Connect with us

Monde

Covide inspirera l’Etat islamique à « passer de tactiques à la guerre biologique »

Published

on


La pandémie de CORONAVIRUS pourrait inspirer les fanatiques de l’Etat islamique à passer de l’utilisation de bombes et d’attentats suicides à la guerre biologique, selon une nouvelle étude.

L’étude suggère que les organisations terroristes ont utilisé l’incertitude et l’anxiété causées par la pandémie mondiale pour « intensifier leur propagande » et « faire tourner une pléthore de plans sinistres ».

⚠️ Lire notre blog en direct coronavirus pour les dernières nouvelles et mises à jour

Les chercheurs ont averti les terroristes vont passer à l’utilisation de la guerre biologique

La pandémie a « fourni l’occasion à l’Etat islamique de se renforcer »

Les chercheurs ont également averti que les djihadistes pourraient tirer des leçons de la pandémie et « intensifier leurs efforts pour passer de l’utilisation d’engins compliqués, de bombes et d’attentats suicides à la guerre biologique et au bioterrorisme ».

L’étude révèle des preuves de scientifiques de niveau doctoral qui ont été recrutés par l’Etat islamique pour étudier des revues scientifiques sur les progrès biologiques et chimiques.

Le professeur de psychologie Arie Kruglanski de l’Université du Maryland, auteur principal de l’étude, a déclaré : « Loin de simplement maintenir leur activité malgré la pandémie, ils utilisent la pandémie comme une occasion de se renforcer.

« Ils exploitent les lacunes en matière de sécurité et les fardeaux généraux qui pèsent sur les sociétés que la pandémie impose et font avancer leurs idéologies comme remède à la peur, à la frustration et à la panique. »

TERREUR BIOLOGIQUE

Elle intervient après une vague d’attentats terroristes meurtriers en Europe le mois dernier.

Rien qu’en mars, des chercheurs affirment que l’Etat islamique a lancé des attaques dans au moins sept pays, tandis qu’al-Shabaab a lancé 37 atrocités en Somalie et au Kenya.

Parmi les autres incidents terroristes survenus au cours de la même période, mentionnons l’attaque « dévastatrice » contre un salon funéraire en Afghanistan, qui a fait 24 morts et 68 blessés.

Les attaques d’al-Shabaab, affiliées à al-Qaida, ont fait 52 morts et 35 blessés, tandis qu’au Mali, le Jama’at Nasr al-Islam, lié à al-Qaida, a enlevé un haut responsable de l’opposition.

« Malgré l’attention médiatique primordiale portée à la pandémie de Covid-19 et son éclipse quasi totale de questions de sécurité, le milieu terroriste n’a guère pris une pause par suite de ses activités meurtrières ni suspendu l’exécution de ses plans », a déclaré le professeur Kruglanski.

Les terroristes ont lié leur message au coronavirus, selon l’étude

Isis et les propagandistes d’al-Qaida ont affirmé que le coronavirus est un soldat d’Allah

L’étude, publiée dans la revue Global Security: Health, Science and Policy, a déclaré que les organisations terroristes considèrent la pandémie comme une « occasion de lier leurs messages à des informations sur la maladie ».

Selon l’étude, les messages des terroristes sont poursuivis par le biais d’un mélange de communications « diversifiés et souvent incohérents à l’interne ».

Les messages variaient d’un groupe à l’autre, mais comprenaient des théories du complot, des revendications de la vengeance de Dieu contre ses ennemis, de l’exhortation à armer le virus et profitant de la faiblesse de la société en « lançant des attaques généralisées partout et quand c’était possible ».

L’Etat islamique et les propagandistes d’al-Qaida ont affirmé que le coronavirus est un soldat d’Allah envoyé pour venger les souffrances du peuple musulman provoquées par les États-Unis et ses alliés, selon les chercheurs.

« ans ce récit, le coronavirus est considéré comme un type de peste envoyé par Dieu qui tuera les ennemis d’Allah, épargnant les musulmans croyant », dit l’étude.

« n mai, le porte-parole de l’Etat islamique Abu Hamza al-Qurashi a fait un discours dans lequel il a comparé la pandémie à l’histoire biblique de Moïse maudissant Pharaon avec les 10 fléaux jusqu’à ce qu’il cède et laisser le peuple de Dieu aller. »

Les pays occidentaux, comme le Royaume-Uni, ont également « retardé les déploiements en Afrique afin de se concentrer sur la lutte contre le virus, laissant les forces de sécurité locales plus vulnérables » aux attaques djihadistes, selon l’étude.

Les extrémistes d’extrême droite « n’ont pas non plus été inactifs », selon les chercheurs, affirmant que les groupes fascistes ont été responsables de 90 pour cent des attaques terroristes aux États-Unis, contre 66 pour cent en 2019.

Cela comprend 50 attaques de véhicules depuis la fin mai, ciblant les manifestants. Il y a également eu des attaques de droite contre des manifestants anti-lockdown en Allemagne.

Le professeur Kruglanski a déclaré : « Pour les djihadistes et les extrême droites, la pandémie a offert de nouvelles opportunités et de nouvelles méthodes pour déclencher la violence contre les objets de leur haine.

« Bien que l’attention de tous soit naturellement attirée sur les immenses défis sanitaires et économiques que pose la pandémie, nous ne pouvons ignorer la tempête potentielle d’intensification du terrorisme mondial qui semble s’accumuler dans l’ombre. »

Grou terroristeps exploitent la pandémie, les chercheurs suggèrent



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending