Connect with us

France

Charlie Hebdo republie des caricatures du Prophète avant le procès pour « vengeance » attentat

Published

on


CHARLIE Hebdo republie des caricatures du prophète Mahomet pour marquer le début du procès pour une attaque terroriste de « vengeance » qui a fait 12 morts.

Le magazine Français est devenu le centre de l’attention du monde en 2015 lorsque deux hommes armés ont ouvert le feu après avoir pris d’assaut ses bureaux à Paris au début de trois jours d’effusion de sang.

Le massacre a uni la France dans la douleur avec le slogan Je Suis Charlie

Les responsables du massacre ont déclaré que la publication satirique avait délibérément utilisé le blasphème pour attiser la haine contre les musulmans du monde entier.

Les assaillants ont également été abattus par la police, mais cette semaine 14 personnes seront jugées dans la capitale Français en lien avec les atrocités.

Charlie Hebdo a réagi dans son dernier numéro en republiant une douzaine de dessins moqueurs qui dépeignent le prophète.

La page centrale sur la couverture est une caricature du prophète dessinée par Jean Cabut, connu sous le nom de Cabu, qui est mort dans le massacre.

Les images incendiaires ont d’abord provoqué des émeutes dans le monde musulman lorsqu’elles ont été publiées pour la première fois dans le quotidien danois Jyllands-Posten le 30 septembre 2005.

Charlie Hebdo les a ensuite publiés en intégralité en 2006, conduisant ses écrivains et caricaturistes à recevoir régulièrement des menaces de mort.

Cela a conduit aux atrocités de 2015, lorsque deux frères nés à Paris ont fait irruption dans leurs bureaux avec des kalachnikovs, et ont ouvert le feu.

Chérif Kouachi et son frère Saïd Kouachi abattus 12 personnes

Des équipes d’urgence devant les bureaux de Charlie Hebdo après l’atrocité

Alors qu’ils s’enfuyaient, les terroristes ont été entendus crier: « Nous avons tué Charlie Hebdo.

« ous avons pris notre revanche pour le bien du prophète Mahomet. »

Le massacre a uni le pays dans la douleur avec le slogan #JeSuisCharlie (Je suis Charlie) va virale dans le monde entier.

Malgré l’effusion de sang, Charlie Hebdo a diffusé aujourd’hui les caricatures en première page, sous le titre ‘Tout ça pour ça’ ‘(Tout cela pour cela).

« ous ne nous allongerons jamais. Nous n’abandonnerons jamais », a écrit le directeur du magazine, Laurent Sourisseau, dans un éditorial pour aller avec les caricatures d’aujourd’hui.

Son équipe éditoriale a insisté sur le fait qu’il était « essentiel » de republier les caricatures à l’ouverture du procès.

« On nous a souvent demandé depuis janvier 2015 d’imprimer d’autres caricatures de Mahomet », a-t-il déclaré.

« ous avons toujours refusé de le faire, non pas parce qu’il est interdit – la loi nous permet de le faire – mais parce qu’il y avait un besoin d’une bonne raison de le faire, une raison qui a un sens et qui apporte quelque chose au débat. »

Alors qu’ils s’enfuyaient, les terroristes ont été entendus crier: « Nous avons tué Charlie Hebdo »

Des milliers de personnes se sont rassemblées sur la place de la République pour rendre hommage à ceux qui sont morts

L’ouverture du procès historique mercredi verra les accusés face à une variété d’accusations, y compris l’obtention d’armes et de fournir un soutien logistique aux tueurs.

Plus de 140 témoins seront entendus dans cette affaire.

Le procès est considéré par les victimes, les familles et les procureurs comme une comptabilité historique des crimes qui ont blessé une nation et choqué le monde.

Cependant, trois des accusés seront jugés en leur absence car on pense qu’ils sont allés se battre pour l’Etat islamique en Syrie.

C’est le 7 janvier 2015 que les frères Saïd et Chérif Kouachi ont assassiné 12 personnes dans et autour des bureaux parisiens du magazine.

Le policier Ahmed Merabet a été tué alors qu’il tentait d’arrêter les assaillants après l’attaque et quatre personnes ont été blessées.

Les frères Kouachi sont morts lors d’une fusillade avec la police dans une imprimerie au nord-ouest de Paris deux jours plus tard.

Les frères Kouachi sont morts lors d’une fusillade avec la police deux jours après leur attaque

Un tableau hommage de Français artiste de rue Christian Guemy aux victimes

Marie-Laure Barré et Nathalie Senyk, avocates représentant les victimes de Charlie Hebdo, ont déclaré dans un communiqué: « Ce procès est un moment important pour eux.

« Ils attendent que justice soit faite pour savoir qui a fait quoi, sachant que ceux qui ont appuyé sur la gâchette ne sont plus là. »

Le 8 janvier 2015, Amédy Coulibaly a abattu une policière, Clarissa Jean-Philippe, dans la banlieue parisienne de Montrouge.

Le lendemain, il prend des otages au supermarché casher Hyper Cacher de Vincennes.

Il y a exécuté l’employé du magasin Yohan Cohen et les clients Philippe Braham, François-Michel Saada et Yoav Hattab avant d’être tué lors d’une descente de police.

Dans un enregistrement vidéo, Coulibaly a déclaré que les attaques étaient coordonnéesd effectué au nom de l’Etat islamique.

Toutefois, la branche yéménite d’Al-Qaida a également déclaré que ses dirigeants avaient ordonné l’attaque contre les bureaux de Charlie Hebdo.

Patrick Klugman, avocat des victimes de l’Hyper Cacher, a déclaré: « Ce procès est important même si Amédy Coulibaly est mort. Sans ces accusés dans le box, Coulibaly n’aurait jamais été en mesure d’agir.

Le procès devait commencer en avril, mais a été reporté en raison de l’épidémie de Covid-19. Elle devrait durer jusqu’au 10 novembre.

Après le massacre de Paris, la France a subi une série d’attentats meurtriers, notamment le 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés dans des fusillades et des attentats à la bombe dans un centre de la capitale.



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance