Scientifiques et parties prenantes

La Commission européenne fait appel à des organisations extérieures et à des parties prenantes pour collecter une expertise et des avis lorsqu’elle développe la politique de la pêche. Les principaux groupes sont décrits ci-dessous.

Néanmoins, la Commission est en droit de consulter qui elle souhaite et organiser des réunions ponctuelle avec les experts et les réunions individuelles qu’elle désire pour obtenir des avis. Dans le cas de la réforme de la PCP, la Commission a organisé des consultations de parties prenantes en ligne, puis une série de petits ateliers thématiques auxquels étaient invités des parties prenantes et des experts pour collecter le plus d’information possible avant la rédaction de la PCP réformée.

SCIENCE

La seule Commission, avec un personnel et des ressources financières limités, n’est pas capable de fournir toutes les informations scientifiques nécessaires pour la préparation des projets de législations souvent techniques et basés sur les meilleures informations possibles sur ce qui se passe dans les océans. La Commission utilise donc comme conseils des organismes indépendants spécialisés.

Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM)

La principale source d’informations scientifiques pour l’UE est le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM). Le CIEM fournit des conseils scientifiques à la Commission européenne pour lui permettre de rédiger des propositions de gestion de la pêche basées sur des informations scientifiques.

Avec un secrétariat au Danemark et 20 pays membres, le CIEM est une organisation scientifique et de recherche qui coordonne et fait la promotion de la recherche marine en Atlantique Nord, mer Baltique et mer du Nord. Il fournit également des informations et des conseils aux pays membres et aux organismes internationaux.

Le CIEM évalue les principaux stocks de poissons ciblés par les pêcheurs à partir des données biologiques tirées des programmes de recherche nationaux et internationaux, ainsi que des archives de débarquements,. Les résultats sont ensuite analysés par le Comité consultatif pour la gestion des pêcheries (CCGP) du CIEM, qui est composé de représentants de chaque pays. Ses conclusions servent le CIEM à émettre ses conseils.

Le principal client du CIEM est la Commission européenne pour qui elle  prépare des évaluations scientifiques indépendantes des stocks de poissons en Atlantique du Nord-Est . Elle lui fournit  également des conseils annuels sur les totaux admissibles de captures (TAC) et les quotas.

CSTEP – Comité scientifique, technique et économique de la pêche

Le comité scientifique, technique et économique de la pêche (CSTEP) est composé d’experts nationaux choisis par la Commission européenne sur la base de nominations des États membres. La Commission peut consulter le CSTEP sur tous les aspects de la mise en œuvre de la PCP dans les domaines de la biologie marine, de l’écologie, de la science, de la technologie et de l’économie de la pêche. Le comité publie également un rapport annuel sur les conséquences économiques de la situation des ressources de la pêche.

Une des fonctions importantes du CSTEP est d’examiner les conseils scientifiques du CIEM concernant les TAC et les quotas, pour donner un second avis, basé sur son expertise, en tenant également compte des facteurs socio-économiques.

PARTIES PRENANTES

Dans la mesure où les ressources océaniques, notamment les stocks de poissons, sont communes, les parties prenantes (ou tous ceux qui sont concernés par la façon dont la politique de la pêche est menée) ne s’arrêtent pas aux seuls utilisateursde  l’océan. Depuis 15 ans, la Commission européenne a élargi les parties prenantes en y incluant, dans une certaine mesure, des partis impliqués en matière d’environnement, de développement et de consommation.

CCPA – Comité consultatif de la pêche et de l’aquaculture

Le comité consultatif de la pêche et de l’aquaculture (CCPA) est composé de représentants des parties prenantes au niveau européen. L’objectif du CCPA est d’associer les parties prenantes au développement et à la mise en œuvre de la PCP. Le CCPA sert également de forum pour les débats et les prises de positions conjointes des parties prenantes clés. Il compte parmi ses membres des représentants du secteur de la pêche, de l’industrie de transformation, de groupes commerciaux, de l’aquaculture, des consommateurs, de l’environnement et du développement. Le CCPA dispose de quatre groupes de travail: 1) Accès aux ressources halieutiques et gestion des activités de pêche, 2) Aquaculture, 3) Marchés et politique commerciale et 4) Questions générales: analyses économiques et sectorielles.

CCR – Conseils consultatifs régionaux

La réforme de 2002 de la PCP a vu la création de sept conseils consultatifs régionaux (CCR), composés de parties prenantes de l’industrie, des autorités locales et d’organisations environnementales, et de consommateurs. Les représentants de l’industrie de la pêche forment les deux tiers des comités exécutifs,.

Cinq CCR couvrent les cinq régions géographiques (mer du Nord, mer Baltique, eaux du Nord-Ouest, eaux du Sud-Ouest, mer Méditerranée). Deux CCR rassemblent les parties prenantes concernées par la flotte lointaine et la pêche des espèces pélagiques (telles que le merlan bleu, le maquereau, le chinchard et le hareng qui ne restent pas confinés dans une zone géographique spécifique).

Les CCR sont autonomes et ne présentent pas tous le même stade  de développement. Certains sont considérés plus efficaces que d’autres pour avoir créé un forum de collaboration où débatent les parties prenantes. Ils peuvent ainsi fournir des conseils avisés. Il convient de noter que, dans la mesure où les représentants de l’industrie constituent deux tiers des membres, les intérêts environnementaux et autres points de vue sont susceptibles d’être marginalisés en cas de désaccord.

Un des sujets discutés dans le cadre de la réforme de la PCP, concernera l’éventuelle nécessité d’étendre le rôle des CCR pour y inclure une une gestion régionale.

La plupart des CCR ont leur propre site Web. Voir CFP-reformwatch Liens.

Be Sociable, Share!