe dans une bannière en première page qui a fait la une des échecs de l’UE.

Le pays a plus d’un million de doses d’AstraZeneca assis dans le stockage à froid après que les patients ont refusé d’avoir un jab.

Même Mme Merkel, une ancienne scientifique, a dit qu’elle ne l’aurait pas car elle est trop vieille à 66 ans.

L’Allemagne a statué de manière controversée qu’il ne devrait pas être donné aux plus de 65 ans, même si l’EMA a statué qu’il peut être utilisé pour tous les groupes d’âge.

Le gouvernement a maintenant été invité à revenir sur cette politique, car l’autorité nationale de vaccination a admis que son évaluation antérieure était erronée.

Le journal allemand Bild a fait l’éloge du succès du Royaume-Uni en ce qui a fait l’éloge du succès du vaccin avec le titre « Chers Britanniques, nous vous envions! »
Angela Merkel face à une mutinerie entre Etats allemands sur sa gestion de la crise

Thomas Mertens, président du Comité permanent de la vaccination, a promis « une nouvelle recommandation mise à jour très prochainement ».

Il a ajouté: « D’une certaine façon, tout s’est très mal passé ».

Il a déclaré que la commission croyait que le jab AstraZeneca était « très bon » et leur évaluation de celui-ci était « maintenant encore mieux avec l’ajout des nouvelles données ».

Un groupe de scientifiques allemands a également exhorté le gouvernement à suivre la Grande-Bretagne et à retarder la deuxième dose, en calculant qu’elle sauverait 15 000 vies.

Les autorités de l’UE avaient précédemment attaqué l’approche britannique comme étant « imprudente ».

Au total, 11 des 27 États membres de l’UE, dont l’Espagne, la France et la Belgique, ont refusé de recommander le jab AstraZeneca pour les personnes âgées parce que les essais de la phase trois n’incluaient pas beaucoup de volontaires de plus de 65 ans.

Les données du monde réel en provenance d’Écosse montrent qu’elle est efficace à 94 % pour prévenir la maladie de Covid dans tous les groupes d’âge.

L’Autriche a déjà inversé sa politique, et la France a indiqué qu’elle le ferait aussi.

Jeudi, le président Emmanuel Macron a déclaré qu’il le prendrait volontiers des semaines après avoir faussement affirmé qu’il était « quasi-inefficace ».

Mais il est apparu cette semaine que quatre doses d’AstraZeneca sur cinq livrées aux pays de l’UE n’étaient toujours pas utilisées.

Des données distinctes ont mis à nu la lenteur de la vaccination à travers le continent.

Le traqueur de vaccins en direct de Politico montre que le Royaume-Uni est sur la bonne voie pour vacciner 96 pour cent des adultes d’ici la fin de l’été au rythme actuel.

Le pays de l’UE le plus performant, Malte, n’aura fait que 62 pour cent de sa petite polulation.

La France et l’Allemagne auront du mal à vacciner plus de 28 pour cent des adultes et la Belgique en aura fait 20 pour cent d’ici septembre.

Et si les vaccins ne sont pas mis en place plus rapidement, la France et l’Allemagne n’auront pas atteint l’objectif de 70 pour cent d’adultes avant novembre 2022, et certains pays auront des mois de retard.

En janvier, Mme von der Leyen a imposé une interdiction d’exportation des vaccins dans le cadre d’une guerre avec les compagnies pharmaceutiques qu’elle accusait de retenir les doses.

Pendant ce temps, Mme Merkel et M. Macron sont confrontés à des mutineries dans leur pays, car la montée des infections pourrait conduire à des blocages de plusieurs mois.

Ici, Boris Johnson a déclaré que pratiquement toutes les restrictions seront levées en Angleterre d’ici le 21 juin.



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance