Connect with us

Monde

Crânes habillés chapeaux de bonnet et des fleurs pour macabre fête de bonne chance

Published

on


Des crânes élégants enfilant des chapeaux et des couronnes de fleurs ont défilé dans les rues de Bolivie hier dans la Fiesta de las Natitas.

Connus sous le nom de « atatas », les noggins sont décorés et défilés au cimetière général de La Paz une semaine après la Toussaint.

Les crânes sont équipés de chapeaux à la mode et tous ont leurs propres noms

Une femme retenant Maria Jose, qui a été rectifiée dans un chapeau fleuri et le voile

Les crânes sont honorés avec des bougies, des bonbons, de l’alcool et des cigarettes

Les crapauds - symboles de la chance en Bolivie - complètent les crânes

Les os sont habillés de lunettes de soleil, de cigarettes et de couronnes de fleurs et de chapeaux – toutes les choses qu’ils sont censés avoir apprécié dans leur vie passée.

Leurs yeux sont également bourrés de coton afin qu’ils puissent voir à nouveau, et les festivaliers éclaboussent de l’argent aux musiciens et aux groupes de mariachis pour sérénader les os.

Certains crânes chanceux sont également nourris d’alcool et de bonbons.

Il y a d’énormes fêtes, connues sous le nom de prestes, et les festivaliers assistent également à la messe à travers le pays.

La célébration des crânes – qui sont conservés à l’intérieur la plupart de l’année dans des urnes spéciales ou des boîtes en verre, avec certains ayant même leurs propres « chambres » – fait partie d’une ancienne tradition honorant leurs pouvoirs de travail miracle dans une tentative de gagner un peu de chance.

Les adeptes peuvent amasser d’énormes collections de crânes, chacun ayant son propre nom donné par une sorcière qui réalise le surnom dans un rêve.

Les crânes sont assis dans des boîtes spéciales ou des étuis en verre

Un suiveur allume une cigarette pour le crâne

Les festivaliers s’assoient fièrement devant leur exposition florale

Certaines personnes peuvent amasser d’énormes collections de crânes

les festivaliers rendent hommage

Le festival est célébré le 8 Novembre chaque année, avec « ñatitas » se traduisant à peu près comme « petits carlin-nosed ».

Le festival a lieu huit jours après le début de la célébration catholique « All Saints », et les événements sont effectués dans de nombreux cimetières à travers le pays.

La Fiesta de las Natitas, ou Festival des Crânes, est censé avoir ses racines dans la coutume Uru Chipaya de déterrer les corps de leurs proches à l’anniversaire d’un an de leur mort.

La tradition remonte à la pré-colonisation des Amériques et est considérée comme liée à la tradition de réunir les squelettes d’amis morts et de la famille avec leurs âmes.

« Ou les dévots viennent ici pour demander les faveurs qu’ils veulent, surtout pour demander la santé et le bien-être de la famille », a déclaré Angel Aduviri, célébrant la journée, ajoutant que les crânes aidaient les gens à obtenir les choses dont ils avaient besoin.

« En 2014, une personne a dit aux crânes qu’il voulait être un législateur et les crânes ont exaucé son souhait, la personne a été élue législateur. »

Les traditions et les cultures des Aymaras, du Quechua et d’autres groupes restent fortes en Bolivie, où les peuples autochtones sont majoritaires.

« e suis venu visiter les Natitas, nous venons chaque année, il ya beaucoup de dévot », a déclaré dévot Rosario Zelaya.

« ls sont nos anges, ils prennent soin de nous, nous guident, nous aident, nous protègent et nous bénissent. Évidemment d’abord Dieu, puis nos âmes.

Une femme se tient fièrement devant la collection de crâne

Sahara donne un sourire édenté à la caméra

Une femme souffle sur plusieurs cigarettes à la fois

Un homme s’occupe de sa collection natitas

Les festivaliers rendent hommage

L’ancien festival remonte à l’époque précolombe



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending