Connect with us

Technologie

Décès de la première femme programmeuse d’ordinateur d’entreprise

Published

on


Mary Clare Coombs, née Blood, née le 4 février 1929, est décédée des suites de complications survenant après une infection au Covid-19.

Combs a rejoint Lyons & Co en 1952 en tant que stagiaire en gestion, à la suite d’un emploi de vacances organisé pour elle par son père, le médecin principal de l’entreprise. Initialement, elle a été mise au travail dans le bureau de statistique de l’entreprise exploitant une machine à calculer, mais s’est rapidement vu offrir la chance de rejoindre l’équipe lyons Electronic Office (LEO), écrivant des programmes pour le premier ordinateur professionnel au monde.

Se souvenant de son expérience de travail sur le LEO, Coombs a déclaré: « Nous étions tous engagés dans une grande aventure. » Elle a rejoint l’équipe informatique alors qu’il n’y avait que trois programmeurs à bord – tous des hommes – devenant la seule femme d’une classe de 12 à suivre un cours d’introduction à l’appréciation de l’informatique. À partir de là, il s’est directement intéressé aux applications de paie pour un éventail croissant de clients externes, ainsi qu’au développement de programmes à l’usage interne de l’entreprise.

C’était un énorme défi. Non seulement une grande partie du travail n’avait jamais été faite auparavant, mais elle a déclaré qu’il s’agissait également de travailler sur un ordinateur à valve notoirement peu fiable qui ne disposait que de 2 Ko de stockage informatique par rapport aux nombreux gigaoctets disponibles pour les programmeurs d’aujourd’hui.

« Quand c’était LEO 1, il fallait en savoir beaucoup sur la machine elle-même parce qu’il y avait si peu d’espace de stockage que chaque instruction devait être essentielle, ou elle devait être assommée », a-t-elle déclaré.

En plus de programmer le LEO, elle a également travaillé comme programmeuse, gérant la paie dans des entreprises telles que Ford Motor Company, et a été impliqué dans une variété d’emplois, y compris les tables d’impôts pour le fisc, le travail du Met Office et le calcul de la balistique pour l’armée. Elle est ensuite devenue superviseure et a travaillé à localiser et à réparer les erreurs de codage dans les programmes créés par d’autres.

Ses engagements familiaux l’ont amenée à cesser de programmer à temps plein en 1964, mais a continué à travailler à temps partiel dans l’édition de manuels informatiques et, pendant quelques mois, a dirigé un cours de programmation informatique pour les résidents gravement handicapés au Princess Marina Centre, à Seer Green, parrainé conjointement par ICL et le Conseil du comté de Buckinghamshire.

Ce n’est qu’à la fin de 1969 qu’elle a mis fin à son lien formel avec l’équipe LEO.

Coombs est retourné à un emploi à temps plein en septembre 1973 en tant qu’enseignant d’école primaire, terminant un cours d’enseignement de troisième cycle de trois ans en 1976. Elle a pris sa retraite de l’enseignement en 1985 et a ensuite travaillé comme acheteuse dans l’industrie du traitement de l’eau.

En 1955, elle épouse John Coombs, lui-même brièvement programmeur informatique de l’équipe LEO, décédé en 2012. Ensemble, ils eurent une fille, Anne, qui mourut à l’âge de six ans. Entre 1965 et 1969, ils ont adopté trois enfants, Andrew, Paul et Gillian. Ils lui survivent, tout comme une sœur cadette, Ruth, et trois petits-enfants, Grace, Jemma et John.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance