Connect with us

France

L Français président nicolas Sarkozy condamné à un an de prison

Published

on


NICOLAS Sarkozy purgera probablement sa peine d’un an de prison dans le manoir de 2,5 millions de livres sterling de son épouse Carla Bruni après avoir été reconnu coupable d’avoir tenté de soudoyer un juge.

L’ancien Français, 66 ans, a été reconnu coupable aujourd’hui de « corruption et trafic d’influence » à l’issue d’un procès de trois semaines à Paris.

Sarkozy purgera probablement son mandat d’un an au domicile de sa troisième épouse Carla Bruni

Carla possède un somptueux appartement de 2,5 millions de livres sterling dans l’immeuble exclusif villa Montmorency

Il a été condamné à trois ans, dont deux avec sursis – mais la juge Christine Mée a déclaré qu’il pourrait purger sa peine d’un an à la maison avec une étiquette électronique.

Et on croit que Sarkozy passera 12 mois à vivre dans le somptueux appartement parisien de son épouse Carla, 53 ans, chanteuse, top-modèle et actrice multimillionnaire.

Carla possède une maison de 2,5 millions de livres sterling à villa Montmorency – un bâtiment exclusif du 19ème siècle dans la Français capitale.

La pop star glamour a son propre studio d’enregistrement dans le manoir de trois chambres.

L’écrivain des Misérables Victor Hugo et l’acteur Gérard Depardieu ont déjà possédé des maisons dans le bâtiment.

Sarkozy restera également un homme libre pendant que son avocat fait appel du verdict – un processus qui pourrait prendre des années.

Nicolas Sarkozy, portant un masque protecteur, s’en va après le verdict d’aujourd’hui

Le dernier Français d’Etat à aller en prison a été le maréchal Philippe Pétain, collaborateur nazi en temps de guerre.

Sarkozy, vêtu d’un costume sombre et d’une cravate avec une chemise blanche, baissa la tête, mais resta immobile au fur et à mesure que le verdict était lu.

Il a été accusé d’avoir tenté de glaner des informations confidentielles auprès d’un juge en utilisant un téléphone portable dit « brûleur » et un faux nom – « Paul Bismuth ».

M. Sarkozy risquait jusqu’à dix ans de prison et une amende approchant l’équivalent d’un million de livres sterling.

Son avocat, Thierry Herzog, 65 ans, et Gilbert Azibert, le juge à la retraite de 73 ans qui aurait été soudoyé, ont également été reconnus coupables.

Ils ont été condamnés à la même peine et tous sont susceptibles de pouvoir passer leur temps en prison à la maison avec une étiquette électronique.

Le parquet national financier français, le PNF, avait accusé les trois prévenus d’avoir mis au point « un pacte de corruption » pour faire avancer leur carrière.

« PACTE DE CORRUPTION »

De son côté, M. Sarkozy, qui a dirigé la France pour un seul mandat de cinq ans de 2007 à 2012, a déclaré devant le tribunal qu’il n’avait « jamais commis le moindre acte de corruption » et s’était engagé à aller « jusqu’au bout » pour blanchir son nom.

Lors de son témoignage, M. Sarkozy s’est dit victime de mensonges et a nié avoir commis un acte de corruption.

Il a déclaré au tribunal en décembre : « Jamais. Je n’ai jamais abusé de mon influence, alléguée ou réelle. De quel droit ont-ils le droit de me traîner dans la boue comme ça pendant six ans ? N’y a-t-il pas d’État de droit?

Parmi ceux qui ont été jugés pendant le procès se trouvait sa troisième épouse Carla.

L’ancienne première dame de France avait qualifié ces accusations de « scandale » et de « mensonges dégoûtants », ajoutant que l’accusation n’avait « aucune idée, sans raison, sans preuve ».

Le domicile parisien que Sarkozy partage avec Mme Bruni a été perquisitionné par des agents de la brigade des fraudes moins de deux jours après avoir perdu son immunité présidentielle contre les poursuites en 2012.

Il a depuis été inculpé de nombreuses allégations, notamment d’avoir accepté des millions de dollars de financement illégal de la part du défunt dictateur libyen, le colonel Kadhafi.

Le verdict d’aujourd’hui concernait la soi-disant « affaire d’écoute électronique », qui a vu les enquêteurs de la police placer des écoutes téléphoniques sur des téléphones appartenant à Sarkozy et Herzog, son avocat.

Sarkozy fait appel du verdict

Carla Bruni a été parmi les personnes au tribunal pendant le procès

Français’avocat Paul-Albert Iweins, à gauche, marche devant son avocat Thierry Herzog

Français juge Gilbert Azibert aurait été soudoyé

Les écoutes téléphoniques ont permis à M. Sarkozy et à Herzog de discuter des moyens d’obtenir des informations confidentielles sur d’autres enquêtes traitées par les juges de la Cour de cassation à Paris.

Les procureurs ont déclaré Que Sarkozy visait à obtenir des informations d’Azibert, y compris en lui obtenant un emploi prestigieux dans le paradis fiscal méditerranéen de Monaco.

Azibert n’a pas pris ses fonctions, mais en vertu de la loi Français les procureurs n’ont pas à prouver que quiconque a bénéficié d’un accord corrompu pour obtenir une condamnation.

Les avocats de la défense ont fait valoir tout au long du procès que les conversations enregistrées entre Sarkozy et Herzog étaient une violation du secret professionnel de l’avocat.

Sarkozy est de retour en cour le 17 mars, accusé d’avoirfinancement juridique dans l’affaire Bygmalion.

Bygmalion était la société de relations publiques qui a géré les apparitions de Sarkozy lors de sa campagne de réélection ratée de 2012, dont beaucoup ont été faites avec Carla Bruni.

L’entreprise aurait utilisé un vaste système de fausse comptabilité pour dissimuler une prétendue explosion de financement d’infiltration pour sa campagne.

Sarkozy arrive aujourd’hui au tribunal de Paris

En 2011, le mentor politique et prédécesseur de Nicolas Sarkozy à la présidence, feu Jacques Chirac, a été reconnu coupable de détournement de fonds publics et d’utilisation inexacte de fonds publics.

Il a toutefois été jugé par contumace en raison de sa mauvaise santé présumée à l’époque.

Les crimes de Chirac étaient liés à son époque de maire de Paris, et il a été condamné à deux ans de prison avec sursis.

Avant cela, le maréchal Philippe Pétain, chef de file de la France en temps de guerre, a été reconnu coupable d’avoir collaboré avec les nazis.

Il a été condamné à mort, mais en raison de son âge et de son bilan de la Première Guerre mondiale, il a ensuite été réduit en prison.

L’apparition de Sarkozy sur le banc des accusés intervient alors que la France abandonne la convention selon qui l’exécutif du pays est dans une position « sacrée », et donc au-dessus de la loi.

Au lieu de cela, il y a une frustration croissante à l’égard de la façon dont les politiciens ont utilisé les fonds publics pour leur propre bénéfice.

En juin dernier, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, François Fillon, et son épouse britannique, Penelope Fillon, ont été condamnés à des peines de prison après avoir été reconnus coupables de fraude.

Les juges siégeant au tribunal correctionnel de Paris ont estimé que le couple avait créé de faux emplois qui payaient à Mme Fillon l’équivalent de près d’un million de livres de fonds publics.

M. Fillon, 66 ans, a été condamné à cinq ans de prison, dont trois ans avec sursis, tandis que sa femme de 65 ans a été condamné à trois ans de prison avec sursis. Tous deux ont interjeté appel de la sentence.

Jacques Chirac a été reconnu coupable de détournement de fonds publics en 2011

Le dernier Français d’Etat à aller en prison a été le maréchal Philippe Pétain



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance