Connect with us

France

Français casse-cou ‘jetman’ est tué dans un accident d’entraînement dans le désert de Dubaï

Published

on


FRENCH daredevil ‘jetman’ Vincent Reffet, célèbre pour ‘Iron Man’-style cascades aériennes au large de la Burj Khalifa, est décédé lors d’un accident d’entraînement dans le désert de Dubaï.

Reffet, 36 ans, d’Annecy, en France, « était un athlète talentueux, et un membre très aimé et respecté de notre équipe », a déclaré Jetman Dubai dans un hommage.

Fred Fugen (à droite) et Vince Reffet survolent les îles Palm de Dubaï en 2017

Vince Reffet lors d’une conférence de presse à l’hôtel de luxe Armani, à Burj Khalifa, Dubaï, Émirats arabes unis, 2015

Le Times affirme qu’il était un protégé d’Yves Rossy, le Suisse « Jetman » qui a développé des ailes en fibre de carbone propulsées par quatre petits moteurs qui lui ont permis de traverser la Manche en 2008.

En 2015, Reffet et Rossy ont volé aux côtés d’un airbus a380 d’Emirates au-dessus de Dubaï.

Jetman Dubai a confirmé sa mort mardi dans un communiqué, ajoutant qu’il « travaillait en étroite collaboration avec toutes les autorités compétentes ».

« Vince était un athlète talentueux et un membre très aimé et respecté de notre équipe.

« Nos pensées et nos prières sont avec sa famille et tous ceux qui ont su et travaillé avec lui », a-t-il ajouté.

La police de Dubaï n’a pas immédiatement reconnu la mort de Reffet, et il n’a pas été révélé comment il est mort.

L’aventurier a depuis des années séduit les fans après le saut de base du Burj Khalifa, le plus haut bâtiment du monde à 828 mètres, établissant un record du monde. BASE est un acronyme pour la construction, l’antenne, la travée et la terre.

Il a également remporté des médailles d’or alors qu’il concourait en tant que parachutiste en vol libre dans une équipe et a concouru en tant qu’athlète extrême parrainé par Red Bull.

Jaw-dropping images en Février de cette année a montré le pilote courageux s’élevant au-dessus de Dubaï en utilisant un jet pack 150 mph similaire à l’Iron Man super-héros Marvel.

Reffet s’est attaché à un wingsuit attaché à quatre mini-moteurs à réaction et s’est mis en route au-dessus de l’immense ville.

Une vue aérienne prise de derrière la vitre de l’avion montre Vince Reffet survolant la plage de Dubaï, Émirats Arabes Unis en 2015

Fred Fugen et Vincent Reffet s’entraînent pour The Ultimate Skydiving Combo, parachutisme à 10 km au-dessus du Mont Blanc, en Autriche

Les frissons étaient dans son sang que ses parents étaient aussi parachutistes.

« Je crois que si vous rêvez grand et si vous aimez ce que vous faites tout est possible, » Reffet a été cité comme disant.

Mais le grand public de Dubaï a fait la connaissance de Reffet dans le cadre de Jetman Dubai.

L’organisation, fondée par Rossy, voit ses athlètes se frayer un chemin dans le ciel avec une aile à quatre moteurs, en carbone-Kevlar attachée au dos.

Les ailes peuvent voler 50 km (30 miles), avoir une vitesse maximale de plus de 400 km/h (248 mph) et peut atteindre une altitude de 6100 mètres (20,000ft).

Sous la marque XDubai, qui est associée au prince héritier de Dubaï, Sheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashid Al Maktoum, les jetmen ont survolé le Burj Khalifa et d’autres sites autour de la ville-État.

« ‘est la sensation de la liberté.

« Déjà, vous savez, quand je fais du parachutisme, j’ai comme ce sentiment de liberté que je peux aimer à peu près aller où je veux, mais toujours descendre », a déclaré Reffet en 2015, après avoir volé aux côtés de l’Airbus d’Emirates.

« Avec cette machine… Je peux voler comme un oiseau », a-t-il ajouté.

Le sauteur de BASE Vince Reffet, de France, saute à 300 mètres du point de repère de la Malaisie, la Tour de Kuala Lumpur

L’ancien pilote suisse Yves Rossy, à droite, et son protégé Vince Reffet, en 2015

Français casse-cou Vince 'Jetman' Refget a pris un jetpack pour un tour au-dessus de Dubaï en Février 2020

Après avoir décollé d’une rampe de lancement, le chercheur de sensations fortes a mis quelques secondes à stabiliser sa combinaison à réaction en février 2020.

Dans le cadre de sa cascade de style Iron Man en février, le Jetman a réussi un décollage vertical réussi – c’est-à-dire à partir d’une position debout – à partir d’une rampe de lancement.

Après avoir pris quelques instants pour se stabiliser au-dessus de l’eau, Reffet s’est enfoncé dans le ciel, atteignant une vitesse de pointe de 150 mph avant de tirer son parachute à une altitude de 4900 pieds.

« Une étape importante dans la quête d’un vol humain autonome à 100 %. Bravo les garçons », a déclaré Sheik Hamdan bin Mohammed bin Rashid Al Maktoum.

Le jetpack « Jet Wing », construit par Jetman Dubai, est contrôlé par le corps du porteur.

Il peut atteindre une vitesse de pointe de 248 mph tout en permettant à celui qui ose voler pour planer, changer de direction, et effectuer des boucles.

Jetman Dubai dit qu’il vise à « créer un avenir pour les individus volant avec des ailes de jet » et « changer la façon dont nous vivons le monde ».

Le Jetman a atteint des vitesses de 150 mph au cours de sa flig courtHt

La vidéo de l’exploit a été partagée sur le compte Instagram du prince héritier de Dubaï

« Il y a une plage de hauteur où les humains ne peuvent pas voler de façon autonome », indique l’entreprise sur son site internet.

« c’est ce qu’on appelle la zone grise. En volant à des altitudes jamais tentées auparavant, Jetman rétrécit la zone grise. Et en 2020, il disparaîtra.

Le vol d’essai réussi du Jetman en février marquait la première fois que l’un des pilotes de la compagnie s’était combiné en planant près du sol et effectuant des « voltiges » – des manœuvres aériennes sophistiquées – à haute altitude dans le même vol.

C’était aussi la première fois qu’un pilote s’envolait « verticalement » du sol.

Auparavant, les flyers ont sauté d’un hélicoptère à haute altitude.

« Nous sommes si heureux d’avoir réalisé ce vol incroyable.

« C’est le résultat d’un travail d’équipe extrêmement approfondi, où chaque petit pas a produit d’énormes résultats », a déclaré M. Reffet après son atterrissage réussi.

« out était prévu jusqu’à la fraction de seconde, et j’ai été ravi par les progrès qui ont été réalisés. C’est une autre étape d’un projet à long terme.

« L’un des prochains objectifs est de revenir au sol après un vol en altitude, sans avoir besoin d’ouvrir un parachute. On y travaille.

Le chercheur de sensations fortes soigné dans le ciel, frapper une vitesse de pointe de 150 mph avant de tirer son parachute à une altitude de 4900ft

La combinaison Jetman peut atteindre une vitesse de pointe de 248 mph tout en permettant à toute personne qui ose voler pour planer, changer de direction, et effectuer des boucles

Le costume de jet a comparé à Iron Man dans les films Marvel



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending