Connect with us

Technologie

AMD, Nvidia chip acquisitions ciblent la domination d’Intel

Published

on


Face à la décision classique de construire contre acheter pour développer leurs entreprises, les principaux fabricants de puces ont décidé d’acheter.

Intel, AMD et Nvidia ont récemment ouvert leurs portefeuilles pour acquérir d’autres sociétés de puces qui complètent chacune de leurs forces respectives sur le côté matériel sur le court terme et leurs stratégies logicielles à long terme.

La semaine dernière, AMD, longtemps le deuxième choix d’Intel sur le marché x86, a fait un geste audacieux avec l’acquisition de Xilinx dans une tentative de devenir le leader dans l’informatique haute performance. L’énorme transaction à base d’actions de 35 milliards de dollars mettrait sous un même toit un portefeuille qui a un mélange de processeurs et d’UGP, ainsi que des tableaux de porte programmables sur le terrain (FPGA) et système sur une puce (SoC) visant à stimuler la fortune de l’entreprise dans un certain nombre de marchés, notamment le cloud et le bord.

Les analystes ont déclaré que l’acquisition donne AMD opportunités élargies dans les marchés commerciaux et industriels qui mettent fortement l’accent sur l’informatique de haute performance, étant donné les plans de nombreuses entreprises pour mettre en œuvre des logiciels d’IA qui se déroulera dans des environnements multi-cloud.

« Les solutions de silicium d’AMD ont gagné en popularité [under AMD CEO Lisa Su], mais la société est une fraction de la taille de son principal rival Intel et tend à être un également géré dans les marchés des entreprises et des centres de données », a déclaré Charles King, président de Pund-IT, une société d’analyse de l’industrie informatique. « Xilinx pourrait aider à corriger cette situation et rendre AMD moins dépendante des marchés des PC et des jeux souvent variables.

AMD a investi dans le développement de logiciels et de matériel pour concurrencer sur les marchés du cloud et des bords, mais il n’a pas été aussi agressif que ses rivaux plus riches en liquidités Nvidia et Intel. Le fait que cela pèse sur ses fortunes concurrentielles à l’avenir sera déterminé au cours de la prochaine année ou deux.

« Je suis sûr qu’AMD comprend la valeur [of AI], mais la société n’a tout simplement pas les ressources intel a pour de tels efforts de développement à ce stade », a déclaré King.

Pourtant, l’accent mis par AMD sur la puissance brute de calcul porte ses fruits. Le mois dernier, la société a publié son processeur Ryzen 5000 Series pour les ordinateurs de bureau. Il a 16 cœurs et est conçu pour gérer les charges de travail à forte intensité de données. Au troisième trimestre 2020, la part d’Intel sur le marché x86 est tombée à 62,6% contre 64,9% au trimestre précédent, selon un rapport publié par Statistica, tandis que la part AMD est passée à 37,3%. Toutefois, Intel détenait une avance dominante sur le marché des processeurs pour ordinateurs portables au troisième trimestre avec un 80% avec AMD loin derrière à un 22,4%.

Ajoutant encore plus de puissance de feu de traitement, AMD est prêt à sortir sa série Radeon RX 6000 cartes graphiques qui utilisent son GPU Navi 21, nom de code « Big Navi », une puce qu’il espère desserrer l’étranglement Nvidia a sur le marché GPU. La nouvelle carte graphique AMD peut surpasser GeForce RTX 2080 Ti de Nvidia.

Malgré l’importante avance d’Intel sur les parts de marché, certains analystes estiment que l’acquisition de Xilinx par AMD et la prochaine offre de GPU feront de l’entreprise un concurrent plus sérieux pour Intel et Nvidia.

« L’acquisition de Xilinx montre qu’AMD est de plus en plus confiant pour concurrencer Intel dans le domaine des serveurs d’entreprise », a déclaré Nicholas Grizzell, analyste de recherche chez Nucleus Research. « ela peut mettre [AMD] sur une empreinte beaucoup plus solide dans la zone de serveur d’entreprise, d’autant plus que Nvidia va être dans ce domaine en concurrence avec Intel ainsi. »

Au cours des cinq dernières années, AMD est passé d’un joueur de deuxième niveau à une force sur le marché des serveurs de bureau, de portables et de centres de données, a déclaré Patrick Moorhead, président et analyste principal chez Moor Insights & Strategy. Il a toutefois averti qu’il faut généralement cinq ans avant qu’une toute nouvelle architecture ne devienne grand public.

« AMD a fait des progrès sur le front des GPU, mais pas autant avec les processeurs », a déclaré M. Moorhead. « On dirait qu’il s’agit d’un GPU grand public très concurrentiel avec « Big Navi », mais nous ne savons pas encore comment cela se traduit par les marchés de la formation ou de l’inférence des centres de données. »

Alors que la plupart des acheteurs informatiques utilisent maintenant les produits x86 basés sur Intel, ils auront plus de choix à l’avenir pour de nouvelles charges de travail telles que l’IA à la suite des acquisitions amd-xylinx et Nvidia-Arm, a déclaré Alan Priestley, un vice-président chez Gartner qui conseille les clients sur le marché des semi-conducteurs.

« Le volume de données est en train de changer que les organisations informatiques doivent gérer et traiter, et pour ce faire, elles ont besoin de certaines de ces nouvelles technologies », a déclaré M. Priestley. « Ils ont besoin d’UGP. À l’avenir, ils finissent par utiliser de plus grands FPGA. Ils vont finir par utiliser des puces dédiées pour ces charges de travail.

Les acquisitions d’Intel ciblent l’IA

Intel a également été occupé contre-punching ses rivaux. La société a acquis cette semaine Cnvrg.io, une société basée en Israël qui dispose d’une plate-forme pour les scientifiques de données pour construire et exécuter des modèles d’apprentissage automatique. Il a également récemment acheté SigOpt, qui dispose d’une plate-forme pour optimiser les modèles de logiciels d’IA à l’échelle. Et tandis que AMD et Nvidia sont sur le point de gagner du terrain sur Intel, le géant des puces a des revenus de 72 milliards de dollars par rapport à AMD 6,7 milliards de dollars et Nvidia 10,9 milliards de dollars.

Cependant, Intel cette année n’a pas réussi à mettre sa puce de 7 nanomètres sur le marché en raison de problèmes liés à son processus de fabrication – quelque chose de son rival AMD livré en Juillet 2019 et Nvidia en Novembre de cette année. Alors que les analystes ne demandent guère la disparition d’Intel, ils disent que les retards dans la livraison des offres clés et une mauvaise gestion au cours des dernières années ont mis la société à un désavantage concurrentiel important.

Intel semble toujours revenir de mauvaises nouvelles un an plus tard. Mais chaque fois qu’ils sont revenus au cours des deux dernières années, les améliorations sont légèrement inférieures et les choses ne sont pas aussi innovantes.

Nicholas GrizzellAnalyste de recherche, Nucleus Research

« Intel semble toujours revenir de mauvaises nouvelles un an plus tard », a déclaré M. Grizzell. « Mais chaque fois qu’ils sont revenus au cours des deux dernières années, les améliorations sont légèrement plus faibles et les choses ne sont pas aussi novatrices. »

Non seulement Intel est attaqué par des concurrents technologiquement agressifs, mais le temps presse pour une loi technologique que l’entreprise elle-même a inventée — la loi de Moore. Et parce qu’Intel n’a pas sorti avec suffisamment de technologie add-on convaincante pour compenser les limitations croissantes sur les performances des puces x86, la société fait face à des défis encore plus grands.

Intel a déclaré à un analyste qu’il essaie de recentrer ses activités loin de son activité centrale axée sur le traitement pour se concentrer sur le jeu d’un rôle plus important à travers un éventail beaucoup plus large d’applications différentes.

« Lorsque vous avez un verrou aussi dominant sur le marché des puces qu’ils l’avaient fait, et que vous avez une prolifération rapide d’appareils spécialisés d’assistance matérielle qui ont besoin d’une fabrication différente, vous n’avez nulle part où aller », a déclaré Geoffrey Woollacott, consultant principal en stratégie et analyste principal chez Technology Business Research. « ls se sont mis derrière Nvidia et AMD par un couple d’année », at-il dit.

Bien qu’Intel ait trébuché, Priestley ne pense pas que le géant des puces est en grave difficulté. Mais il voit d’autres fournisseurs gagner des parts sur le marché.

« e que nous verrons, c’est qu’Intel va probablement diversifier son portefeuille de produits afin qu’il conserve son modèle d’affaires, mais il peut ne plus être Lla fournisseur dominant sur le march », a déclaré Priestley.

Lorsque Intel a conclu un accord de 9 milliards de dollars avec SK Hynix le mois dernier pour vendre son entreprise de mémoire flash NAND et de stockage, le géant des puces a déclaré qu’il avait l’intention de se concentrer sur les priorités à long terme dans l’IA, le réseautage 5G et l’informatique de bord ainsi que ses produits distinctifs de mémoire Optane. Intel s’est récemment associé à VMware pour fournir l’infrastructure 5G, et il construit des processeurs axés sur l’IA sur la technologie qu’il a acquise de Habana Labs en Décembre pour 2 milliards de dollars.

Nvidia dépense gros pour gagner du terrain

Avec son achat d’Arm pour 40 milliards de dollars en septembre, Nvidia a peut-être fait le geste le plus fort pour améliorer sa position sur le marché global des puces. La société a longtemps été le leader sur le marché GPU, en partenariat avec la majorité des fabricants de serveurs de haut niveau et le maintien d’un accent laser sur l’IA.

Avec son acquisition d’Arm, Nvidia accède à un certain nombre de nouveaux marchés, des superordinateurs aux téléphones cellulaires et aux appareils IoT. Les processeurs d’armes se trouvent dans la majorité des téléphones intelligents du monde, et en Juillet, Riken et Fujitsu a annoncé qu’ils avaient co-développé le superordinateur le plus rapide du monde basé sur les processeurs Arm et a dépassé le superordinateur sommet d’IBM.

Ajoutant plus d’élan à Arm, Apple prévoit de remplacer les puces Intel par des processeurs Arm dans ses systèmes Mac de prochaine génération.

Au cours des dernières semaines, cependant, des questions ont fait surface au sujet de l’accord, car il fait face à d’importants obstacles à l’approbation réglementaire dans plusieurs pays. Les détracteurs de l’accord citent des préoccupations au sujet de limiter la concurrence et de favoriser le nouveau propriétaire d’Arm.

« Ur les trois acquisitions par les trois sociétés [AMD, Intel, Nvidia], Je ne peux m’empêcher de penser que la poursuite de Nvidia d’Arm est en grave démêt », a déclaré un consultant. « Les plaintes des fondateurs d’Arm doivent être prises au sérieux, mais les problèmes en Chine pourraient être plus problématiques, surtout si le gouvernement décide qu’il doit faire preuve de force », a-t-il dit.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending