Connect with us

Monde

Israël lance des frappes aériennes sur Gaza pour la première fois depuis le cessez-le-feu

Published

on


D’énormes explosions ont secoué Gaza ce soir alors que des avions israéliens lançaient de nouvelles frappes contre le Hamas, mettant fin à un bref cessez-le-feu.

Des frappes aériennes ont été menées pour la première fois depuis la trêve qui a mis fin au blitz de bombardement de 11 jours qui a tué plus de 220 personnes.

Des frappes aériennes ont été lancées contre Gaza alors qu’un cessez-le-feu fragile touche à sa fin

Il y a eu des scènes d’horreur dans la bande de Gaza ce soir lorsque l’armée de l’air israélienne a frappé

Elle intervient quelques heures après que des manifestants palestiniens ont exprimé leur fureur face à la Marche israélienne des drapeaux dans la vieille ville de Jérusalem

L’armée israélienne a déclaré que les explosions étaient une réponse au lancement de ballons incendiaires qui ont provoqué des incendies dans des champs du sud du pays.

Dans un communiqué publié après le raid, l’armée s’est dite prête à « tous les scénarios, y compris la reprise des combats ».

Et un porte-parole du Hamas a déclaré que les Palestiniens continueraient à poursuivre leur « résistance courageuse et à défendre leurs droits et leurs sites sacrés » à Jérusalem.

Fin mai, le Hamas a déclaré la « victoire » sur Israël alors que les Palestiniens applaudissaient dans les rues.

Mais cette brève trêve marquant la fin d’une bataille sanglante qui a entraîné la mort de 223 personnes est terminée.

Les attaques de ce soir font suite à une marche nationaliste israélienne à Jérusalem-Est qui a provoqué la colère des Palestiniens.

UNE TRÊVE FRAGILE EST BRISÉE

La Marche ultranationaliste des drapeaux dans la vieille ville de Jérusalem célèbre l’anniversaire de l’occupation par Israël du secteur est de la ville en 1967.

Et la violence survient après que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a servi le plus longtemps, a été évincé par une nouvelle coalition fragile.

Le nouveau Premier ministre du pays, Naftali Bennett, a précédemment déclaré que le gouvernement ne pouvait pas tolérer les ballons incendiaires – et devait riposter comme si le Hamas avait tiré des roquettes sur Israël.

La tension est montée d’un pied d’eau après la marche de mardi.

La tension s’est construite après la marche - et s’est déchaînée ce soir

Le ministre israélien des Affaires étrangères a déclaré que les informations selon lesquelles des insultes raciales avaient été criées aux Palestiniens étaient « honteuses »

Elle intervient un mois seulement après que l’Égypte a négocié un accord de paix entre les deux États après une guerre sanglante de 11 jours

Des centaines de personnes sont mortes dans les combats en mai, la Palestine subissant de lourdes pertes

Mais ce soir, l’accord a pris fin - et Israël a riposté après le lancement de ballons incendiaires

Des milliers de nationalistes israéliens d’extrême droite ont scandé « mort aux Arabes » alors qu’ils défilaient en procession agitant des drapeaux à travers Jérusalem-Est.

Des flics israéliens à cheval et en tenue antiémeute ont bouclé les zones menant à la porte de Damas, principale entrée du quartier musulman.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a semblé essayer de calmer la colère – comme il l’a dit ceux qui crient des slogans racistes étaient « une honte pour le peuple israélien ».

« Le fait qu’il y ait des radicaux pour qui le drapeau israélien représente la haine et le racisme est abominable et impardonnable », a-t-il déclaré.

Le récent cessez-le-feu – négocié par l’Égypte – avait mis fin à la plus lourde série de combats entre les ennemis acharnés depuis une guerre de 50 jours en 2014.

Les premiers combats ont commencé le 10 mai, lorsque des militants du Hamas à Gaza ont tiré des roquettes à longue portée en direction de Jérusalem après des affrontements entre des manifestants palestiniens et la police israélienne dans l’esocharnement de la mosquée Al-Aqsa.

Les responsables de la santé à Gaza affirment que les violences ont tué 232 Palestiniens – dont 65 enfants – et en ont blessé plus de 1 900 dans des bombardements aériens.

Israël dit avoir tué au moins 160 combattants à Gaza.

Les autorités ont fait état d’un bilan à 12 morts en Israël.

Israël, qui a occupé Jérusalem-Est lors d’une guerre en 1967 et l’a ensuite annexée dans une démarche qui n’a pas été reconnue internationalement, considère toute la ville comme sa capitale.

Les Palestiniens veulent que Jérusalem-Est soit la capitale d’un futur État qui inclurait la Cisjordanie et Gaza.



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance