Connect with us

Monde

Dubaï dirigeant ne emprisonner princesse et doit être traduit en justice, dit l’ONU

Published

on


Le souverain de Dubaï a emprisonner sa fille princesse et doit être traduit en justice, a déclaré l’ONU.

Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum a « ordonné et orchestré » l’enlèvement de sa fille la princesse Latifa, 34 ans, il y a deux ans après avoir fui l’émirat qu’il gouverne, selon un jugement de la Haute Cour britannique en mars.

Une campagne se bat pour libérer la princesse Latifa de Dubaï
Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum a été trouvé pour avoir enlevé sa fille

Pourtant, malgré la publicité mondiale et son sort en vedette dans un documentaire primé de la BBC – Escape from Dubai: The Mystery of a Missing Princess – elle est toujours détenue contre sa volonté dans son pays natal.

Elle n’a pas été vue en public depuis que le yacht de luxe sur qui elle séjournait avec un ami a été pris d’assaut par des commandos dans l’océan Indien en mars 2018.

Le Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées et involontaires (WGEID) a soutenu une plainte de la campagne Free Latifa, qui l’avait appelé à intervenir dans cette affaire.

Le WGEID a constaté que la Déclaration des Nations Unies sur la
La protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées a été violée et dubaï devrait faire l’objet d’une enquête et être traduite en justice.

Ils ont également conclu qu’une indemnisation adéquate devrait être accordée à Latifa.

David Haigh, avocat spécialisé dans les droits de l’homme et co-fondateur de la campagne Free Latifa, a déclaré : « C’est un jugement formidable, et nous sommes encouragés qu’il conduise à la liberté pour Latifa.

« Nous sommes particulièrement heureux que le WGEID ne se soit pas permis d’être intimidé par le refus du gouvernement des Émirats arabes unis de coopérer avec lui ou d’être pris en charge par la malhonnêteté et la tromperie des Émirats arabes unis, mais nous nous sommes plutôt appuyés sur les preuves considérables que nous avons présentées.

Dans une lettre adressée à M. Haigh, le rapporteur en chef du WGEID, Tae-Ung Baik, a déclaré que son groupe avait conclu que « Sheikha Latifa est actuellement détenue au secret en… Dubaï.

Il a déclaré que le groupe de travail était « préoccupé » par Latifa.

D’AUTRES ACTIONS

Le WGEID a déclaré que, après avoir localisé Latifa, la première partie de son rôle était terminée, mais il a fait participer plusieurs autres groupes de travail des Nations Unies pour aller plus loin dans cette affaire.

Ces groupes de l’ONU s’occupent de la violence à l’égard des femmes, de la détention arbitraire et de la torture, des traitements inhumains et dégradants.

M. Haigh a ajouté: « Nous sommes reconnaissants que le WGEID a veillé à ce que l’ONU continue de faire pression pour un traitement équitable pour Latifa en vertu des exigences du droit international.

« Parce que l’auteur de la détention de Latifa est son père qui gouverne le pays, le renard est toujours en charge du poulailler, mais le jugement du WGEID est une gifle pour le régime despotique de Cheikh Mohammed et son mépris pour les droits de l’homme de sa fille, et nous croyons fermement que cela pourrait être voir une voie ouverte pour la libération de Latifa. »

Tiina Jauhiainen, co-fondatrice de la campagne Free Latifa, a déclaré : « Une fois de plus, Dubaï a enfreint le droit international, omis de répondre aux demandes des Nations Unies et abusé des droits de l’homme de la propre famille du dirigeant.

« Combien de temps encore le monde restera-t-il les bras croisés pendant qu’un État qui cherche à être accepté dans les pays développés s’en prend aux lois et aux valeurs qui font partie intégrante de notre société et de notre communauté internationale?

« L’ONU a maintenant constaté que mon amie Latifa, enlevée à la pointe d’une arme à feu en mars 2018, est détenue contre son volonté à Dubaï en violation du droit international.

« L’ONU et la communauté internationale doivent maintenant faire appliquer cette conclusion et exiger des Émirats arabes unis qu’ils libèrent Latifa et que les auteurs des Émirats arabes unis et de l’Inde soient traduits en justice. »

COUSIN ÉMOTIONNEL

Marcus Essabri, le cousin de Latifa, qui vit maintenant en Angleterre, a ajouté : « Je connais Latifa depuis qu’elle est toute petite.

« C’est une femme merveilleuse qui ne veut rien de plus que d’aller
sortir et voir le monde et trouver sa place naturelle en elle.

« Je suis submergée par le soutien de ma cousine et je ne remercierai jamais assez les membres du WGEID pour leur engagement à obtenir justice pour elle.

« Mais nous sommes face à un dirigeant qui ne se soucie pas du monde
l’opinion à moins que cela ne l’affecte vraiment, de sorte que nos efforts pour libérer Latifa et sa sœur Shamsa doivent non seulement continuer, mais aussi s’intensifier.

Dans une vidéo de 40 minutes, Latifa a révélé qu’elle avait tenté de quitter les Émirats à l’âge de 16 ans, mais qu’elle avait été capturée à la frontière, emprisonnée pendant trois ans, battue et torturée.

Les Émirats arabes unis insistent sur le fait que Latifa est vivante, en sécurité et vit avec sa famille à Dubaï.

Dans le mémoire présenté au WGEID, rodney Dixon, chef de file des droits de la personne, a déclaré : « Nous sommes impatients de veiller à ce que l’ONU prenne toutes les mesures possibles dès maintenant pour assurer la sécurité, la santé et la [Princess Latifa]. »

L’équipe juridique de Latifa basée au Royaume-Uni a également déposé un mémoire de 76 pages
WGEID plus tôt dans l’année qui a appelé à la libération immédiate de la royale.

Cet argument figurait sur la décision rendue par Sir Andrew McFarlane à la Haute Cour dans la bataille pour la garde entre la princesse Haya de Jordanie et le père de Latifa.

Cette décision incluait les conclusions selon qui Latifa avait été enlevée en 2018 et que son père n’était pas « ouvert ou honnête » lorsqu’il tentait d’assurer au monde que Latifa était en sécurité sous sa garde.

Il a également constaté que le cheikh a mené une campagne de « peur et d’intimidation » contre sa sixième épouse, la princesse Haya, qui a récemment fui en Grande-Bretagne craignant qu’il ne la tue.

Rodney Dixon QC a déclaré: « Il est très inquiétant que, malgré le jugement de la Haute Cour de conclusion que la princesse Latifa avait été enlevé, et dans le monde entier appelle à la libération urgente de Latifa, elle reste en captivité.

« Ses droits fondamentaux sont injustifiablement restreints et abusés. La communauté internationale ne peut plus rester les sœs.

« Nous pétitionons les groupes de travail des Nations Unies sur les
Disparitions et détentions arbitraires et autres corps pour y avoir accès sans délai et veiller à ce qu’elle soit libérée saine et sauve.

« Il est plus que jamais vital que l’ONU prenne toutes les mesures nécessaires pour obtenir la libération immédiate de Latifa, détenue illégalement aux Émirats arabes unis depuis plus de deux ans. »

La princesse Latifa est apparue dans une vidéo dans laquelle elle décrit la réalité de la vie dans la famille royale de Dubaï



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance