Connect with us

France

La moitié Français adultes « prêts à refuser jab Covid » après macron anti-vax alarmiste

Published

on


La moitié des adultes en France sont prêts à refuser un jab Covid après l’alarmisme d’Emmanuel Macron sur le vaccin AstraZeneca.

Les sites web et plateformes anti-vax en France ont attiré des milliers d’adeptes et les derniers sondages révèlent que la moitié de la population pourrait refuser un jab, selon les rapports.

🦠 Lire notre blog coronavirus en direct pour les dernières nouvelles et mises à jour

Les sites et plateformes anti-vax en France ont attiré des milliers d’abonnés

Beaucoup d’adultes annulent leurs rendez-vous après avoir découvert qu’ils recevraient le vaccin d’Oxford

Les craintes des politiciens européens, y compris le président macron de Français, au sujet du jab Oxford-AstraZeneca ont conduit à une faible prise en Europe car il est à la traîne derrière le Royaume-Uni.

De nombreux adultes en Europe annulent maintenant leurs rendez-vous après avoir découvert qu’ils recevraient le vaccin d’Oxford.

Il vient en dépit de nouvelles conclusions montrant qu’un seul coup de jab de fait britannique réduit le risque des personnes âgées d’être emmenés à l’hôpital avec la maladie de 94 pour cent.

Mais M. Macron a affirmé que le vaccin d’Oxford « ne fonctionne pas » pour les personnes âgées de plus de 65 ans.

S’exprimant fin janvier, M. Macron a déclaré: « Le vrai problème avec AstraZeneca, c’est juste que cela ne fonctionne pas comme prévu, parce que là nous avons très peu d’informations.

« Aujourd’hui, tout porte à croire qu’il est presque inefficace pour les plus de 65 ans, et certains en disent plus de 60. »

Et les derniers sondages montrent qu’une proportion stupéfiante Français adultes peuvent maintenant refuser le jab, Sky Nouvelles rapports.

Un précédent sondage révélait que seulement quatre français sur 10 voulaient avoir un jab Covid

Français emmanuel Macron a affirmé que le jab d’Oxford ne fonctionne pas sur les personnes de plus de 65 ans

Macron s’entretient avec un patient alors qu’il visite un centre de vaccination contre le coronavirus

Français la sociologue de la santé, le Dr Caroline De Pauw, a déclaré que le scepticisme en France vient des peurs sanitaires passées – en particulier le jab contre l’hépatite B dans les années 1990.

« A l’époque, il y avait le scandale qui reliait le vaccin à des cas de sclérose en plaques », a-t-elle déclaré à Sky News.

« Et soudain, un lien a été créé qui a depuis été nié par toutes les autorités sanitaires, y compris les autorités médicales indépendantes, en raison de liens avec l’industrie pharmaceutique.

« Et la France a du mal à aller au-delà de cette question de l’hépatite B et des liens avec l’industrie pharmaceutique. »

Elle a ajouté : « Lorsque nous faisons des études internationales, nous voyons qu’en effet les Français sont ceux qui ont le plus de doutes sur la vaccination. Par exemple, les Anglais sont beaucoup plus pro-vaccination que les Français.

Une femme lilloise a déclaré à Sky News: « C’est un peu dans notre culture.

« Les Français sont toujours très réticents à prendre des médicaments, des vaccins, tout cela. Mais je trouve dommage que les gens refusent.

Français gendarmes sur les quais le long de la Seine, à Paris

Les gens se rassemblent le long de la Seine alors qu’ils profitent d’un après-midi ensoleillé à Paris

Français policiers tentent de disperser les Parisiens alors que le nombre de Covid commence à augmenter

Au milieu de la réticence à obtenir un jab, les hôpitaux de Paris sont flambage sous un nombre croissant de patients Covid.

Le nombre de personnes atteintes de Covid en soins intensifs en région parisienne est à son plus haut niveau depuis novembre.

Au centre hospitalier de Melun, à environ 31 miles au sud-est de Paris, le personnel a déclaré qu’ils étaient en pleine période en essayant de surveiller tous les patients atteints du virus dans l’unité de soins intensifs.

En décembre dernier, un sondage révélait que seulement quatre Français sur dix voulaient avoir un jab Covid.

Selon le sondage réalisé par Ipsos Global Advisor et le Forum économique mondial, seulement 40 pour cent de la population voulait prendre le vaccin.

La peur des effets secondaires a été la raison la plus souvent donnée pour ne pas vouloir le jab.

Au Royaume-Uni, plus de 24 millions de personnes ont reçu leur première dose du vaccin – mais c’est une situation différente en France et en Allemagne où seulement 6 % de leur population a été vaccinée.

En comparaison, le Royaume-Uni a distribué des doses à plus de 26 pour cent des citoyens.

Les régulateurs allemands ont décidé de ne pas utiliser le vaccin Oxford-AstraZeneca pour les plus de 65 ans parce qu’il n’y a pas suffisamment de données pour prouver qu’il fonctionne dans ce groupe d’âge – bien que l’Agence européenne des médicaments ait approuvé qu’il soit administré à tous les adultes.

Dans les centres de vaccination de Tegel à Berlin, qui ne donnent que le jab AstraZeneca, moins de 200 personnes se tournent vers les 3800 rendez-vous quotidiens, selon le Times.

La Belgique est également confrontée à un problème avec son vaccine déploiement que les infirmières menacent de frapper si on leur donne le jab Oxford.

Le pays ne donne pas le vaccin d’Oxford à toute personne âgée de plus de 55 ans malgré l’autorisation, les travailleurs de la santé le premier groupe prioritaire.

Une infirmière d’un hôpital flamand a déclaré au journal Het Laatste Nieuws: « S’il s’avère que nous serons vaccinés avec le vaccin AstraZeneca, nous ferons grève ».

Elle intervient alors que le Premier ministre britannique Boris Johnson a fustigé de fausses affirmations selon qui la Grande-Bretagne a bloqué les exportations de vaccins vers l’UE.

Le Premier ministre a giflé le président du Conseil de l’UE Charles Michel sur ses affirmations selon qui le Royaume-Uni avait empêché les jabs de se rendre sur le continent.

« Permettez-moi d’être clair que nous n’avons pas bloqué l’exportation d’un seul vaccin Covid-19, ou composants du vaccin, at-il dit mercredi.

« Cette pandémie nous a tous mis du même côté dans la lutte pour la santé mondiale, nous nous opposons au nationalisme vaccinal sous toutes ses formes.

« J’espère que tous les côtés de la Chambre se joindront à moi pour rejeter cette suggestion et appeler tous nos partenaires à travailler ensemble pour faire face à cette pandémie. »

Le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab a également tiré une lettre furieuse à Michel exigeant qu’il « m’a mis les devants ».

Raab a écrit: « Le gouvernement britannique n’a pas bloqué l’exportation d’un seul vaccin Covid-19 ou composants du vaccin.

« Toute référence à une interdiction d’exportation du Royaume-Uni ou à toute restriction sur les vaccins est complètement fausse. »



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance