Connect with us

Technologie

HMRC accusé d’«hypocrisie totale » sur l’utilisation d’entrepreneurs en IT inscrits dans des stratagèmes d’évasion fiscale

Published

on


HM Revenue & Customs’ (HMRC) est accusé d’« hypocrisie totale » pour l’embauche d’entrepreneurs en IT inscrits à des programmes de rémunération déguisée (DR), bien qu’il soit au milieu d’une campagne d’application de la loi anti-évasion fiscale axée sur l’entrepreneur.

Comme l’a rapporté Computer Weekly le 18 février 2021, les députés du Groupe parlementaire multipart parti (APPG), qui compte 240 employés, ont appelé l’agence de recouvrement des impôts à répondre à plusieurs reprises à des questions sur son utilisation présumée d’entrepreneurs inscrits au régime de RD dans une lettre adressée au PDG de HMRC, Jim Harra.

Ces occasions comprenaient lors d’une enquête menée en novembre 2018 par le sous-comité du projet de loi de finances de la Chambre des lords sur les affaires économiques, tandis que l’APPG, chargé des prêts, revendique d’autres questions qu’elle a soumises à HMRC à ce sujet.

Une série de demandes d’accès à l’information (FOI) ont été soumises à HMRC en 2019 et 2020 pour déterminer si le ministère et revenue et sa filiale technologique customs Digital Technology Services (RCDTS) avaient engagé des entrepreneurs inscrits à des programmes de RD alors qu’ils travaillaient pour lui.

Et les réponses à ces demandes de foi ont confirmé que HMRC et sa filiale RCDTS ont engagé au moins 15 entrepreneurs qui ont utilisé des régimes de RD entre 2016 et 2020.

HMRC a répondu à la lettre par une déclaration aux médias indiquant qu’il est « possible pour les entrepreneurs d’utiliser une rémunération déguisée sans la participation ou la connaissance de leur engagement », et qu’il a décidé de « mettre fin rapidement aux engagements pertinents » à la découverte de tout entrepreneur HMRC ou RCDTS utilisant des régimes de rémunération déguisés.

Néanmoins, les députés de l’APPG demandent maintenant à HMRC de faire l’objet d’une enquête pour une éventuelle violation du code de la fonction publique, au motif qu’il a négligé de transmettre des informations sur l’utilisation des régimes de RD par ses entrepreneurs à la commission des affaires économiques de la Chambre des lords une fois qu’il a été mis au jour.

Ces régimes considèrent généralement que les entrepreneurs sont payés en partie pour le travail qu’ils font sous forme de prêts non imposables et, dans les années passées, ils sont commercialisés par des particuliers comme des moyens conformes à l’impôt de renforcer leur rémunération à la maison.

Hmrc, cependant, est d’avis que, parce que ces prêts n’ont jamais été destinés à être remboursés, ils devraient être reclassifiés en tant que revenus et imposés en conséquence. Et depuis novembre 2018, elle poursuit les entrepreneurs pour rembourser l’impôt qu’elle prétend avoir évité en participant à ces régimes à partir de décembre 2010, par le biais de sa politique de frais de prêt.

Dans certains cas, les sommes d’argent pour qui HMRC poursuit des entrepreneurs changent leur vie, et la politique a été liée à au moins sept suicides.

Pour cette raison, l’APPG des frais de prêt et le Groupe d’action sur les frais de prêt font campagne pour que tous les éléments rétrospectifs de la politique soient supprimés depuis plusieurs années maintenant, et il a également été demandé à HMRC d’introduire des modalités de règlement plus gérables pour les entrepreneurs pris dans la portée de la politique.

Steve Packham, un porte-parole du Loan Charge Action Group, s’est fait l’écho des appels de l’APPG sur les frais de prêt pour que HMRC soit confronté à une enquête sur son propre recours à des entrepreneurs inscrits au programme de RD.

« C’est un rapport accablant. Tant pour l’hypocrisie totale de l’utilisation des entrepreneurs en utilisant des arrangements qu’ils [HMRC] revendication ne sont pas acceptables, mais aussi pour la façon honteuse dont ils [HMRC] continuer d’agir de façon malhonnête et déshonorante au sujet des frais de prêt », a déclaré M. Packham.

« Les renseignements révélés dans le cadre des demandes de l’IA révèlent clairement le fait que le HMRC a caché des renseignements à un comité spécial parlementaire, ce qui est grave. Il doit y avoir une enquête externe à ce sujet et si le Code de la fonction publique a une quelconque crédibilité, les cadres supérieurs du CRHM devraient faire face à des mesures disciplinaires.

Packham a également mis en cause la réponse de HMRC à la lettre de l’APPG sur les frais de prêt, et son insistance à ce que «Les hauts dirigeants du HMRC n’ont pas induit en erreur les membres de la Chambre des lords », la qualifiant de « délibérément déjudiciarisation ».

« Hmrc a publié ce qui est une réponse délibérément détournée aux critiques, affirmant qu’ils n’ont jamais induit en erreur les membres de la Chambre des lords. HMRC sait très bien que ce n’est pas ce que le rapport de l’APPG les accuse », a ajouté Packham.

« C’est le fait qu’ils ont caché des renseignements à un comité de la Chambre des lords, ce qu’ils ont manifestement fait. Nous avons donc déjà un autre exemple de HMRC, y compris les hauts fonctionnaires du HMRC, qui cherchent à éviter l’examen minutieux en éludant le point réel sur laquelle ils sont contestés et en donnant plutôt la fausse impression qu’ils n’ont pas fait ce qu’ils ont été réellement contestés.

« Cela devrait être choquant de tous les fonctionnaires, mais hélas avec c’est HMRC, c’est par pour le cours et une enquête complète sur la culture pourrie de HMRC spin et de propagande est attendue depuis longtemps », at-il ajouté.

Computer Weekly a communiqué avec HMRC pour obtenir une réponse aux commentaires du LCAG, mais le ministère a refusé.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance