Connect with us

Monde

Ebola tue 3 personnes en Guinée alors que l’on craint que le pays ne voit le virus meurtrier resurg

Published

on


Une épidémie d’EBOLA a tué trois personnes en Guinée, tandis que cinq autres ont donné un résultat positif au test de dépistage du virus mortel.

La Guinée a déclaré officiellement qu’elle était aux prises avec une épidémie d’Ebola alors que le pays craint une nouvelle résurgence.

Une épidémie d’Ebola a tué trois personnes en Guinée

Cinq autres ont été testés positifs pour le virus mortel

Ces nouveaux décès sont la première réapparition de la maladie depuis la pire épidémie au monde.

Les victimes sont tombées malades de diarrhée, de vomissements et de saignements après avoir assisté à l’enterrement d’une infirmière dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Le virus a fait plus de 11 300 morts en Afrique de l’Ouest lorsqu’il a balayé la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria lors de l’épidémie de 2013-2016.

Les cinq personnes encore en vie ont été isolées dans des centres de traitement, selon l’agence ANSS.

On ne sait pas si la femme enterrée le 1er février et tombée malade était également morte d’Ebola.

Comme l’aide de la communauté africaine à laver le corps lors des funérailles de la personne décédée, ceux-ci peuvent être un moyen majeur de propagation du virus.

Les corps de ceux qui meurent d’Ebola sont particulièrement toxiques et doivent être incubés.

Les agents de santé s’affairent désormais à retracer et isoler les contacts des cas et une deuxième série de tests est en cours pour confirmer leur diagnostic, a indiqué l’ANSS.

QU’EST-CE QU’EBOLA?

La maladie à virus Ebola – précédemment appelée fièvre hémorragique Ebola – est une infection virale qui se produit chez l’homme et les primates.

Le virus fait partie de la famille des Filoviridae, qui comprend également le virus de Marburg.

Il a d’abord été détecté dans des régions proches de la rivière Ebola, ce qui a donné son nom à la maladie.

À ce jour, les scientifiques ont identifié cinq souches d’Ebola – dont quatre sont connues pour causer des maladies chez l’homme.

On pense que le réservoir naturel – ou l’hôte du virus – est la chauve-souris fruitée.

Les primates non humains sont un hôte secondaire, et comme les humains développent des symptômes mortels, il est donc peu probable qu’ils en soient le réservoir.

Malgré l’épidémie qui a balayé l’Afrique de l’Ouest à partir de 2013, les scientifiques classent Ebola comme un virus dont le taux d’infection est relativement faible.

Au cours de cette flambée, la plus récente et la plus répandue, un patient atteint d’Ebola transmettait généralement la maladie à deux autres personnes.

Cela est comparé à une maladie comme la rougeole où un cas peut souvent conduire à 18 nouvelles infections.

Ils ont indiqué que la Guinée serait en contact avec l’Organisation mondiale de la santé et d’autres agences sanitaires internationales pour aider à acquérir des vaccins vivants contre ebola.

Le directeur régional de l’agence pour l’Afrique, Matshidiso Moeti, a écrit sur Twitter : « L’OMS intensifie ses efforts de préparation et de réponse à cette résurgence potentielle de la #Ebola en Afrique de l’Ouest, une région qui a tant souffert d’Ebola en 2014 ».

Parallèlement, le Congo a signalé trois nouveaux cas d’Ebola ce mois-ci dans la province orientale du Nord Kivu.

Contrairement au coronavirus, Ebola n’est pas une maladie aéroportée et, à ce titre, il est impossible pour une personne d’être infectée en inhalant le même air qu’un patient.

La réponse sanitaire de la maladie repose sur la traque des personnes qui pourraient avoir été exposées au virus et leur vaccination ainsi que sur toute personne avec qui elles ont été en contact.

Il n’existe pas de traitement unique contre le virus Ebola. Au contraire, les symptômes des patients sont abordés.

Les patients gravement malades ont besoin de soins intensifs de soutien, avec des liquides intraveineux pour les réhydrater.

Mais il est apparu en décembre 2016 qu’un nouveau vaccin efficace avait été mis au point par une équipe en Guinée.



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance