Connect with us

Technologie

EncroChat: la cour d’appel juge admissibles les « écoutes téléphoniques numériques » dans les procès criminels

Published

on


Les juges ont décidé que les communications recueillies par Français et la police néerlandaise du réseau téléphonique crypté EncroChat à l’aide d’implants logiciels sont des preuves recevables devant les tribunaux britanniques.

La police a procédé à plus de 1 000 arrestations au Royaume-Uni après que le réseau téléphonique EncroChat a été compromis par Français et les enquêteurs néerlandais.

La loi britannique interdit aux organismes d’application de la loi d’utiliser les preuves obtenues à partir de l’interception dans les procès criminels.

Mais trois juges ont trouvé le vendredi [5 February] que les documents recueillis par Français et les enquêteurs néerlandais et transmis à la National Crime Agency du Royaume-Uni ont été légalement obtenus par « ingérence dans l’équipement ».

« Le verdict d’aujourd’hui implique que l’interception, ou « écoute » – la copie des appels privés en direct d’autres personnes et des messages – n’a pas de sens clair à l’ère numérique », a déclaré Duncan Campbell, qui a agi comme un expert médico-légal dans le cas des accusés, s’exprimant après le verdict.

« Si elle est confirmée, la décision semble signifier que le taraudage ne tape que maintenant si un signal radio, câble ou optique est fractionnement et copié, mais pas si les données sont copiées à partir d’une mémoire temporaire. Les conséquences en seront importantes », a-t-il déclaré.

Computer Weekly est en mesure de signaler les arguments juridiques autour de l’affaire pour la première fois aujourd’hui à la suite de la suppression de certaines restrictions précédentes de déclaration imposées dans l’affaire.

Interdiction des preuves d’interception

Historiquement, le Royaume-Uni a empêché l’utilisation de communications interceptées comme preuve légale devant les tribunaux et a limité son utilisation à la collecte de renseignements afin de protéger le secret des méthodes de surveillance.

Cela contraste avec la plupart des autres pays, dont la France et les Pays-Bas, qui autorisent régulièrement l’utilisation de matériel d’interception devant les tribunaux.

Toutefois, la Loi de 2016 sur les pouvoirs d’enquête – connue sous le nom de Charte des fouineurs – permet également d’utiliser en preuve les communications obtenues à partir de téléphones mobiles et de matériel informatique, si elles sont obtenues par « interférence d’équipement » – équivalentes au piratage d’un ordinateur.

« Il semblerait que le Législateur ait décidé que la nécessité de garder secrètes les techniques utilisées dans les communications d’interception ne s’étend pas aux techniques utilisées pour extraire des données de l’équipement, même si elles peuvent récupérer les communications », ont écrit les juges.

La communication a-t-elle été stockée lorsqu’elle a été interceptée?

Les trois juges ont dit que la question à laquelle ils devaient répondre pour déterminer l’admissibilité des messages d’EncroChat comme preuve était de savoir si les communications étaient stockées « dans ou par le système » au moment où elles ont été interceptées.

Ils ont rejeté les arguments de témoins experts selon laquelle les forces de l’ordre avaient obtenu des messages des téléphones EncroChat pendant que les communications étaient transmises plutôt que dans le stockage.

Lord Burnett, de Maldon, le juge Edis et le juge Whipple ont conclu que, même si les experts avaient un rôle important à jouer pour expliquer le fonctionnement d’un système, ils n’avaient « aucun rôle à jouer dans l’interprétation d’une loi du Parlement ».

« Ils semblent avoir supposé que, parce qu’une communication apparaît dans la RAM [computer memory] comme une partie essentielle du processus qui se traduit par la transmission, il l’a fait tout en « étant transmis », ont-ils dit. « C’est une erreur évidente de langage et d’analyse. »

Les juges ont comparé la transmission d’un message sur EncroChat à l’envoi d’une lettre. Cela exige qu’une lettre soit écrite, placée dans une enveloppe, qu’un timbre y soit attaché et qu’elle soit placée dans une boîte aux lettres. « Seul le dernier acte implique que la lettre soit transmise par un système », ont-ils dit.

Les juges ont dit qu’il n’était pas nécessaire pour eux de définir exactement étaient les débuts et les fins de transmission. « Nous n’acceptons pas que la transmission de la communication a commencé lorsque l’utilisation pressé « envoyer ».

Ils ont dit que les données prises à partir des téléphones EncroChat, n’était « pas ce qui a été transmis, mais une copie de celui-ci ou ce qui, dans les anciennes formes de messagerie, pourrait être décrit comme un « projet ».

La cour d’appel a décidé que « toutes les formes de stockage sont [by the Investigatory Powers Act], qu’ils permettent ou non au destinataire visé d’accéder à la communication », a déclaré M. Campbell.

Les données dans une communication comme un appel mobile passent généralement 99,9% de son temps de transmission au repos dans un certain format, dans des centaines d’emplacements de stockage de mémoire, dans des dizaines d’appareils en route, at-il dit.

Implants autorisés aux Français néerlandais d’accéder aux cryptophones

Une équipe d’enquête conjointe (JIT) de Français et d’agents néerlandais chargés de l’application de la loi a pu pénétrer dans le réseau EncroChat en installant des « implants » sur des dizaines de milliers de combinés de téléphonie mobile.

Les Français n’ont pas révélé comment les implants plantés sur EncroChat phones travaillé.

Le réseau téléphonique a été trouvé pour avoir 60.000 utilisateurs dans le monde entier et environ 10.000 au Royaume-Uni, Computer Weekly a rapporté.

Les opérateurs d’EncroChat ont facturé jusqu’à £1,500 pour un contact de six mois de l’un de leurs combinés £ 2,5000, qui est venu avec des applications de messagerie instantanée préchargée, VoIP crypté et un commutateur de tuer à distance pour les essuyer.

Ils ont averti les utilisateurs que le réseau avait été compromis le 13 juin 2020.

La National Crime Agency du Royaume-Uni a déclaré que la seule utilisation d’EncroChat était pour coordonner et planifier la distribution de produits illicites et le blanchiment d’argent, et avait été utilisé par certains criminels pour comploter pour tuer des rivaux.

Les avocats représentant les défendeurs ont déclaré dans leurs motifs d’appel que les communications d’EncroChat ont été interceptées pendant qu’elles étaient en transmission, plutôt que pendant qu’elles étaient stockées dans les combinés.

Ils ont également remis en question la validité de l’interférence de l’équipement ciblé [TEI] mandat utilisé par le Royaume-Uni.

Ils ont fait valoir que le Royaume-Uni avait fait une demande d’assistance de la Français relativement à l’interception de communications alors qu’il n’y avait pas de mandat d’assistance mutuelle autorisant le dépôt de cette demande.

Les juges ont conclu que les décisions antérieures prises par les tribunaux sur l’interception n’étaient pas pertinentes car elles avaient été « tranchées selon des régimes législatifs différents ».

L’a dit que la Loi de 2016 sur les pouvoirs d’enquête était une nouvelle statue « sur laquelle il n’y a pas d’autorité pertinente ».

Les juges ont constaté que les communications transmises par le Français et les Néerlandais au Royaume-Uni ont été obtenues, non pas pendant qu’elles étaient transmises, mais pendant qu’elles étaient stockées. « Cela étant, l’appel est rejeté. »

Eric Kind, conférencier invité à l’Université Queen Mary de Londres, spécialisé dans les technologies de justice pénale et de surveillance, et directeur de l’agence de défense des droits des données AWO, a déclaré que le verdict était susceptible d’être porté en appel.

« Le tribunal a donné aujourd’hui le feu vert pour ce nouveau type de matériel piraté à utiliser en preuve, concluant matériel obtenu en utilisant de tels moyens n’a pas été intercepté. La grande question est de savoir si cela fera l’objet d’un appel étant donné les ramifications de tant de procès futurs », a-t-il déclaré.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance