Connect with us

Technologie

IR35 : Le gouvernement établit un plan pour débarrasser le marché des entrepreneurs des parapluies et des mécanismes de prêt non conformes

Published

on


Le gouvernement a publié les détails des mesures qu’il pourrait prendre pour débarrasser le marché des entrepreneurs des sociétés parapluies et des promoteurs de programmes de prêts non conformes, dans le cadre de ses efforts continus pour lutter contre l’évitement fiscal.

À la suite d’une consultation que le gouvernement a mené entre le 23 mars 2021 et le 1er juin 2021, le gouvernement a publié une série de propositions qui le verraient réaffecter la législation existante et adopter de nouvelles lois qui donneraient à HM Revenue &Customs (HMRC) plus de pouvoirs pour lutter contre les promoteurs de stratagèmes d’évitement fiscal.

Selon les estimations du gouvernement, il y a entre « 20 et 30 » promoteurs en activité qui participent à la commercialisation de stratagèmes d’évitement fiscal sur les marchés de masse, et la grande majorité (98 %) utiliser des techniques de rémunération déguisée pour permettre aux participants de minimiser leurs obligations fiscales.

Les participants à ce genre de stratagèmes seront payés en partie pour le travail qu’ils font dans le cadre de prêts ou de rentes non imposables, afin de renforcer leur salaire net, car ils ne paient de l’impôt que sur un montant relativement faible de la somme globale qu’ils reçoivent. Ces systèmes ont tendance à être gérés comme des fiducies d’avantages sociaux des employés offshore, mais leurs opérateurs s’appuient généralement sur des sociétés parapluies basées au Royaume-Uni, sans plainte, pour intégrer des entrepreneurs qui peuvent ou non savoir qu’ils ont été inscrits à un système de rémunération déguisé.

Les propositions avancées par le gouvernement cherchent à résoudre ce problème en donnant à HMRC des pouvoirs renouvelés pour fermer les promoteurs et réduire les pertes fiscales en rendant plus difficile pour ces entités d’utiliser leurs États offshore pour cacher leurs actifs, par exemple.

Propositions pour s’attaquer aux promoteurs

L’un des objectifs généraux de la consultation est de permettre à HMRC de partager des informations sur des promoteurs spécifiques et des stratagèmes d’évitement fiscal plus tôt qu’il ne le peut actuellement.

Cela, à son tour, permettrait à HMRC de nommer les sociétés-cadres qu’elle soupçonne d’être « contrôlées par un promoteur de l’évitement fiscal » ou d’être impliquées dans d’autres formes d’inobservation, afin que les entrepreneurs puissent les éviter.

Le fait que les opérateurs de programmes de prêts sont généralement des entités offshore est souvent cité comme un obstacle à la répression de leurs activités, car les pouvoirs d’exécution de HMRC ne s’étendent pas aux opérateurs étrangers.

Pour remédier à ce problème, le gouvernement a déclaré qu’il avait l’intention de diriger ses activités d’application de la loi vers les entités basées au Royaume-Uni que les opérateurs utilisent pour commercialiser leurs programmes de prêt auprès de la communauté des entrepreneurs, qui comprendrait des sociétés parapluies.

« Les changements proposés créeraient une responsabilité pour les associés britanniques des promoteurs, afin de les pénaliser pour avoir aidé ceux qui assistent [the] les activités des promoteurs offshore », peut-on y dire dans le document. « Le gouvernement s’est engagé à maximiser l’effet dissuasif des sanctions afin que le fait de faciliter ou de collaborer avec un promoteur offshore pour voir son système au Royaume-Uni ne soit plus une entité viable. »

HMRC pourrait également se voir accorder de nouveaux pouvoirs qui lui permettraient d’émettre des demandes de liquidation de sociétés afin d’accélérer le retrait du marché des sociétés impliquées dans la « promotion ou la facilitation » de l’évasion fiscale, ce qui pourrait également inclure les sociétés parapluies.

La consultation a confirmé que HMRC est déjà en pourparlers avec le Service de l’insolvabilité du ministère des Affaires, de l’Énergie et de la Stratégie industrielle (BEIS) pour aller de l’avant avec cette proposition, qui ne nécessiterait aucune modification législative pour être mise en œuvre.

Le document de consultation reconnaît également que, pour éviter les mesures de détection et d’application de la loi, les promoteurs ferment fréquemment leurs entreprises et réapparaissent ensuite sur le marché sous un autre nom des mois plus tard, ce qui rend difficile pour HMRC de les poursuivre pour toute perte fiscale.

Pour éviter qu’un tel scénario ne se reproduise, le gouvernement a déclaré qu’il permettrait à HMRC d’utiliser ses pouvoirs existants pour émettre des ordonnances de gel des avoirs afin d’empêcher les promoteurs de prendre des mesures pour disperser leurs actifs. Cela empêcherait également ces entités de prétendre qu’elles ne disposent pas de fonds suffisants pour payer les pénalités dont elles sont victimes.

Crawford Temple, chef de la direction du fournisseur de services d’évaluation de la conformité professional Passport, est l’un des 18 intervenants du marché contractant à fournir au gouvernement des commentaires sur les propositions pendant la période de consultation.

En réponse aux propositions, Temple a exprimé des inquiétudes quant à la décision du gouvernement de s’appuyer sur des modifications législatives pour donner à HMRC plus de pouvoirs pour prendre des mesures d’application de la loi contre les promoteurs.

« Pourtant, d’autres lois ne sont pas la bonne ligne de conduite. Un catalogue de lois présentées au fil des ans a entraîné une série de conséquences imprévues et une grande partie de celle-ci n’a pas servi à aider et à soutenir le secteur de la passation de marchés et l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. pour le mieux », a-t-il déclaré.

Le gouvernement n’a pas tenu compte des conseils et des recommandations des intervenants et des experts de l’industrie, de sorte que la loi continue de ne pas s’attaquer aux problèmes et aux défis sous-jacents auxquels notre industrie est confrontée, à savoir la non-conformité, la transparence et l’application de la loi.

« La non-conformité est alimentée par la complexité de la loi et les stratégies d’application de la loi actuelles ne fonctionnent pas. En fait, ils servent à encourager les offres non conformes et ne prennent pas en charge les parties conformes du secteur », a-t-il ajouté. « L’absence d’application visible de la loi, les longs retards dans la prise de toute mesure et le ciblage des travailleurs en vue de leur rétablissement servent tous les intérêts de ceux qui cherchent à contourner ou à ignorer les règles. »

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance