Connect with us

Monde

La farce de l’ONU en tant que « pires agresseurs du monde » La Chine et la Russie se joignent au Conseil des droits de l’homme

Published

on


La CHINE, la Russie et Cuba devraient rejoindre le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, malgré une histoire de violations des droits de l’homme.

L’Arabie saoudite et le Pakistan devraient également être élus au Conseil aujourd’hui, outraging militants des droits de l’homme.

Le président cubain Miguel Diaz-Canel serre la main de Vladimir Poutine

Le dirigeant chinois Xi Jinping

La décision de voter les cinq pays au conseil a été décrite par UN Watch comme permettant à « ne bande d’incendiaires de rejoindre les pompier ».

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU dispose de 47 sièges, et il y a actuellement 15 postes vacants pour un mandat de trois ans.

Un candidat au Conseil des droits de l’homme de l’ONU peut être défait si moins de 97 pays membres votent pour eux lors d’un scrutin secret.

La Grande-Bretagne a subi des pressions pour s’opposer à l’élection de la Chine, de l’Arabie saoudite, de la Russie, de Cuba et du Pakistan au Conseil.

En raison d’accords en coulisses avant le vote, Cuba et la Russie sont sans opposition, tandis que la Chine, le Pakistan et l’Arabie saoudite sont en concurrence avec le Népal et l’Ouzbékistan dans le bloc asiatique.

La ministre des Affaires étrangères de l’ombre, Lisa Nandy, a écrit au ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, pour lui demander que la Grande-Bretagne s’oppose à l’élection de la Chine au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Elle a écrit que Pékin doit accepter de permettre à une équipe de l’ONU d’enquêter sur les crimes contre les musulmans ouïghours au Xinjiang.

Le foreign office a refusé de dire comment la Grande-Bretagne voterait dans le scrutin, mais un porte-parole a déclaré au Times: « Comme le ministre des Affaires étrangères a dit, la communauté internationale ne sera pas fermer les yeux sur les violations flagrantes des droits de l’homme et les abus au Xinjiang. »

Si la Chine est élue, ce serait la cinquième fois que le pays siège au Conseil des droits de l’homme.

La Chine a dû attendre les neuf derniers mois pour être à nouveau éligible au conseil en vertu des règles de réélection.

Le dissident chinois en exil Yang Jianli a déclaré au Guardian qu’au cours des neuf derniers mois, la Chine avait « intensifié la répression des droits humains dans tous les domaines ».

Yang a déclaré que la Chine était « impliquée dans l’anéantissement de la liberté politique à Hong Kong ».

Il a déclaré : « Selon toutes les normes, la Chine a grossièrement abusé des principes fondateurs des droits de l’homme de l’ONU.

« S’il s’agissait d’une élection pour un conseil des auteurs d’atteintes aux droits humains de l’ONU, il serait plus que approprié de voter pour la Chine, car elle est en tête dans le monde en violant les droits de l’homme. »

Drone images qui ont émergé l’année dernière est pensé pour montrer des dizaines d’Ouïghours étant chargés sur les trains
Des images satellites montrent un réseau de camps de détention présumés construits par le gouvernement chinois depuis 2017

VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME

Il y a eu une condamnation internationale croissante au sujet de l’internement, de l’endoctrinement et des abus de la Chine contre les Ouïghours dans toute la province du Xinjiang.

Jusqu’à 1,5 million de personnes auraient été détenues dans la province depuis 2017 dans le cadre d’une tentative du gouvernement chinois de sévir contre les mouvements séparatistes de longue date.

Pékin affirme que les camps sont des centres de « rééducation » destinés à lutter contre l’extrémisme.

En Arabie saoudite, plus de 800 exécutions ont eu lieu depuis 2015, et l’État a été reconnu coupable d’avoir organisé l’assassinat du journaliste dissident Jamal Khashoggi.

Le dissident russe Vladimir Kara-Murza, qui a été empoisonné à deux reprises, a déclaré qu’il était « étonnant que la Russie soit considérée comme un candidat légitime et encore moins qu’elle soit probablement élue ».

Kara-Murza a déclaré: « Il a … été confirmé… qu’Alexeï Navalny a été empoisonné par un agent neurotoxique de qualité militaire hautement contrôlé produit par l’État russe qui a été utilisé pendant des années par les services de sécurité russes, ne laissant aucun doute sur qui était derrière cette attaque.

Navalny, un opposant virulent de Vladimir Poutine, a été empoisonné en août.

Rosa Maria Paya, militante cubaine des droits de l’homme, a affirmé que Cuba [Human Rights Council] pour protéger leur impunité, en veillant à ce que les multiples accusations portées contre eux et leurs amis criminels au Venezuela, en Chine, en Russie et au Bélarus ne prospèrent pas ».

Selon Human Rights Watch, Cuba utilise des « tactiques répressives contre les critiques, notamment des passages à tabac, des hontes publiques, des restrictions de voyage et la cessation d’emploi ».

Donald Trump a retiré les États-Unis du Conseil des droits de l’homme de l’ONU en 2018.



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance