Connect with us

Monde

Brit garçon orphelin après la famille tuée rejoindre ISIS dit qu’il veut retourner au Royaume-Uni

Published

on


Un garçon de 13 ans laissé orphelin lorsque sa famille a été tuée après avoir rejoint l’Etat islamique a révélé qu’il veut maintenant retourner en Grande-Bretagne pour rentrer dans McDonald’s et jouer au football.

Le jeune homme , nommé Abdullah, est enfermé dans des camps et des prisons de fortune en Syrie depuis que les forces kurdes ont lancé une attaque contre le dernier bastion du groupe terroriste, Baghouz, il y a deux ans.

Un garçon laissé bloqué dans un camp de prisonniers après la mort de sa famille alors qu’il était avec l’Etat islamique veut rentrer chez lui au Royaume-Uni (stock)

Des dizaines de milliers d’enfants sont détenus dans des camps de prisonniers syriens (stock)

Le jeune adolescent, qui dit qu’il avait l’habitude de vivre à Londres, a déclaré au National qu’il a de bons souvenirs de la capitale, y compris prendre des voyages dans des bus à deux étages et des visites à l’articulation burger.

Bien qu’il soit effectivement né au Pakistan, et a passé plus de la moitié de sa courte vie dans la Syrie marquée par la bataille, il dit qu’il considère toujours le Royaume-Uni comme sa véritable maison.

« J’aime Londres plus que j’aime le Pakistan, aurait-il dit. « Londres est un beau pays. Je peux faire ce que je veux là-bas. J’ai beaucoup d’amis et je peux apprendre le football là-bas très vite.

« Au Pakistan, ils jouent au cricket. Je n’aime pas le cricket. Je veux aller à Londres et apprendre le football là-bas.

« Tout était bon là-bas. Vous avez de l’argent, nous allons à McDonalds, nous jouons au football et [going to] l’école », a-t-il apparemment ajouté.

Abdullah a déclaré aux journalistes qu’il ne peut pas attendre pour quitter la Syrie et ses camps de trou d’enfer car ils détiennent tant de tristes souvenirs pour lui.

« Ce n’est très très pas bon. Parce qu’en Syrie, je n’apprends rien ici. Et j’ai perdu ma famille à cause de la Syrie », a-t-il dit. « Il n’y a rien. Il n’y a pas de McDonald’s dans ce pays.

La famille d’Abdullah a été tuée lors de la sanglante bataille de Baghouz

Plus tard, il a passé des mois à vivre dans le célèbre camp de réfugiés d’Al-Hawl

Abdullah a déclaré que sa mère l’avait emmené, lui et ses quatre frères et sœurs, en Syrie pour rejoindre l’Etat islamique après qu’un « homme mystérieux » soit entré dans la vie de la famille à Londres en 2015 alors qu’il n’avait que sept ans.

Pendant la sanglante bataille de Baghouz, il s’enfuit, mais sa mère resta et mourut, aux côtés de sa sœur Zeinab et de son jeune frère Mohammed, lorsqu’une frappe aérienne frappa leur tente.

Une autre sœur – Aisha – aurait été tuée par une grenade propulsée par fusée tandis que son frère aîné Rabi Allah aurait été abattu par un tireur embusqué lors d’un attentat suicide.

Abdullah a déclaré au National que son père, qui ne s’est pas rendu en Syrie avec sa famille, n’est pas non plus en vie.

Abdullah a ensuite passé des mois clôturé dans le célèbre camp de réfugiés d’Al-Hawl – où brit Isis mariée Shamima Begum a été une fois détenu.

Begum est restée à al-Hawl après l’effondrement du groupe terroriste qu’elle a rejoint après avoir fui son domicile à Londres.

Le camp – géré par les Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes – abrite des personnes qui ont fui l’Etat islamique ainsi que les épouses et les enfants des combattants extrémistes.

Il y a 27 000 enfants dans le camp – surnommé le « ventre de l’Etat islamique » – qui abrite plus de 60 000 personnes.

Il y a 27 000 enfants à al-Hawl qui a été surnommé le « ventre de l’Etat islamique »

Un combattant de l’Etat islamique lors d’affrontements avec les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis

Beaucoup de membres occidentaux de l’Etat islamique veulent rentrer chez eux en Occident, y compris au Royaume-Uni.

Les enfants britanniques meurent même de faim dans les camps où les gardiens abusent régulièrement sexuellement des détenues, selon un rapport choquant publié l’année dernière.

Le documentariste Alan Duncan, qui passe des semaines à la fois dans des camps syriens à interviewer des jihadistes et d’anciens membres de l’Etat islamique, a insisté sur le fait que les enfants d’al-Hawl étaient des « victimes ».

Il a déclaré: « Les enfants sont victimes de l’Etat islamique et de leurs parents. Ils se trouvent dans un camp extrémiste contrôlé par l’islam.

« On ne leur dit pas comment devenir médecins et infirmières – les petites filles sont là pour servir et se reproduire.

« Les garçons sont là pour être les futurs combattants et les futurs kamikazes.

« Si vous les traitez comme des enfants normaux et leur a donné des bonbons – ils sont devenus comme des enfants normaux.

« Plus ils vieillissent, plus ils deviennent dangereux. Plus ils sont laissés là-dedans, moins vous avez de chances de les ramener.

L’année dernière, Save the Children a déclaré qu’il y avait plus de 60 enfants britanniques pris au piège dans le camp, dont beaucoup avaient moins de cinq ans.



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance