Connect with us

Technologie

La Commission européenne ouvre la voie à une loi sur les données pour stimuler l’économie numérique

Published

on


La Commission européenne (CE) a publié une proposition de loi sur les données qui, espère-t-elle, alimentera une économie numérique à travers le continent, en partie en ouvrant l’accès aux données des machines et de l’Internet des objets (IoT).

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission européenne pour Une Europe adaptée à l’ère numérique, a déclaré à l’appui de la loi envisagée: « Nous voulons donner aux consommateurs et aux entreprises encore plus de contrôle sur ce qui peut être fait avec leurs données, en clarifiant qui peut accéder aux données et à quelles conditions. Il s’agit d’un principe numérique clé qui contribuera à créer une économie solide et équitable axée sur les données et guidera la transformation numérique d’ici 2030. »

La proposition de la CE englobe une série de mesures couvrant l’utilisation d’appareils numériques connectés et l’octroi de pouvoirs de négociation accrus aux petites et moyennes entreprises (PME). Il préconise également de nouveaux moyens pour les organismes du secteur public d’accéder aux informations du secteur privé en cas d’urgence publique, l’élaboration de nouvelles règles permettant aux clients de passer plus facilement d’un fournisseur de cloud à un autre, et soutient la mise en place de nouvelles garanties contre le « transfert illégal de données ».

Selon la CE, la loi sur les données protégera les PME contre « les clauses contractuelles abusives imposées par une partie ayant une position de négociation nettement plus forte ». La commission « élaborera également des conditions contractuelles types pour aider ces entreprises à rédiger et à négocier des contrats équitables de partage de données ».

La loi stipulera que les bases de données contenant des données IoT « ne devraient pas faire l’objet d’une protection juridique distincte » étant donné qu’une directive de 1996 sur la protection juridique des bases de données est désormais obsolète en ce qui concerne ces données.

La proposition est la deuxième initiative législative entreprise dans le cadre de la stratégie de l’UE en matière de données publiée en février 2020. L’objectif est de créer un marché unique des données, en ouvrant ce que la CE appelle des « espaces de données » au sein desquels les données peuvent être partagées.

La stratégie de données originale a identifié 10 de ces espaces dans les domaines de la santé, de l’agriculture, de la fabrication, de l’énergie, de la mobilité, de la finance, de l’administration publique, des compétences, du nuage européen pour la science ouverte et de l’écologie. Les médias et le patrimoine culturel ont également « émergé » depuis lors en tant qu’espaces, selon l’UE.

La première initiative juridique a été une loi sur la gouvernance des données, proposée en novembre 2020 et approuvée un an plus tard, pour définir ce que Thierry Breton, commissaire au marché intérieur, a appelé une « approche véritablement européenne du partage des données ».

« Notre nouvelle réglementation favorisera la confiance et facilitera la circulation des données entre les secteurs et les États membres, tout en mettant tous ceux qui génèrent des données aux commandes », a-t-il déclaré. « Avec le rôle toujours croissant des données industrielles dans notre économie, l’Europe a besoin d’un marché unique ouvert mais souverain pour les données. »

Alors que la loi sur la gouvernance des données concerne les processus et les structures de partage des données, la nouvelle loi clarifierait « qui peut créer de la valeur à partir des données et dans quelles conditions ».

En ce qui concerne la nouvelle loi sur les données, M. Breton a déclaré: « Aujourd’hui est une étape importante dans le déblocage d’une richesse de données industrielles en Europe, au profit des entreprises, des consommateurs, des services publics et de la société dans son ensemble. Jusqu’à présent, seule une petite partie des données industrielles est utilisée et le potentiel de croissance et d’innovation est énorme. »

Digital Europe, une association professionnelle pour les entreprises informatiques, a noté que si la loi « a le potentiel de libérer l’incroyable valeur de l’économie des données… cela ne sera réalisé que si la réglementation agit comme un facilitateur, plutôt que comme un ensemble d’obligations restrictives ».

Dans un communiqué, l’organisation s’est dite préoccupée par le fait que la loi pourrait « porter atteinte à la liberté contractuelle des entreprises et avoir l’effet inverse de celui prévu. Pour stimuler l’adoption des données, il est important que les accords de partage de données restent volontaires et commercialement viables. »

Au lieu de cela, il a déclaré que l’UE « devrait fournir un soutien et des incitations aux entreprises pour partager des données, tels que des systèmes permettant aux entreprises de coopérer étroitement sans tomber sous le coup de la législation antitrust ».

Il a également contesté ce qu’il considère comme un amalgame d’«accès et de partage de données d’entreprise à entreprise à entreprise à client ».

Cecilia Bonefeld-Dahl, directrice générale de Digital Europe, a déclaré: « L’économie des données représente environ 3 % du PIB de l’Europe. Nous voulons doubler ce chiffre d’ici 2025 et nous soutenons donc pleinement l’ambition de la CE.

« En ce qui concerne le partage de données, de nombreuses entreprises, en particulier les plus petites, trouvent encore leurs marques. Ils ont besoin d’incitations et de soutien. Ce n’est pas le moment d’imposer des mesures strictes à tous les niveaux qui sont conçues pour résoudre des problèmes qui n’existent tout simplement pas. »

Elle a également mis en garde contre une restriction dans la proposition de flux de données au-delà des limites de l’EurUnion européenne (UE): « Actuellement, les deux tiers des PME européennes transfèrent des données au-delà des frontières internationales, mais la proposition actuelle limitera les flux internationaux de données, ce qui entravera gravement leur croissance et leur compétitivité.

« Environ 90 % de la croissance future proviendra de l’extérieur de l’Europe. C’est un fait auquel nous devons faire face et travailler dur pour faire de l’Europe un meilleur endroit pour faire des affaires au lieu d’imposer constamment de nouvelles réglementations. »

La nouvelle loi sur les données se concentre sur les produits qui sont maintenant connectés numériquement et génèrent ainsi des types de données qui n’existaient pas jusqu’à récemment.

Dans un document de questions et réponses, l’UE a déclaré: « Lorsque vous achetez un produit connecté (par exemple, un appareil ménager intelligent ou une machine industrielle intelligente) générant des données, il n’est souvent pas clair qui peut faire quoi avec les données. Ou il peut être stipulé dans le contrat que toutes les données générées sont exclusivement collectées et utilisées par le fabricant.

« La loi sur les données donnera aux particuliers et aux entreprises plus de contrôle sur leurs données grâce à un droit renforcé de portabilité des données, copiant ou transférant facilement des données à partir de différents services, où les données sont générées par des objets intelligents, des machines et des appareils. »

Les services cloud relèvent également de la nouvelle loi, l’UE ajoutant: « Les services de traitement de données, tels que les services cloud et edge … sont une condition préalable à l’utilisation innovante des données. La loi sur les données améliorera les conditions dans lesquelles les entreprises et les consommateurs peuvent utiliser les services cloud et périphériques dans l’UE.

« Il sera plus facile de déplacer des données et des applications (des archives photographiques privées à des administrations commerciales entières) d’un fournisseur à un autre sans encourir de coûts, en raison des nouvelles obligations contractuelles que la proposition présente pour les fournisseurs de cloud et d’un nouveau cadre de normalisation pour l’interopérabilité des données et du cloud », a-t-il déclaré.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance