Connect with us

Technologie

La réponse à la pandémie a amélioré la posture en matière de protection de la vie privée, selon Cisco

Published

on


Plus de 90% des organisations interrogées lors de la compilation de la Étude comparative sur la confidentialité des données ont indiqué que leurs équipes de protection de la vie privée des données ont joué un rôle clé en les aidant à relever les défis posés par Covid-19, comme le passage au travail à distance, l’ajustement des ententes de partage de données et la mise en œuvre de contrôles d’accès aux données.

Dans des conclusions qui peuvent sembler à première vue quelque peu contre-intuitives, Cisco a dit qu’au lieu d’être écartée, les défenseurs de la vie privée se sont fait connaître au cours des neuf derniers mois environ.

« Lorsqu’une menace sérieuse pèse sur notre sécurité et notre bien-être, beaucoup penseraient que la protection de la vie privée prendrait une banquette arrière », a déclaré Robert Waitman, directeur du bureau de protection de la vie privée de Cisco, dans un billet de blog d’introduction.

« Après tout, nos données personnelles, y compris notre état de santé, nos contacts sociaux et nos lieux physiques, ont été nécessaires pour aider à contrôler la propagation de Covid-19. De plus, le passage rapide au travail à distance a laissé les organisations se démener pour maintenir leurs fonctions en place, et la protection de la vie privée aurait très bien pu être une réflexion après coup.

Le rapport s’est inspiré des réponses de 4 400 organisations dans 25 pays et a constaté que, dans l’ensemble, les entreprises se sont tournées vers leurs équipes de sécurité pour s’attaquer au fait qu’elles n’étaient pour la plupart pas préparées à un tel événement.

Quelque 87 % des personnes interrogées ont dit qu’elles s’étaient inquiétées de la protection de la vie privée des outils qu’on leur demandait d’utiliser, particulièrement à la lumière de la couverture très médiatisée des problèmes découlant de la plate-forme de conférence en petits groupes Zoom.

La nature nouvellement critique des politiques de protection de la vie privée se reflète dans le travail quotidien des OICS et d’autres professionnels de la sécurité, plus du tiers d’entre eux ayant déclaré que la protection de la vie privée, parallèlement à l’évaluation des risques, à la gestion et à la réponse aux menaces, était maintenant l’un de leurs principaux domaines de responsabilité.

Cela signifie également que les mesures de protection de la vie privée attirent l’attention au niveau du conseil d’administration – Cisco a déclaré que 90 % des organisations sont en train de monter et de signaler les paramètres de confidentialité à la suite C et à la salle de réunion. Cela peut également se refléter dans les budgets consacrés à la protection de la vie privée, qui ont doublé d’une année à l’autre. Le rapport de Cisco note également que les certifications externes telles que l’ISO 27701 deviennent maintenant un facteur d’achat essentiel.

Waitman a dit qu’il était clair que la confidentialité des données est venu de l’âge et n’est plus considéré comme un avantage pour les consommateurs. Les données du rapport ont révélé que plus de 66 % des organisations réalisant les avantages commerciaux de l’amélioration de leurs postures en matière de confidentialité des données, y compris une réduction des retards de vente et d’autres gains d’efficacité opérationnelle, une meilleure innovation et des clients plus fidèles et confiants. Peut-être inutile de dire que cela se traduit par une valeur de résultat net, at-il dit – avec l’organisation moyenne d’estimer un double retour sur leur investissement.

À l’avenir, la recherche a révélé un appui solide au maintien des principes et des protections en matière de protection de la vie privée établis au début de la pandémie et aux protections juridiques – 62 % des répondants voulaient peu ou pas de changement aux lois existantes sur la protection des renseignements personnels.

Toutefois, bien que les particuliers aient eu tendance à appuyer les efforts de leurs employeurs pour maintenir un environnement de travail sécuritaire pour Covid, ils étaient moins positifs au sujet des mécanismes qui suivent leur emplacement, ou recueillent ou divulguent des renseignements sur son statut Covid-19, comme les applications de recherche de contacts. Les gens avaient tendance à convenir que l’utilisation de leurs données personnelles à ces fins devrait être limitée et strictement contrôlée de manière transparente, équitable et responsable.

« L’époque où l’on pensait à la protection de la vie privée comme une simple question de conformité est terminée. Forgée par la pandémie, la protection de la vie privée est devenue une priorité essentielle pour la direction, les employés et les clients », a déclaré M. Waitman.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance