Connect with us

Technologie

La majorité des adultes britanniques soutiennent le droit légal à la déconnexion

Published

on


Six adultes britanniques sur 10 sont favorables à l’établissement d’un « droit à la déconnexion » légal, qui permettrait aux employés d’ignorer les communications liées au travail telles que les e-mails et les SMS en dehors de leurs heures de travail contractuelles, selon une nouvelle étude d’Ipsos.

Selon l’étude, 67% des travailleurs britanniques ont déclaré participer à des communications liées au travail en dehors de leurs heures de travail officielles, environ quatre sur 10 vérifiant ou répondant à ces communications, et un tiers disant qu’ils les envoient de manière proactive.

Ipsos a constaté que, bien que seulement trois sur 10 ne communiquent pas avec le travail en dehors de leurs heures de travail officielles, plus de la moitié des adultes britanniques (55%) ont déclaré qu’il était inacceptable que les employeurs s’attendent à ce que le personnel vérifie même les communications liées au travail après les heures de travail.

En ce qui concerne l’appui à un droit législatif à la déconnexion, 60 % se sont dits favorables à ce que le gouvernement l’introduise dans une nouvelle loi, et 34 % sont fortement en faveur. Seul un sur 10 était contre une telle mesure.

La recherche a également révélé que l’opinion était divisée sur la question de savoir s’il fallait donner la priorité à la flexibilité ou au droit de se déconnecter, environ un tiers préférant le second, un quart préférant le premier et 40% affirmant que les deux sont tout aussi importants.

« La pandémie a eu un impact énorme sur nos habitudes de travail, donnant aux entreprises et aux employés l’occasion de réévaluer notre façon de travailler », a déclaré Kelly Beaver, directrice générale du Royaume-Uni et de l’Irlande chez Ipsos. « Pour beaucoup, cela s’est traduit par une flexibilité accrue, mais il y a aussi le brouillage des frontières entre le travail et la vie familiale.

« Il y a clairement un appui en faveur d’une loi qui protège l’équilibre travail-vie personnelle, mais quelque chose d’aussi normatif que la législation aura-t-il réellement une incidence sur la souplesse que beaucoup ont adoptée au cours des deux dernières années? Les entreprises devraient travailler avec leurs employés pour offrir un environnement qui offre de la flexibilité et un équilibre sain entre vie professionnelle et vie privée, afin que nous puissions tous bénéficier de cette nouvelle façon de travailler. »

Un sondage séparé de Prospect Union – qui représente les travailleurs de la science, de la technologie et d’autres travailleurs spécialisés – d’avril 2021 a également révélé qu’un droit à la déconnexion bénéficie d’un soutien important de la part des travailleurs et des syndicats au Royaume-Uni.

« Cette dernière étude d’Ipsos est une preuve supplémentaire que notre culture toujours active est devenue un problème important et croissant pour trop de gens », a déclaré Andrew Pakes, secrétaire général adjoint de Prospect Union. Il a déclaré qu’il fallait mettre en place des mesures de protection pour lutter contre les risques liés à la technologie de surveillance et à d’autres pressions professionnelles qui contribuent à ce que les gens sentent qu’ils ne peuvent pas se déconnecter du travail.

« La technologie numérique nous a sans aucun doute permis de rester en sécurité, connectés et de travailler pendant la pandémie, mais pour beaucoup, les frontières entre le travail et la maison sont devenues floues, ce qui rend plus difficile l’arrêt de travail et contribue à l’épuisement professionnel et à une mauvaise santé mentale », a déclaré Pakes.

« Les employeurs doivent reconnaître qu’il s’agit d’un problème qui se traduira en fin de compte par des journées perdues, une baisse de la productivité, une main-d’œuvre démotivée et un épuisement professionnel. »

Le même mois que le sondage Prospect, les travailleurs irlandais avaient le droit de se déconnecter inscrit dans un code de pratique officiel, et le gouvernement écossais a annoncé son soutien à des mesures similaires en décembre 2021.

En février 2022, l’Organisation mondiale de la santé et l’Organisation internationale du travail ont publié une note technique conjointe sur le télétravail sain et sûr qui indiquait que les entreprises et les gouvernements devraient imposer des limites claires à la surveillance invasive sur le lieu de travail et soutenir le « droit à la déconnexion » des travailleurs afin de réduire les impacts négatifs sur la santé physique et mentale des pratiques de travail à distance numériques.

Bien que le briefing n’ait pas explicitement appelé les gouvernements à mettre en œuvre un droit à la déconnexion, il a déclaré: « Il est important d’organiser le télétravail pour répondre aux besoins des travailleurs et de l’organisation. Cela nécessite de mettre l’accent sur les extrants ou les résultats, plutôt que sur le processus. Il a souligné que les employeurs devraient activement éviter de contacter les travailleurs en dehors des heures de travail prévues.

Début mars 2022, le Congrès des syndicats (TUC) a également averti que l’utilisation intrusive et croissante de la technologie de surveillance sur le lieu de travail était « en train de devenir incontrôlable » et pourrait conduire à une discrimination généralisée, à une intensification du travail et à un traitement injuste sans réglementation plus stricte pour protéger les travailleurs.

« Les employeurs délèguent des décisions sérieuses à des algorithmes – comme le recrutement, les promotions et parfois même les licenciements », a déclaré la secrétaire générale du TUC, Frances O’Grady.

« Les travailleurs doivent être correctement consultés sur l’utilisation de l’IA et être protégés de ses méthodes de travail punitives. Il est temps que les ministres présentent le projet de loi tant attendu sur l’emploi à gdonner aux travailleurs le droit de se déconnecter et de s’éteindre correctement en dehors des heures de travail. »

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance